Judée ou Palestine? La preuve par les écrits chrétiens, Menahem Macina

Publié le

Judée ou Palestine? La preuve par les écrits chrétiens, Menahem Macina

Menahem Macina

Ce dont je vais parler ici n’est pas nouveau. Je n’ai rien découvert qui ne soit connu des spécialistes. Pourtant, je crois indispensable de revisiter brièvement la question à l’intention des millions d’hommes et de femmes de bonne volonté qui croient sincèrement, sur la base d’une assonance verbale savamment instrumentalisée, que le pays où se sont progressivement regroupés, depuis la fin du XIXe siècle, plus d’un tiers de la population juive mondiale d’aujourd’hui, s’est toujours appelé « Palestine ».

De cette conviction non critique, découle fatalement la conviction que les Arabes de multiples nationalités – dont une infime minorité a vécu durant des siècles sur cette terre, avant d’y prospérer par la suite, à la faveur de la lente réhabilitation puis de l’extraordinaire mise en valeur du pays par les pionniers sionistes, et d’adopter le nom de « Palestiniens » – en sont les seuls citoyens légitimes, avec pour conséquence que les juifs n’en sont que des occupants.

Rappelons que l’appellation de « Palestine » a été forgée en 131 de notre ère par les Romains, après l’écrasement de la seconde révolte juive, celle de Bar Kokhba. A l’occasion, ils avaient aussi changé le nom de Jérusalem en celui d’Aelia Capitolina. But recherché : effacer toute référence aux juifs rétifs, dont la résistance farouche avait nécessité la mobilisation de douze légions, soit près de la moitié de l’armée romaine ! LIRE LA SUITE

Commenter cet article