Alexandra Laignel-Lavastine dénonce "cette France politiquement abjecte"

Publié le par danilette

Extrait de l'émission "Entre les lignes" de LCP du 6 juin 2015

Alexandra Laigne-Lavastine : Il y a une 2ème France, il n'y a pas seulement la France qui s'est réveillée, il y a la France qui dormait avant le 7 janvier et qui s'est rendormie aussitôt après, si tant est qu'elle se soit réveillée, étant donné que cette France-là qui inclut aussi une bonne part de nos élites, ce qui est extrêmement triste, pratique un peu la pensée magique, qui est un peu opposée à la pensée des Lumières, dans le sens qu'elle interdit aux faits, comme disait Proust, toute incursion dans l'univers de leurs croyances

Fredéric Aziza : Vous parlez d'une partie de nos élites, vous pensez à qui ?

A.L. : Alors écoutez, je pense à plusieurs personnes, je pense notamment aux islamo-gauchistes, je préciserai un peu tout à l'heure, mais ce que je voudrais dire c'est que cette France politiquement correcte et aveugle est devenue, on pourrait dire, politiquement abjecte dans la mesure où elle s'est remise et je crois qu'il faut vraiment le souligner, que les gens le comprennent, elle s'est remise dans son anti-racisme dévoyé à pratiquer à nouveau l'inversion : voilà que les Merah, Coulibaly et Kouachi ne seraient pas les tueurs apocalyptiques que l'on sait mais des victimes de l'islamophobie, il faut quand même le faire ! Et voilà que déjà il ne s'agit plus de combattre l'islam radical, mais nous dit par exemple Emmanuel Todd, l'islamisme radical ! Je crois que nous avons là vraiment des esprits faux, devenus littéralement fous, je dirais, ou alors très pervers, qui ne parviennent pas à admettre que le mal puisse parfois surgir du camp du bien c'est à dire des anciens damnés de la terre

F.A. : Derrière ces idées et ces concepts, il y a qui ?

A. L. : Alors écoutez, je pense par exemple à Pascal Boniface, pourquoi ? Parce qu'il ne faut pas oublier que au tournant des années 2009 lorsque nous avons eu la 1ère affaire des caricatures de Mahomet, Pascal Boniface faisait partie de ces gens qui traitaient les journalistes de Charlie-Hebdo, qu'on aime ou pas ce journal peu importe, de Beaufs racistes, c'était tout de même particulièrement indécent d'autant qu'à l'époque déjà, l'affaire des caricatures enflammait le monde arabe et que les journalistes de Charlie étaient déjà menacés ; alors cela me parait tout à fait consternant d'autant qu'il se retrouvait avec qui dans cette histoire ? Et bien assez singulièrement avec la Ligue des Droits de l'homme qui était d'avis qu'il fallait dialoguer avec l'islam politique et puis avec alors là plus logiquement un individu comme Alain Soral qui se définit ouvertement comme un nazi à la française, c'est intéressant de voir quand même des intellectuels proches du parti socialiste et qui se prétendent encore de gauche, voisiner dans leurs positions avec des gens comme Alain Soral et finalement fonctionner sur le même registre...

Ne ratez pas ce passage :

Les grandes consciences intellectuelles ?

A.L. : écoutez, les grandes consciences, on a vu un peu ce qu'elles ont fait cet été, on a vécu un été 2014 absolument épouvantable où jamais depuis 45, l'Europe n'avait été traversée par une vague antisémite aussi spectaculaire, je rappelle les pancartes "Mort aux Juifs" dans les grandes capitales européennes et autres pancartes du genre "Hitler devrait être fier", je ne vois pas du tout le rapport avec la politique israélienne, cet antisionisme est délirant et je remarque que on peut massacrer mille fois plus, on peut massacrer 1500 femmes brûlées vives, par exemple au Pakistan, c'est le bilan de l'année 2014, il y a le Sahel, il y a la Syrie, personne ne manifeste, par contre un conflit géo-politique lointain opposant la seule démocratie du Moyen-Orient, l'Etat d'Israël et une organisation terroriste, génère 400 manifestations, et d'ailleurs c'est très interessant, les Palestiniens aujourd'hui sont décapités par Daesh, l'Etat islamique au camp de Yarmouk et tout le monde s'en fout, pour le dire clairement, et il n'y a pas une seule grande conscience dans la rue, à se demander si ce conflit ne les intéresse que parce que les Juifs sont impliqués

F.A. : alors on revient aux grandes consciences et on laisse tomber un peu le Proche-Orient, les grandes consciences en France et en Europe

A.L. : oui mais c'est très important le Proche-Orient parce que si vous voulez l'antisémitisme, plus largement que le Proche-Orient est toujours un symptôme dans l'histoire européenne, c'est un baromètre infaillible pour évaluer la bonne santé morale d'une société et cette nazification d'Israël, cette inversion de la victime en bourreau est un symptôme central de notre crise et je crois que c'est Jankélévitch qui avait les mots les plus justes au début des années 70, il disait, évidemment au second degré : "et si les Juifs étaient eux-mêmes des nazis, ce serait merveilleux, non seulement les Européens n'auraient plus à compatir à leurs souffrances mais en plus cela leur accorderait le droit et même le devoir d'être démocratiquement antisémites" d'où l'extraordinaire aubaine, même elle était introuvable, de l'antisionisme !

F. A. : alors on arrive à la fin de l'émission, est-ce que le combat contre le nihilisme, contre l'islamisme radical, contre le national populisme peut être gagné et comment ?

A. L. : suite...

© transcrit par Danilette

Alexandra Laignel-Lavastine dénonce "cette France politiquement abjecte"

• La Pensée égarée. Islamisme, populisme, antisémitisme. Essai sur les penchants suicidaires de l’Europe, Grasset, 220 pages, 18 €.

"Par quel chemin de capitulation en est-on arrivé aux sanglantes journées de Janvier-2015 ? Pour comprendre l’égarement de notre début de siècle, cet essai vigoureux explore plus d’une décennie de « trahison des clercs ». Celle d’ intellectuels passés maîtres dans l’art de s’aveugler par incapacité à admettre que le Mal puisse parfois surgir du camp du camp des anciens damnés de la terre- réputé être celui du Bien. Entre illusions politiquement correctes et tentations politiquement abjectes, nous faisons le lit d’une Europe d’extrême droite. Bien-pensants et mal-pensants, qui s’imaginent croiser le fer, ne voient-ils pas qu’ils ne cessent de faire monter ensemble les deux plus grands périls de l’époque : le national-populisme d’un côté, l’islamisme de l’autre ? Deux mondes en crise se retrouvent aux prises sur le Vieux Continent : l’européen, désemparé par son basculement dans la mondialisation et le musulman, hanté par sa grandeur perdue. Là réside l’explosive nouveauté de notre temps. Si nous ne renouons pas avec la part lumineuse de la culture européenne, c’est un monde de cendres que nous lèguerons à nos enfants. À moins qu’on ne préfère écrire avec Kafka au premier jour de la Grande Guerre : « Cet après-midi : piscine ». Avec un autre sens de la tragédie qui s’annonçait…"

 

Articles en lien :

Commenter cet article

André 10/06/2015 15:05

Je découvre cette femme et je la trouve belle, intelligente et courageuse. Je vais acheter son livre sans tarder. De plus elle a bien raison aussi de s'en prendre au Boniface qui, une fois de plus, est venu présenter un nouveau livre il y a deux jours sur une grande radio tout en se plaignant d'être censuré, mais aussi en étant obligé d'avouer recevoir deux cent mille euros de subventions annuelles pour son " Institut de Relations Internationales et Stratégiques reconnue d'utilité publique "... Vive la censure à la française !

danilette 10/06/2015 17:04

je pense la même chose

André 09/06/2015 16:31

"...à se demander si ce conflit ne les intéresse que parce que les Juifs sont impliqués".

Il y a bien longtemps que je ne me pose plus cette question...