Martin Gray z"l

Publié le par danilette

Martin Gray vient de s'éteindre, il a rejoint une partie de Tous les Siens. Voir son site ici

J'ai choisi pour lui rendre hommage un court extrait d'un entretien accordé à KTO en octobre 2004 qui est une formidable leçon de vie

Activez les sous-titres en cliquant sur CC

Tous, nous sommes capables de cette puissance : quand nous voulons, nous pouvons. Bien sûr nous ne pouvons pas tout, ça serait une folie de croire que nous pouvons tout, il y a des obstacles mais écoutez-moi : quand une porte ne s'ouvre pas, ce n'est pas parce qu'elle est bien fermée et qu'elle peut nous résister, c'est parce que nous sommes, nous, fatigués de pousser contre cette porte ou de frapper contre elle, il y a moyen de l'ouvrir, ce n'est pas elle qui nous résiste, c'est nous qui arrêtons de pousser et ça il faut le dire, il faut le dire à nos enfants pour qu'ils sachent qu'il y a une possibilité de triompher du destin.
Car combien de fois ce mot de "destin" a tourné dans ma tête, je me suis dit : c'est quoi ce destin ? Que puis-je faire alors qu'on me prend par la main, le destin me guide, je n'ai pas de chance...
Bien sûr il y a des moments difficiles mais de ces moments difficiles, on peut s'en sortir, on doit s'en sortir et finalement le destin c'est quand l'homme a accepté, à partir du moment où un homme ou une femme résiste, il n'y a plus de destin il y a seulement un combat qui peut être perdu ou gagné mais ce n'est jamais plus le destin. 
Voilà toute mon expérience que je voudrais vous dire pour que vous puissiez le transmettre aux autres.
- Où est-ce que vous, après avoir subi ce second malheur de perdre une deuxième fois votre famille, où est-ce que vous l'avez puisé vous cette volonté, ou est-ce que vous l'avez retrouvé cette volonté ?
Emmanuelle, je suis descendant, comme vous le savez, d'un grand peuple biblique, un peuple qui a connu depuis des siècles les persécutions des rois, des empereurs, des dictateurs qui ont essayé de tuer le Peuple juif et malgré tout nous sommes toujours restés, je dirais, indestructibles et un peu de cette indestructibilité a été préservée en moi parce que je me suis reconnu à travers mon peuple ;
Je pense que l'homme a besoin d'appartenance, ça peut être à une église ça peut-être à une famille, à une patrie, à un pays, l'homme a besoin d'appartenir et alors il peut pousser comme un arbre vigoureux avec des branches pleines de sève et des fruits gros et mûrs ;
mais aussi parce qu'avant la guerre, avant la tourmente, je me souviens de l'enseignement de mon père qui m'avait chargé d'un grand, je vois que vous souriez quand je parle de mon père, mon père qui m'a chargé d'une grande force, cette force c'est celle de la confiance, confiance dans l'avenir et finalement c'est la confiance dans l'homme,
et je vous avoue que lorsque j'étais encore un jeune homme d'une vingtaine d'années débarquant dans une ville comme New York, une ville qui est une jungle pour celui qui n'est pas armé, et bien je vous avoue que cette expérience de mon peuple, l'enseignement de mon père et ma propre expérience, tout ça m'a poussé en avant et tout ça me pousse continuellement en avant de dire que je suis heureux d'être vivant et quand j'ouvre les yeux le matin je dis je suis heureux d'essayer de transformer ma journée en hymne à la vie et d'aider les autres à retrouver la même joie de vivre.

source : émission de KTO : https://youtu.be/jsC7WYOA75g

©Transcription Danilette

 

Voir aussi son témoignage sur le ghetto de Varsovie :

Martin Gray z"l

Publié dans Shoa, Monde juif, Tikoun Olam

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article