Des « Je me souviens » israéliens, Olivier Ypsilantis

Publié le par danilette

Quelques « Je me souviens » consignés ci-dessous reprennent plus ou moins des souvenirs dispersés sur ce blog.

Je me souviens des arbres de Tel Aviv, cette métropole née du sable. Je me souviens d’arbres puissants aux ombres généreuses. Je me souviens que le KKL (Jewish National Fund) fondé en 1901 a planté des centaines de millions d’arbres dans un pays désertique. Je me souviens que six millions d’entre eux ont été plantés autour de Jérusalem en souvenir des victimes de la Shoah.

Sur Rotschild Boulevard, Tel Aviv.

Sur Rotschild Boulevard, Tel Aviv.

Je me souviens d’une belle endormie dans un autocar, entre Tel Aviv et Jérusalem, fille de Tsahal en treillis, cheveux défaits, épais et noirs, teint mat, nez aquilin, traits purs.

Je me souviens du mouvement qui s’espaçait et qui annonçait le shabbat.

Je me souviens d’Avraham Stern, de la chambre où il fut assassiné, chambre à présent encastrée dans le Lehi Museum et qui se contemple derrière une vitre.

Je me souviens d’un hiver dans le Golan, au kibboutz Ein Zivan (עֵין זִיוָן), juste après l’intervention israélienne au Liban-Sud, de juin à septembre 1982.

Je me souviens des petits matins sur l’immense base de l’IDF de Mishmar HaNegev (מִשְׁמַר הַנֶּגֶב), de la fragile fraîcheur de la nuit qui s’estompait, du tchi-tchi de l’arrosage automatique — comment rendre ce bruit ? — sur le rectangle de gazon devant notre baraquement, un rectangle de gazon dans un espace de poussière et à perte de vue. Un mirage ?

Je me souviens du bonheur de la douche après des heures de sueur et de poussière.

Je me souviens de marches dans les quartiers de Florentine et Montefiore, à Tel Aviv, qui me replaçaient tant par la vue que par l’odorat à Athènes. (Ainsi pourrais-je dériver et placer des « Je me souviens » en aparté dans cette suite, ajouter des compartiments aux tiroirs de l’armoire du souvenir.)

Je me souviens que le sigle NIS désigne le New Israeli Shekel. Je me souviens que le symbole du NIS — ₪ — est constitué des lettres שׂ et ח entremêlées.

L’élégante pièce de un shekel (codée ILS dans la norme ISO 4217)

L’élégante pièce de un shekel (codée ILS dans la norme ISO 4217)

Je me souviens de Juives en bikini et d’Arabes en niqab ou hijab (plus fréquent), sur la plage de Jaffa. Lire la suite sur http://zakhor-online.com/?p=9384

Publié dans Olivier Ypsilantis, Israël

Commenter cet article