Une vision morale du monde, Léon Rozenbaum

Publié le

Lire l'article en entier sur : http://sourceisrael.com/2017/10/kippour/

Pendant Kippour, les Juifs du monde entier vivent une expérience unique. La Nation juive toute entière se rassemble un jour par an, en Israël dans un silence inouï, pour repartir du bon pied. Cette imploration commune du pardon des fautes auprès du Créateur du ciel et de la terre se fonde sur une vision morale du monde.
Ce qui fait que le Judaïsme n’est pas une simple religion mais un peuple, c’est précisément le fait que la Nation entière assume les fautes de tous ses membres face à D.ieu. En dernière analyse, il ne saurait y avoir de solidarité plus grande.

Le fait qu’un certain nombre de Juifs comprennent à peine ce qu’ils psalmodient en Hébreu n’y change rien. Ce qui fait l’identité d’une culture, ce sont d’abord ses textes traditionnels. A chaque instant, un Juif éloigné peut se poser la question de sa propre identité et étudier l’Hébreu. Et d’ailleurs la langue hébraïque est de plus en plus parlée et comprise dans le monde juif. Voilà un acquit supplémentaire à mettre au crédit du Sionisme.

L’abandon récent par l’Occident des préceptes bibliques concernant les unions sexuelles interdites qui sont précisément rappelés dans la liturgie de Kippour et qui concernent certains liens de famille proscrits, l’homosexualité et la zoophilie, sonne comme un rappel pour les Juifs établis dans ces pays.

Malgré toutes les souffrances subies par les Juifs en Occident, le socle civilisationnel de cette culture demeurait, au niveau de la structure familiale, les interdits de la Bible hébraïque, ce qui maintenait une certaine parenté judéo-chrétienne.

Faire le choix du paganisme dans ce domaine par le slogan menteur du « mariage pour tous », qui figure, bien au-delà d’une compréhensible prise en compte du réel dans la société contemporaine, une véritable approbation et promotion de l’homosexualité qui s’affiche dans des parades pornographiques insensées, c’est porter une atteinte grave à la base morale de l’Occident qui a toutes les chances de dégénérer en antisémitisme, ce qui est déjà le cas puisque les Juifs apparaissent comme les gardiens de la Loi qu’il faut abattre.

Mais quand, en outre, l’Occident se trouve confronté à la montée de l’Islam en son sein, dont les textes traditionnels fondateurs sont explicites sur le mépris des Juifs et des Chrétiens quelles que soient les manipulations pour le nier ou l’adoucir, il faut craindre encore davantage que le statut des Juifs en Occident devienne insupportable.

Même si le rassemblement des Juifs dans leur patrie antique n’est pas simple, ni pour ceux qui en font le choix, ni pour l’Etat qui les accueille, C’est pourtant aujourd’hui le choix responsable qu’il faut faire.

 

YOM KIPPOUR, le jour du "grand pardon"
YOM KIPPOUR, le jour du "grand pardon"
YOM KIPPOUR, le jour du "grand pardon"
YOM KIPPOUR, le jour du "grand pardon"
YOM KIPPOUR, le jour du "grand pardon"

YOM KIPPOUR, le jour du "grand pardon"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Étirév Anwen 29/01/2018 04:59

L'auteur dit : "Ce qui fait l’identité d’une culture, ce sont d’abord ses textes traditionnels."
D'accord, mais si les Écritures contenues dans ces textes ont été altérées avec le temps, voire falsifiées, comment comprendre réellement la signification des idées et des principes qu'ils contenaient ?
Dans la primitive religion (Théogonie), le Pardon s’était d'abord appelée la fête de l’absolution et de la réconciliation. Cet événement se célébrait à certaines époques de l’année et précédait les nouvelles unions.
Les Israélites ont encore leur Grand Pardon.
La Bretagne, qui garde fidèlement ses traditions, a aussi ses Pardons.
La confession des Catholiques en est la parodie.
L’aveu d’une faute n’a de mérite que lorsqu’il est fait à la personne offensée, dans le but d’obtenir son pardon.
C’était ainsi qu’il était compris dans la Religion primitive, qui était « le lien qui unit l’homme à la femme ».
L’aveu de la faute commise par l’homme envers la femme avait pour but d’amener la réconciliation, fait bien humain, que tous les hommes comprendront, que presque tous ont vécu.
Le Pardon est resté une fête de Réconciliation dans laquelle les coeurs, allégés du poids du remords, viennent reprendre vie près de celle qui fut offensée, mais qui a miséricordieusement pardonné. Quelques mots sur ce que l'on appelle la « chute » pour comprendre l’origine du pardon :
Dans la jeunesse du l’humanité, quand la vie sexuelle commence à se manifester chez l’enfant, elle le fait entrer dans une phase nouvelle qui est l’adolescence.
Les conditions physiologiques des deux sexes vont se modifier ; chacun d’eux étant régi par une polarité inverse, ils vont commencer à suivre des voies divergentes, et leur donner des caractères psychiques qu’ils n’avaient pas eus jusque là.
Les suites fatales de la sexualité masculine font apparaître en lui les germes des sept faiblesses humaines dont la Théogonie fit les sept péchés capitaux :
– L’orgueil qui va lui insinuer des idées de supériorité vaine.
– L’égoïsme qui lui conseillera de prendre aux autres ce qu’ils ont, leur avoir, leurs places dans la vie, leurs privilèges et les honneurs qui leur sont dus.
– L’envie qui va lui souffler ses premières haines.
– La colère qui le jettera dans des disputes, des violences et des crimes.
– La luxure qui fera apparaître en lui la bête humaine.
– L’intempérance qui altérera sa santé et troublera sa raison.
– La paresse qui l’amollira et fera de lui un être inutile, à charge aux autres.
Ajoutons à cela l’invasion du doute, père du mensonge, du mensonge, père de l’hypocrisie génératrice de la ruse.
Son esprit a des éclipses, des moments de torpeur. Chacune de ses « œuvres basses » lui fait perdre une parcelle de l’étincelle de vie ; c’est une brèche par laquelle entre peu à peu la déraison, si vite envahissante.
C’est alors qu’il commence à renverser l’ordre des idées, que son jugement perd sa droiture, qu’il se fausse. Des intérêts personnels, des entraînements sexuels commencent à le guider. C’est l’âge de la perversion qui apparaît.
Puis sa force musculaire qui augmente lui donne de l’audace et sa sensibilité qui s’atténue le rend dur et méchant, il ne sent plus autant la souffrance des autres.
Le pardon est indissociable de la Grâce.
Et si nous cherchons l’arrière-fond de la pensée des hommes sur cette théorie de la Grâce, vieille comme le monde, nous constatons que l’idée première est restée intacte, la substitution des mots seule a créé l’obscurité. Si nous remettons le mot « Déesse » (nom générique de toutes les femmes supérieures et qui n’indiquait alors que les qualités morales inhérentes au sexe féminin) où les modernes ont mis le mot Dieu, nous allons comprendre ce qu’était la « Grâce », et aussi ce que signifiaient les livres tels que le Minokhired iranien ou le Livre des morts égyptien, et qui tous demandaient à l’homme l’aveu de ses fautes comme condition de la « grâce ».
https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.fr/
Cordialement.

danilette's 29/01/2018 12:34

Bonjour. J'apprécie que vous ayez rédigé un si long message, il y a des choses intéressantes mais je vous en prie ne parlez pas de sujet que vous ignorez, vous êtes en recherche d'absolu et de spiritualité continuez, je devine que vous êtes une femme mais sans certitude, je lis dans votre pseudo vérité mais aussi waine, vanité attention la pensée juive, l'hébraïsme ne se réduit pas à ce que vous avez lu d'auteurs qui écrivent sans connaissances et surtout sans connaître l'hébreu. Je suis allée jeter un bref coup d'oeil sur votre blog, il y a quantité d'erreurs concernant l'hébreu, les noms hébraïques, la bible hébraïque Torah je peux développer si cela vous intéresse. Les écritures falsifiées c'est ce qu'enseigne le coran... En ce qui concerne "Le grand pardon", la fête de Kippour, de l'expiation, on demande pardon des fautes commises envers autrui en s'engageant sincèrement à ne pas recommencer et en dédommageant si besoin est et seulement dans une 2ème étape, alors on peut demander pardon des fautes envers l'Eternel, on ne peut pas s'adresser directement à lui en faisant l'économie de la 1ère étape. Sachez que ce n'est pas une critique, vous ne pouvez pas savoir mais la Torah est comparée à un océan, vous en avez aperçu une petite vaguelette, alors avant de théoriser il va vous falloir creuser le sujet... Très cordialement.