Maryam Radjavi : l'Iran achète des armes pour Assad et pousse les vagues de réfugiés vers l'Europe

Publié le par Sacha A.

Le simulacre d'élections en Iran
ne conduira pas à la modération

 

Toutes les factions du régime iranien partagent des intérêts communs dans la répression, le terrorisme et le pillage des richesses publiques; le simulacre d'élections ne conduira pas à la modération

Il n'y a pas de modérés au sein du régime iranien qui se résume à la répression, la discrimination religieuse et ethnique, l’ingérence dans les affaires des autres pays et le bellicisme dans la région et dans le reste du monde.
Evoquant la mise en scène électorale en Iran, Maryam Radjavi a déclaré : cette soi-disant élection a eu lieu sans la présence de l'opposition. Elle était en fait une compétition entre les responsables actuels des tortures et exécutions et les anciens responsables. Le résultat du scrutin ne changera rien dans la vie politique ou économique de la nation. Ce régime n'a pas d'issue vers la modération. Toutes ses factions partagent des intérêts communs dans la répression intérieure et le pillage de la richesse de la population, ainsi que dans l'exportation du terrorisme.
Mme Radjavi a dénoncé la position de l'Union européenne sur les violations des droits de l'Homme en Iran et sur le fait qu'elle ferme les yeux sur la complicité du régime iranien dans le massacre du peuple syrien :

l'incapacité à adopter une politique décisive sur les violations des droits de l'Homme en Iran enhardit les mollahs et les pousse à reprendre leur projet de fabrication de la bombe nucléaire et à renforcer leur bellicisme envers des pays étrangers, en particulier poursuivre le génocide du peuple syrien. Le régime iranien utilise l'argent qu'il reçoit de l'Occident après la levée des sanctions pour acheter des armes avancées à destination du régime d’Assad. Les armes sont ensuite utilisées pour assassiner le peuple syrien poussant ainsi à la vague de réfugiés vers ces mêmes pays occidentaux.

Mme Radjavi a réitéré : la solution à la tragédie en Syrie, la crise en Irak et l'instabilité au Moyen-Orient sera trouvée seulement après que les Pasdaran seront expulsés de ces pays. Le plus dangereux, c'est d'engager et d'impliquer le régime iranien dans la crise en Syrie. Source 

Le régime iranien revendique le chiffre aberrant
de 60% de participation à la parodie électorale

Le régime dans sa totalité se trouve perdant dans ces élections ; alors que les crises internes s’aggravent, que la colère de la population augmente, les mollahs vont lentement à leur perte.
À la suite d’une mascarade, le régime théocratique a prétendu, dans un extraordinaire et ridicule mensonge, que plus de 60% des électeurs (33 millions, selon les chiffres officiels) avaient exercé leur droit de vote.

Or, de nombreuses sources impartiales et des témoins dans des milliers de bureaux de vote ont reporté et confirmé n’avoir vu qu’un public clairsemé, ainsi qu’une apathie et un boycott exercé par une vaste majorité d’Iraniens, en particulier par la jeunesse.
L’annonce d’un tel résultat fabriqué de toutes pièces fait partie des rouages de la fraude électorale consacrée dans le régime théocratique. L’un des procédés du régime est de multiplier le nombre de voix dans un endroit appelé « la salle de collecte des votes. » D’anciens dirigeants du régime ont précédemment dévoilé cette pratique en détails.

Cela s’ajoute au trucage généralisé, à l’intimidation ou à la corruption de citoyens vulnérables pour les contraindre à voter. Les menaces, proférées dans des centres administratifs, militaires ou sur les lieux de travail, sont détaillées dans la déclaration n°4 du CNRI. Menaces des salariés de « sérieuses conséquences » s’ils ne votent pas, achats de votes ou de certificats de naissance, votes avec des certificats de naissance de personnes décédées, votes multiples et transferts d’agents du régime d’une ville à l’autre pour voter à nouveau, toutes ces pratiques ont été largement rapportées. Source

Maryam Radjavi, présidente du Conseil national de la Résistance iranienne (issu des Moudjahidine du peuple)

Maryam Radjavi, présidente du Conseil national de la Résistance iranienne (issu des Moudjahidine du peuple)

Publié dans Iran

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article