Aux adeptes du Vrai, du Beau et du Bien, analyse d'Olivier Ypsilantis

Publié le

Aux adeptes du Vrai, du Beau et du Bien, analyse d'Olivier Ypsilantis

A l’adresse des Schmocks – 3/3

Le christianisme s’est construit sur la substitution (se substituer au judaïsme). Je le sais et j’en témoignerai. Je ne nie pas la valeur du christianisme (fondé par un Juif), je ne nie pas le génie du christianisme, mais je ne suis pas dupe et en toute modestie. A présent, l’islam active cette théologie (de la substitution) avec une férocité planétaire. Il veut avaler les Chrétiens et les Juifs, le noyau juif. Que pouvons-nous faire ? Je n’ai pas de réponse. Mais je ne puis cacher que je méprise ces Juifs qui veulent faire amis-amis avec leurs ennemis dans le but de préserver leur tranquillité ; et que je méprise ces Chrétiens qui ne sont amis des Juifs que parce qu’ils espèrent les utiliser contre les Musulmans. Et j’ai d’autres mépris.

Lire l'article en entier sur : http://zakhor-online.com/?p=11574

Les adeptes du Vrai, du Beau et du Bien qui me traitent de raciste ou d’islamophobe devraient réfléchir. Le racisme n’a rien à voir avec l’islamophobie, l’islam ne se limitant en aucun cas à une race même si le noyau historique en est arabe. L’islam est international et multiracial, comme le communisme et autres religions et idéologies. On trouve de tout dans l’Oumma, vraiment de tout. J’insiste de la sorte car ils sont fort nombreux à vous assener du « raciste » à tout propos. C’est l’arme qu’utilise le clampin lorsqu’il veut écraser son interlocuteur. C’est l’arme du pauvre et, disons-le, elle n’est pas sans efficacité.

Le racisme pur et dur (lié à la couleur de la peau ou à je ne sais quel autre trait physique) est une maladie qui doit être combattue, par l’éducation, l’intelligence, la culture. Et l’islamophobie ? L’islam ne m’enthousiasme guère, j’y éprouve des difficultés respiratoires. Mais passons. C’est d’abord l’islam sunnite que j’attaque, en insistant sur les capacités de réflexion et d’ouverture de certains rameaux du chiisme. Je suis un ardent défenseur des Kurdes, un peuple multi-religieux où l’islam occupe une certaine place et pas des moindres. Je mets en valeur autant que possible la culture iranienne dans son ensemble, une culture immense, millénaire, dont l’islam n’est pas absent. J’honore la mémoire du Commandant Massoud, un Musulman fervent et pratiquant. Et j’honore la mémoire de bien d’autres Musulmans. Que les promoteurs du Touche-pas-à-mon-pote, du On-est-tous-frères, de Indignez-vous ! et autres fadaises passent leur chemin, et vite ! Leur bêtise prétentieuse ne m’entame pas, leurs projectiles ricochent et peuvent à tout moment se retourner contre eux.

Il est vrai que je fais volontiers preuve d’une certaine véhémence envers les Arabes. Je le reconnais. Je reconnais par exemple que je les juge inférieurs aux Iraniens, inférieurs non pas génétiquement ou racialement (je laisse à d’autres le soin de patauger dans cette gadoue) mais culturellement. Mais je reconnais que ce n’est pas irrémédiable. Les Arabes peuvent mieux faire, et ils feront mieux ; ayons confiance. Les sociétés arabes sont lamentables ; mais il s’y trouve des individus remarquables par l’ampleur et l’acuité de leur diagnostic, des individus d’autant plus respectables que ces sociétés ne favorisent guère l’éducation et la réflexion, et qu’elles n’hésitent pas à intimider voire à éliminer ceux qui portent sur elles une regard critique.

Je suis effrayé de constater que le conformisme grignote les têtes, que le travail des mass media, en France tout particulièrement, consiste pour l’essentiel à développer chez le citoyen des réflexes de type pavlovien. Par exemple, au mot « sioniste » ou « Israël », ça tire sur sa chaîne, ça aboie et ça retrousse les babines.

Pour ma part, je souffre de sionisme, d’une forme aiguë de sionisme connue sous le nom de sionistisme. Le sioniste, tu connais l’Unter-kretin ? C’est celui qui a fait de Gaza un Auschwitz… Zionist, Nazi, Gaza, Auschwitz… Les z-z-z-z gazouillent dans ta tête d’Unter-kretin.

Ce foutu choc pétrolier (provoqué par l’OPEP, suite à la victoire israélienne) dont nous n’avons pas fini de subir les conséquences, parmi lesquelles la lente emprise arabo-sunnite sur les pays dépendant de leur pétrole, en Europe plus particulièrement. Mais patience. LIRE LA SUITE A l'adresse des Schmocks 3/3

 

Commenter cet article

Ingrid Israël-Anderhuber 09/02/2017 10:22

Merci Danilette

Ingrid Israël-Anderhuber 08/02/2017 16:58

Un dernier mot avant de tourner cette page, parce que ce MEPRIS de l'auteur m'a fortement heurtée : En effet, avoir du MEPRIS pour ses semblables, quelles que soient les nuances du terme, et quelles qu'en soient les raisons, c'est en fait d'abord OFFENSER gravement Dieu qui a créé, à l'origine, l'homme à son image. Et Dieu a aimé sa créature au point de lui faire don, pour le sauver de ses péchés et de la mort éternelle, de la vie de son Messie, Jésus, mort sur la croix de Golgotha pour l'expiation de nos péchés, et ressuscité pour notre justification - c'est ce qu'on appelle « la Bonne Nouvelle », ou grec : Evangile -. Donc quand on MEPRISE quelqu'un, c'est Dieu lui-même qu'on OFFENSE, qu'on blesse. C'est Dieu qui souffre en premier lieu de ce mal qu'est le MEPRIS. C'est Dieu lui-même qui est atteint dans son amour pour ses créatures humaines qu'on MEPRISE. C'est Dieu qui fait les frais de ce MEPRIS, en premier lieu. Voici donc ce que j'ai ressenti dans mon for intérieur. Parce que j'aime Dieu, je ressens par conséquent profondément SES EMOTIONS… Voilà pourquoi véritablement ce terme m'a heurtée. On peut ne pas être d'accord avec les autres mais dire les choses sans forcément MEPRISER...
Votre blog est intéressant

danilette's 08/02/2017 21:27

"parce que j'aime Dieu je ressens par conséquent profondément SES EMOTIONS" vous voulez dire "mes émotions", je crains de comprendre que vous prétendez comprendre les émotions de Dieu, vous faites de l'anthropomorphisme... pour le reste je m'abstiendrai pour ne pas vous heurter davantage...

Ingrid Israël-Anderhuber 08/02/2017 11:51

Donc vous admettez que l'on puisse exprimer son opinion, ou une émotion, par exemple sa colère, avec des mots IMMODERES qui traduisent justement l'intensité, le degré du ressenti et qui ne peuvent pas être filtrés par la MODERATION. Par conséquent, si un auteur a droit a de la compréhension de votre part, j'ai compris qu'un lecteur aura par conséquent tout autant droit à votre compréhension, même s'il ne va pas dans votre sens, n'Est-ce pas ? C'est ce que je peux comprendre ici par votre réponse ?
Par ailleurs, vous dites : "A moins de considérer qu'il est offensant qu'Olivier exprime son opinion, je suppose que vous vous réjouissez de tous les procès à charge contre Pascal Bruckner, Georges Bensoussan etc..." Or...
Or, chère Danilette, vous supposez faux car je soutiens pleinement Georges Bensoussan dans sa démarche. Pour ce qui est de Pascal Bruckner, je ne me souviens pas, ou plus, de son combat, donc...

En tout cas, merci d'avoir répondu.

danilette's 08/02/2017 13:27

Sur ce blog, il y a très peu de commentaires qui ne passent pas...

Ingrid Israël-Anderhuber 07/02/2017 10:43

Danilette déclare que les commentaires des lecteurs se doivent d'être modérés... et "pas de propos à caractère offensant..." Or, voici ce qu'Olivier Ypsilantis se permet de dire ici : "Mais je ne puis cacher que JE MEPRISE ces Juifs qui veulent faire amis-amis avec leurs ennemis dans le but de préserver leur tranquillité ; et que JE MEPRISE ces Chrétiens qui ne sont amis des Juifs que parce qu’ils espèrent les utiliser contre les Musulmans. Et J'AI d’autres MEPRIS."
Alors, Danilette, DEUX POIDS ET DEUX MESURES ? On accepte les propos offensants et LE MEPRIS de l'auteur vis à vis des publics mais on avertit les lecteurs de ne pas faire la même chose autrement CENSURE ! J'aimerais comprendre...
Danilette : Pourquoi DEUX POIDS ET DEUX MESURES ! ?

danilette's 07/02/2017 16:49

De la part de l'auteur de l'article : "Madame Ingrid Israël, le mépris est un mot à considérer avec des nuances. Il peut vouloir signifier la mort (au moins symbolique) d’un individu, d’une catégorie ou d’un peuple. Il a un sens plus restreint (que vous trouverez dans le dictionnaire), et j’espère que les lecteurs l’auront compris ainsi, soit : sentiment par lequel on juge que quelqu’un ou sa conduite est moralement indigne d’estime. C’est ainsi, je ne désire en aucun cas choquer mais je ne puis taire une certaine colère et je m’efforce de l’exprimer avec sincérité."

danilette's 07/02/2017 12:46

Il s'agirait de s'entendre déjà sur le vocabulaire et le sens d'un article, je comprends votre réaction si vous vous sentez visée autrement il s'agit d'un constat "je méprise ces Juifs qui veulent faire amis-amis avec leurs ennemis dans le but..." il n'y a pas d'insulte, et en quoi est-ce offensant ? A moins de considérer qu'il est offensant qu'Olivier exprime son opinion, je suppose que vous vous réjouissez de tous les procès à charge contre Pascal Bruckner, Georges Bensoussan etc...