Script intégral du discours de Donald Trump sur l’accord nucléaire iranien

Publié le

L'Amérique ne sera pas l’otage d’un chantage nucléaire.
source
Mes compatriotes américains, je veux aujourd'hui informer le monde de nos efforts pour empêcher l'Iran d'acquérir une arme nucléaire. Le régime iranien est le principal état sponsor du terrorisme. Il exporte des missiles dangereux, il alimente les conflits à travers le Moyen-Orient et il soutient des groupes affiliés et des milices terroristes, comme le Hezbollah, le Hamas, les Talibans et Al-Qaïda.
 
Au fil des ans, l'Iran et ses supplétifs ont bombardé des ambassades et des installations militaires américaines, assassiné des centaines de militaires américains, et kidnappé, emprisonné et torturé des citoyens américains. Le régime iranien a financé une longue ére de chaos et de terrorisme, par le pillage les richesses de son propre peuple.
 
Aucune décision du régime n'a été plus dangereuse que sa tentative d’obtenir des armes nucléaires. Et les moyens de les délivrer. En 2015, l'administration précédente a conclu un accord concernant le programme nucléaire de l'Iran, l'accord a été appelé le JCPOA [Joint Comprehensive Plan of Action].
 
En théorie, le soi-disant accord sur l'Iran était censé protéger les États-Unis et nos alliés de la folle perspective d'une bombe nucléaire iranienne, qui ne ferait que garantir la survie du régime. Il s’agissait en fait -et au fil du temps- de s’approcher du saut nucléaire. L'accord a levé des sanctions économiques paralysantes contre l'Iran, en échange de très faibles limitations de l'activité nucléaire du régime et d’aucune limitation de ses autres entreprises nuisibles, comme ses activités sinistres en Syrie, au Yémen et ailleurs dans le monde.
 
En d'autres termes, au moment où les États-Unis avaient un maximum de cartes maitresses, cet accord désastreux a donné à ce régime, et c'est un régime de terrorisme effréné, plusieurs milliards de dollars, dont une partie en espèces, un grand souci pour moi et pour tous les citoyens des États-Unis. Un accord constructif aurait pu facilement être conclu à ce moment-là. Mais ce ne fut pas le cas.
 
Au cœur de l'affaire iranienne, il y a une fiction, l’idée que l'Iran ne voulait qu’un programme d'énergie nucléaire pacifique. Aujourd'hui, nous avons la preuve définitive que cette promesse iranienne était un mensonge. La semaine dernière, Israël a publié des documents de renseignement, longtemps cachés par l'Iran, montrant de manière concluante la nature du régime iranien et l’historique de sa tentative de produire des armes nucléaires.
 
Le fait est que c'était un horrible accord unilatéral qui n'aurait jamais dû voir le jour. Il n'a pas apporté le calme, il n'a pas apporté la paix, et il ne le fera jamais. Dans l'année qui a suivi l'accord, le budget militaire de l'Iran a augmenté de près de 40%, alors que son économie se portait très mal. Après la levée des sanctions, la dictature a utilisé ses nouvelles ressources financières pour construire des missiles à capacité nucléaire, soutenir le terrorisme, et causer des ravages dans tout le Moyen-Orient et au-delà.
 
L'accord a été si mal négocié que, même si l'Iran se conformait pleinement à ses obligations, le régime serait encore sur le point d’effectuer le saut nucléaire en court laps de temps. Les dispositions relatives au calendrier de l'accord sont totalement inacceptables. Si j'autorise la conclusion de cet accord, il y aura bientôt une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient. Tout le monde voudrait avoir son arsenal opérationnel avant que l'Iran ne réalise le sien.
 
Pire encore, le dispositif d'inspection de l'accord manque de mécanismes adéquats pour prévenir, détecter et punir la tricherie ; il n’a même pas le droit absolu d'inspecter de nombreux sites importants, dont les installations militaires. Non seulement l'accord ne parvient pas à stopper les ambitions nucléaires de l'Iran, mais il n'aborde pas non plus la question du développement par le régime de missiles balistiques capables de délivrer des ogives nucléaires.
 
Enfin, l'accord ne fait rien pour empêcher les activités déstabilisatrices de l'Iran, son soutien au terrorisme par exemple. Depuis la conclusion de l’accord, les ambitions sanglantes de l'Iran ont été étalées avec plus d’arrogance. À la lumière de ces défauts flagrants, j'ai annoncé en octobre dernier que l'accord avec l'Iran devait être soit renégocié, soit être résilié.
 
Trois mois plus tard, le 12 janvier, j'ai réitéré ces conditions. J'ai précisé que si l'accord ne pouvait pas être rénové, les États-Unis ne seraient plus parties à l'accord. Au cours des derniers mois, nous avons eu des discussions avec la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Nous avons également consulté nos amis du Moyen-Orient.
 
Nous sommes unis sur la perception de la menace et la conviction que l'Iran ne doit jamais acquérir d’arme nucléaire. Après ces consultations, il a été clair à mes yeux que nous ne pouvions pas empêcher l’obtention d’une bombe nucléaire iranienne dans la structure détestable de l'accord actuel. L'accord avec l'Iran est fondamentalement bancal. Si nous ne faisons rien, nous savons exactement ce qui va se passer. Dans un court laps de temps, le principal sponsor du terrorisme au monde sera sur le point d'acquérir les armes les plus dangereuses au monde.
 
Par conséquent, j'annonce aujourd'hui que les États-Unis se retireront de l'accord nucléaire iranien. Dans quelques instants, je signerai un mémorandum présidentiel pour entamer le rétablissement des sanctions nucléaires américaines contre le régime iranien. Nous allons instituer un niveau de sanctions économiques plus élevé, tout pays qui aiderait l'Iran dans sa quête d'armes nucléaires pourrait également être fortement sanctionné par les États-Unis.
 
L'Amérique ne sera pas l’otage d’un chantage nucléaire. Qui accepterait que des villes américaines puissent être détruites. Nous ne permettrons pas à l'Iran d'avoir accès aux armes les plus meurtrières sur Terre.
 
Ce que je fais aujourd'hui envoie un message critique, les États-Unis ne font plus de menaces creuses. Quand je fais des promesses, je les tiens. En fait, en ce moment même, le secrétaire Pompeo est en route pour la Corée du Nord, pour préparer  ma prochaine rencontre avec Kim Jong Un. Des projets sont en cours, les relations se renforcent et ce qui va se passer entre la Corée du Sud, la Corée du Nord et le Japon, présage un avenir de grande prospérité pour tous.
 
Nous trouverons une solution réelle, globale et durable à la menace nucléaire iranienne. Nous consentirons des efforts pour éliminer la menace que pose le programme iranien de missiles balistiques, pour stopper ses activités terroristes dans le monde entier et pour bloquer son activité menaçante à travers le Moyen-Orient. En attendant, des sanctions puissantes vont entrer pleinement en vigueur. Si le régime poursuit ses rêves nucléaires, il aura plus de problèmes que jamais auparavant.
 
Enfin, je veux transmettre un message aux Iraniens qui souffrent depuis longtemps. Le peuple d'Amérique est avec vous. Cela fait maintenant près de 40 ans que cette dictature a pris le pouvoir et pris en otage une nation fière. Pour la plupart, les 80 millions de citoyens iraniens n'ont malheureusement jamais connu un Iran prospère et en paix avec ses voisins, justifiant l'admiration du monde. Mais l'avenir de l'Iran appartient à son peuple. Les Iraniens sont les héritiers légitimes d'une culture riche et d'une terre ancienne, et ils méritent une nation qui rende justice à leurs rêves, honneur à leur histoire et gloire à Dieu.
 
Les dirigeants iraniens vont naturellement dire qu'ils refusent de négocier un nouvel accord, ils refusent et c'est très bien. Je dirais probablement la même chose si j'étais dans leur position. Mais le fait est qu'ils vont vouloir conclure un accord nouveau et durable, qui profite à tous, l'Iran et le peuple iranien. Quand ils le feront, je serai prêt, bien disposé et en mesure d’agir. De grandes choses peuvent arriver à l'Iran et de grandes choses peuvent arriver pour la paix et la stabilité que nous voulons tous au Moyen-Orient.
 
Il y a eu assez de souffrance, de mort et de destruction, que cela finisse à présent. 
 
Merci, que  Dieu vous bénisse. 
 
Je vous remercie.
 
Date du prononcé : le 8 mai 2018
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article