Christian Perronne ou l’honneur de la médecine, Jean-Dominique Michel

Publié le par danilette's

Voici un très bel hommage au Professeur Perrone qui a toute mon admiration depuis des années...

Lire l'article en entier sur : https://anthropo-logiques.org/christian-perronne-ou-lhonneur-de-la-medecine/

[...] Le lecteur cultivé saura que le seul antidote à l’expérience de Milgram (celle de soumission par laquelle l’autorité en blouse blanche ou en uniforme peut faire de chacun facilement un tortionnaire) consiste dans une dissension au sein de l’autorité. Et un observateur avisé m’a fait remarquer à quel point nous aurions sans nul doute tout perdu si au cours de cette année (et heureusement très tôt) des figures d’immense qualité ne s’étaient levées pour combattre d’emblée la dérive toxique qui débutait.

Je pense bien sûr en premier lieu aux Pr Didier Raoult et Christian Perronne. J’ai souvent souligné qu’il s’agissait ni plus ni moins que des meilleurs spécialistes et connaisseurs des épidémies infectieuses comme celle à laquelle nous faisions soudain face.

Certes, une nouvelle génération est arrivée aux affaires médicales, moins cultivée, moins expérimentée, moins éthique surtout, c’est-à-dire issue de cette nouvelle médecine pseudo-scientifique (la médecine n’est pas et ne peut pas être une science !), obsédée par la méthodologie, avide de pouvoir et d’argent.

Et donc le clash s’est produit dans toute sa violence entre les gardiens du sens et des valeurs fondamentales de la médecine (et donc de son honneur) et cette nouvelle caste, identifiée de manière prémonitoire par Albert Jacquard comme profondément dangereuse. [...]

Que vienne ce jour où la bonne foi, la sincérité, la générosité et la probité auront prévalu et triomphé ! Pour l’instant, je vois un Christian Perronne outragé, que l’on cherche à briser, à martyriser, et qui résiste avec un courage admirable, à la mesure de la sincérité et de la justesse de ses convictions.

Au livre brillant qu’il avait publié en juin dernier avec le succès que l’on sait a succédé un second tome, encore plus incisif, ironique, mordant, au service de cette posture qu’ont renié tant de scientifiques et de médecins, qui continue à voir en chaque malade l’équivalent d’un membre de sa propre famille à soigner envers et contre tout.

Pendant que les pendables ourdissent des plans hideux pour ne soigner que certains patients en laissant mourir d’autres à des fins d’établir des statistiques, testent des remèdes ou des interventions toxiques en empêchant des recherches honnêtes sur les médicaments les plus prometteurs (ou ceux dont l’efficacité est avérée), Christian Perronne va au charbon, ne lâche rien, subit les rétorsions et les vexations des fascisants qui sont ses supérieurs et les torrents de bave de la presse. Un homme, un professeur de médecine qui s’est battu toute sa vie pour ses patients et à leur service, traité comme un malpropre, un moins que rien, un conspirationniste par des hordes de pisse-vinaigres qui servent les intérêts les plus crapuleux qui soient et qui mettent notre espèce en souffrance à l’échelle planétaire.

Alors oui, avec le risque d’une pomposité à la mesure de mon émotion face à cette ignominie, je tiens ici à nouveau à dire à quel point Christian Perronne est un homme admirable. lire la suite

 

Publié dans France, Tikoun Olam

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article