Reflexion après les attentats de Bruxelles, Léon Rozenbaum

Publié le

Les attentats de Bruxelles ne vont probablement rien changer à l’atmosphère de déchéance, d’abandon et de désespoir de l’Europe démocratique. Le ver est dans le fruit depuis trop longtemps.
Il y a trente ans, Mouammar Kadhafi disait déjà ouvertement qu’il souhaitait islamiser l’Europe. C’est peu dire que l’Europe a cédé au chantage au pétrole. En fait l’Europe s’est couchée devant l’Islam. En concluant dès 1975 le « dialogue Euro-Arabe » par la reconnaissance d’une prétendue « dette » de l’Europe à l’égard de la civilisation islamique qui donnerait droit à l’installation sur le sol européen de millions de musulmans exemptés de se plier aux règles linguistiques, aux us et coutumes et aux lois des pays d’accueil, l’Europe a appelé sur elle la misère et le sang.

Lire l'article en entier sur : http://sourceisrael.com/2016/03/un-sursaut-veritable/


Toute une série de ruses de la conscience depuis au moins quatre décennies sont venues tenter de dissimuler, de travestir, de justifier cette autodestruction consentie. Le concept d' »islamophobie » pendant, en trompe-l’œil, du terme d’antisémitisme, a bloqué, année après année, toute réflexion sur l’Islam en tant que civilisation et surtout sur les coûts pour l’Europe, à tous les niveaux, d’une immigration islamique massive.

En acceptant par lâcheté de faire d’Israël et des Juifs le repoussoir absolu pour complaire aux nouveaux arrivants et à leurs pays d’origine, pétris de haine des Juifs et toujours ambigus dans leurs menaces et leurs offres d’amitié, les Européens ont peu à peu renoncé à leur passé, leur Histoire, leur culture, et au berceau chrétien et hébraïque de leur civilisation qu’ils n’osent même plus transmettre à leurs enfants.
L’incapacité de l’Europe à assumer les massacre de ses Juifs entre 1939 et 1945 et le processus inconscient de renversement des responsabilités en transformant de manière fantasmatique et pathologique les victimes en bourreaux, et l’Etat juif souverain recouvré dans sa patrie historique en fleuron du « colonialisme », ont conduit l’Occident dans une impasse.
Une seule solution pour l’Occident: rétablir la vérité. L’Humanisme authentique est d’abord le respect de son passé, de son patrimoine, de sa personnalité individuelle et collective et non l’anéantissement de son héritage pour nier les différences. L’acceptation de règles communes à tous les Humains n’a jamais voulu signifier le nivellement par le bas, comme le post-modernisme tente de faire accroire.
La lutte qui s’engage ne peut pas se gagner avec des déclarations vides de contenu: Il faut constater la ruine de l' »Espace Schengen » et rétablir immédiatement des contrôles sérieux aux frontières nationales. Il faut financer des services de renseignement intérieur et extérieur adaptés à la situation actuelle. Il faut mobiliser des troupes terrestres en une « Task Force » pour éliminer in situ l' »Etat Islamique » en ne se contentant pas de bombardements aériens. Il faut éliminer systématiquement les zones de non-droit sur tout le territoire européen.
Il faut interdire aux ennemis de la démocratie d’utiliser les principes démocratiques pour abattre cette dernière. Il faut un réveil intellectuel véritable et une critique honnête de l’Islam et un bilan des quarante dernières années.
Enfin, le rapport à l’Etat d’Israël et aux Juifs devenu catastrophique et obsessionnel devrait changer. Israël peut aujourd’hui se passer de l’Europe ayant développé des liens solides avec l’Extrême-Orient et même avec son environnement immédiat. Mais l’intérêt de l’Europe serait, à coup sûr d’apprendre d’Israël à préserver les principes de droit démocratiques tout en luttant le plus efficacement possible contre le terrorisme.
Les deux cent morts des attentats de Madrid, les attentats de Londres, les attentats de Paris, n’ont pas vraiment entraîné un changement dans l’attitude passive des Européens. C’est pourquoi l’on peut aujourd’hui douter que les attentats de Bruxelles provoquent le véritable changement radical indispensable. Cependant, il devient difficile de nier que l’Occident, sous peine de disparaitre à terme, doive réagir.
Le blocage de la pensée et la langue de bois néostalinienne qui ont saisi l’intelligentzia européenne pourront-ils être surmontés après ces chocs? Vu d’Israël, nous ne pouvons que l’espérer.

Reflexion après les attentats de Bruxelles, Léon Rozenbaum

Commenter cet article

Guido 24/03/2016 13:50

Khaddafi est mort depuis quelques années deja, mais Erdogan lui est encore vivant, et il l'a dit aussi, les mosquées sont les casernes alors, si l'Europ veut sauver ce qu'elle peut Kadimah..... un début d'armée est là,
Boumedienne aussi avait dit qu'avec le ventre de nos femmes nous vaicrons.... Alors Europe de Frederica et d'Ashton : Changez vos lois d'AF et sois sisants sociales....