Vague de tueries arabes versus compassion israélienne absurde, Jack Engelhard

Publié le par Sacha

Vague de tueries arabes versus compassion israélienne absurde, Jack Engelhard

Je sais que nous sommes un peuple rempli de compassion mais cela en devient ridicule.
Aujourd'hui, on a appris que dans les hôpitaux israéliens, les premiers arrivés sont les premiers soignés.

Donc, durant ces journées de tueries où des Arabes Israéliens blessent et tuent à volonté chaque jour et à toute heure, les médecins juifs ne font aucune distinction entre les terroristes arabes et les victimes juives. Ils obtiennent le même traitement, et si le tueur arrive aux urgences en premier alors c'est lui qui bénéficie immédiatement de soins médicaux de qualité ! Les Juifs doivent attendre leur tour ! Ce n'est plus de la compassion, c'est de la stupidité.

Cette approche avec ce genre de miséricorde pour les méchants, donne aux ennemis des atouts dont ils usent sachant combien il est facile de jouer avec les sentiments des Juifs et ils profitent de cette faiblesse juive spécifique. Ils savent à juste titre combien les Israéliens sont des pigeons.
Est-ce que vous les entendez rire ?
Pendant que nous soignons leurs blessures, pensez-vous qu'ils disent : "ces Israéliens, ces Juifs, louange à Allah, quel gens merveilleux" ? Pas du tout, ils disent : "ces idiots d'Israéliens, nous en faisons ce que nous voulons"

Durant ces dernières années, tandis que le Hamas envoyait des roquettes sur l’État juif, nous trouvions étrange, du moins vu d'Amérique, que tandis que les Israéliens se précipitaient dans les abris, les dirigeants du Hamas envoyaient leurs épouses et leurs filles se faire soigner en Israël, les confiant aux mains de médecins et d'infirmières qui bien évidemment leur ont fait bénéficier des meilleures traitements médicaux que la pitié peut acheter.

Alors dans un haussement d'épaules nous avons pensé : "c'est ainsi, les Arabes restent des Arabes et les Juifs restent des Juifs".

Mais tout bien considéré, c'est une farce et aujourd'hui, cela devient un cas manifeste d'aide à l'ennemi (en temps de guerre). Dans certains pays, cela se nomme trahison.

Ce ne sont pas les médecins qui sont à blâmer mais ces politiques confuses et ce manque de discernement sur les vraies priorités. C'est le gouvernement qu'il faut blâmer pour son échec en matière de communication...

Avec cet esprit juif qui lui fait tendre les deux joues pour se faire gifler, est-ce qu'Israël en tire un quelconque bénéfice de la part de l'ONU ? Un sourire de la part de l'Union européenne ?

Je n'entends rien à ce sujet à la BBC ou dans le New York Times [ou Le Monde, France2 etc.], ils continuent à dépeindre Israël comme l'agresseur quand il réplique pour se défendre.

Il n'y a aucune reconnaissance pour cette attitude typiquement juive de soins attentionnés à ses propre ennemis.
Quand on aborde ce sujet, beaucoup pensent : "ça n'a pas d'importance, nous le faisons parce que nous sommes Juifs". Mais il y a une limite à tout, même à la compassion !

Arrivée à un certain point, la compassion devient absurde et c'est précisément ça le problème.
Ce n'est pas nouveau, j'en ai moi-même fait l'expérience le jour où j'ai été blessé en Israël et que la moitié des lits des urgences était occupée par des Arabes, j'ai éprouvé des sentiments mitigés : d'un coté, quelle gloire d'appartenir à ce peuple ! Mais d'un autre coté, sommes-nous idiots ?
Non, il n'y a absolument rien de nouveau à ce sujet, même ici en Amérique, quand durant les offices des Fêtes solennelles, certains rabbins en appellent à notre soutien pour les migrants syriens. Nos cœurs, disent-ils, doivent aller vers cet enfant syrien retrouvé mort sur un rivage de Turquie.

Nous n'avons pas suffisamment d'enfants israéliens à pleurer ?

Il est clair que nous, les Juifs sommes les mêmes de partout : ardents, aimants, miséricordieux et stupides.

Source

L'auteur qui vit à New York, Jack Engelhard est un romancier à succès et écrit une chronique régulière pour Arutz Sheva. Son roman "Proposition indécente" a été traduit en plus de 22 langues et adapté au cinéma avec Robert Redford et Demi Moore. Son dernier thriller, qui traite de la partialité et des mensonges des médias "The Bathseba Deadline" Site Web: www.jackengelhard.com

©http://www.danilette.com/

Commenter cet article

ABEL 17/10/2015 17:44

Oui, Jack ENGELHARD a tout à fait raison sur tous les points abordés concernant ce peuple particulièrement sanguinaire, barbare, et ce, de tout temps.
En ce qui concerne la gouvernance israélienne, il va falloir changer de camp ! En effet, celle-ci est assurée, depuis l'existence de l'Etat hébreu par les ashkénazes ; or ceux-ci ne connaissent pas vraiment les Arabes ! Ils vivent à côté d'eux, mais pas parmi eux, comme cela a été mon cas, dans ma jeunesse, en terre d'islam ! C'est pourquoi, et je rejoins en cela la pensée du rav Dynovisz (si toutefois je l'ai bien interprétée) il serait souhaitable que la clef de la gouvernance soit remise à un sépharade, ayant vécu (si possible) en terre d'islam, pour qu'on puisse enfin mater ce peuple qui a semé le désordre et la désolation depuis quatorze siècles, c'est-à-dire depuis que l'islam existe ! Les Arabo-musulmans ne connaissent et ne respectent que la force ! Alors, allons-y, ne nous privant pas au nom d'une morale ou d'un sentiment de pitié dont le mot leur est complètement inconnu ! En d'autres termes, si l'on voit un terroriste arabe muni d'un couteau et prêt à s'en servir, liquidons-le, point barre ! Cela aura deux mérites : 1) De dissuader cette racaille de commettre des assassinats, en toute impunité, s'ils s'en sortent vivants ; 2) De faire des économies substantielles en soins (hôpitaux ...) en hébergement des des prisons grand luxe où ils ont même le droit de s'instruire et de poursuivre des études, manger, boire, etc ... sur le dos du contribuable qui ne le supporte plus !
En un mot, ne pas rester cons toute notre vie, et en cela être les victimes des média étrangers qui rient de bon coeur de notre connerie maladive (le lecteur voudra bien me pardonner ma vulgarité, mais je suis excédé de voir tout ce qui se passe dans ce beau pays d'ISRAEL, sans que le gouvernement, et en particulier BENYAMIN Nétanyaou ne prenne les mesures qui s'imposent tant pour les Arabes " palestiniens " terroristes que pour les soi-disant Arabes israéliens, qui ne sont et ne resteront rien d'autre que des Arabes - tout court - !
Une balle pour chacun de ces barbares, cela coûte peu, et nous ferait fort de grandes économies, dans la Justice !!!
ABEL

Hanna 16/10/2015 14:55

Cette rectification de Zaka: http://www.lemondejuif.info/2015/10/secours-zaka-nous-soignons-les-victimes-juives-avant-les-terroristes/
mais il est vrai qu''il ne s'agit que des premiers soins donnés aux blessés sur les lieux mêmes de l'attentat. Je crois que dans les hôpitaux priorité est donnée aux plus touchés. C'est logique pour un accident mais pas acceptable quand il s'agit d'un attentat

Jeanne 16/10/2015 14:23

L'effet est certain : Les exigences et pressions de l'UE de l'ONU, et antisionistes divers ne peuvent qu'augmenter, puisque Israël se montre si empressé de s'y conformer et même de les devancer. C'est une loi élémentaire des rapports de force.

Nonette 18/10/2015 12:08

Et pourtant Hanna .ma mère,en vacances en Israel ,s'est casse le col du fémur .hospitalisee ,elle a partagé sa chambre avec une terroriste qui avait poignardé un soldat ,celui ci s'est défendu et l'a blessée

serge027 16/10/2015 11:41

Les juifs sont sortis du ghetto mais le ghetto n'est pas sorti des juifs!

Dagan James 16/10/2015 10:56

Tout à fait d'accord avec Jack Engelhard. "Plus ridicule, tu meurs" Cette absence de distinction entre le mal et le bien qui préside dans la priorité aux soins à donner aux blessés :victimes ou terroristes - est une aberration, typiquement israélienne. Cette frénésie, ostentatoire - à porter secours aux terroristes blessés - n'inspire que pitié et mépris envers Israel ; et de la part de l'étranger et probablement, d'une bonne partie du peuple juif - décourageant des candidats à l'Alyah ou incitant des israéliens à quitter le pays. La stupidité, ici, est sans limite. Le peuple juif semble porter, en lui, des tares générées par des siècles de soumission. Celles-ci conditionnent, encore et toujours, son comportement, dans la conduite du pays. Aucune fierté.... perpétuelles hésitations - non encore, convaincu de ses droits inaliénables à l'existence - ou de son droit incontestable à à cette partie du monde (Israel) - de laquelle on l'a évincé, par la force.