Un ultime combat pour sauver l'humanité, Yéochoua Sultan

Publié le par danilette's

Réaction symptomatique : sur un groupe de discussions, où tout thème sensé ou décent est bienvenu, je partage un documentaire qui nous montre la vérité sous un autre angle. Une virologue de renom lance l'alerte sur l'expérience génique en cours et ses dérives.

Source de l'article

Je pense  – avec ma naïveté incurable et généreuse dont je m'étais cru guéri aux premiers accès excessifs de sainte colère contre le sacrilège osant mettre en doute l'excellence du procédé guérisseur universel inespéré – que toute information peut être utile.

Or je reçois une réaction qui n'est pas dénuée d'intérêt : «Certes… néanmoins, des dizaines de milliers de gens se sont portés volontaires pour servir de "rats de laboratoire" afin de contribuer au sauvetage de l'humanité de l'épidémie. Et je suis heureuse d'être un "rat de laboratoire" du vaccin israélien. Personne ne vous oblige à vous faire vacciner, mais il serait bon que vous preniez en compte l'engagement pour la solidarité, au lieu d'envoyer sur ce forum des considérations délirantes qui ont pour objectif d'apaiser votre conscience.  De l'expérience passée, je sais qu'il est impossible de vous convaincre de quoi que ce soit. En vous souhaitant une bonne santé...

Non pas que je fusse piqué – on se blase à la longue – mais puisque qui ne dit mot consent, je m'acquittai par une courte réplique : «Ils ont des yeux et ils ne voient pas. Tout ce qui ne s'accorde pas avec la conception selon laquelle Pfizer serait le sauveur ne peut être que du délire. Il serait bon de s'ouvrir à un plus large éventail d'opinions, y compris de spécialistes dont le cerveau n'est pas abîmé par l'appât du gain.»

Bref, mon interlocutrice voit grand. Il se pourrait bien que son empressement à servir de cobaye, car, cobaye ou pas, son courage est sublimement héroïque. Sa mission : sauver la planète, pas moins. Et pour sauver la planète, madame est prête, avec courage et abnégation, à se faire inoculer un produit nouveau, mystérieux et aux effets encore inconnus. Et ce n'est pas tout. C'est une grande patriote, puisque le vaccin s'est converti pour devenir israélien. Et moi qui le prenais pour un produit fabriqué par un véritable trust de l'industrie pharmaceutique à but très lucratif. Il serait tout autant inapproprié de la considérer comme un mouton qui suit le troupeau. Non, elle court en première ligne du front, solidaire de son peuple et du monde. Elle n'a pas accepté de servir l'expérience, elle en est la demandeuse, la commanditaire, tout comme c'est autre intervenant qui, il y a quelque jours, réagissait : «Il vaut se faire vacciner pour ne pas mettre les autres en danger».

Mais bien entendu, me diriez-vous. Pourquoi présenter toutes ces éminentes et nobles qualités humaines sous un angle ironique.

C'est que je refuse le contraste, l'opposition, l'antinomie qui s'impose par déduction ; celle que de telles conjectures sous-entendent, contrairement à ce qu'insinuent ces intervenants. Je ne suis pas partisan de l'anéantissement de la planète terre ou de l'espèce humaine qui l'habite. Et je n'y suis pas non plus indifférent. Qui s'oppose à l'expérience en cours, ou du moins n'est pas prêt à s'y prêté, ne peut être considéré comme dénué de patriotisme, voire traître à la nation ; ou encore comme désireux d'apaiser sa conscience par couardise, tel cet objecteur de conscience qui se voile la face derrière l'élaboration d'un système d'éthique et de morale pour enfouir sous le tapis de son système justificateur sa peur du bruit des lames des glaives qu'on aiguise, ou des détonations des canons.

On en est là. Le vacciné est un héros de guerre. Les membres aguerris des commandos les plus périlleux ne l'impressionnent pas. Et de même qu'un soldat pourrait reprocher à ses camarades qui ne serviraient pas dans les unités d'élite de Tsahal de se cacher derrière lui sans prendre de risques, de même les combattants des commandos anti-corona reprochent-ils aux autres de monter en autostoppeurs sur la vague, trop peureux qu'ils sont à la vue des seringues ou d'hypothétiques effets secondaires imaginaires.  

Mais… un instant. Et si c'était le contraire? Lire la suite sur :  http://vu-sous-cet-angle.over-blog.com/2021/04/un-devoir-civique-et-religieux-un-ultime-combat-pour-sauver-l-humanite.html

Un ultime combat pour sauver l'humanité, Yéochoua SultanUn ultime combat pour sauver l'humanité, Yéochoua Sultan

Publié dans yeochoua sultan, Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article