70 % des Palestiniens musulmans de Jérusalem-Est préfèrent Israël à la Palestine

Publié le par danilette

Sondage/ Jérusalem-Est préfère Israël

 

70 % des Palestiniens musulmans de Jérusalem-Est préfèrent Israël à la Palestine.

Pour préserver leur niveau de vie. Et leur liberté.

 

 

PAR MICHEL GURFINKIEL.

 

 

« Supposons que l’Autorité palestinienne demande aux Nations Unies de proclamer un Etat palestinien sans l’accord d’Israël…  Quelles seront les conséquences pratiques d’une telle initiative dans votre vie ? »  C’est la question qu’un institut de sondage palestinien indépendant, le Palestinian Center for Public Opinion (PCPO), a posé aux habitants palestiniens de Jérusalem-Est.

 

Les réponses ? 34 % seulement des personnes interrogées ont estimé que qu’une initiative en vue de la reconnaissance d’un Etat palestinien par l’Onu aurait « un effet positif » sur leur existence ; 35 % ont conclu à un « effet négatif » ; 27 % ont déclaré que cela n’aurait« pratiquement aucun effet » ; et 4 % n’avaient pas d’opinion. Au total, 66 % des habitants arabes de Jérusalem-Est – une majorité des deux tiers - ont donc manifesté leurs réserves envers une telle proclamation.

 

Mais une autre question a suscité des réponses encore plus inattendues : « Si une solution politique impliquant la coexistence de deux Etats est mise en place, préferiez-vous devenir un citoyen de la Palestine ou un citoyen d’Israël ? » 35 % des personnes interrogées ont préféré Israël, 30 % la Palestine et 35 % se sont déclarées sans opinion.

 

Au total, 70 % des habitants palestiniens de Jérusalem-Est – plus des deux tiers - ont donc rejeté a priori l’idée d’un rattachement à la Palestine. Il y a lieu de penser, en outre, qu’une grande partie des « sans opinion » sont en réalité favorables à un rattachement à Israël, mais n’osent pas le dire ouvertement, même dans le cadre d’un sondage théoriquement anonyme. Un majorité absolue des habitants arabes de Jérusalem-Est seraient donc plus favorables à Israël qu’à la Palestine.

 

Le PCPO a mené son enquête de terrain fin 2010. Les données (tenant compte de réponses multiples) sont été ensuite traitées sur place par un autre institut, spécialisé dans l’analyse des opinions publiques du Moyen-Orient, Pechter Middle East Polls, et sous l’autorité d’un expert reconnu, David Pollock. Marge d’erreur : plus ou moins 3 %. Le rapport final a été publié en avril 2011, sous l’égide du Council on Foreign Relations (CFR) de New York. On peut difficilement faire mieux en termes de méthodologie et de crédibilité.

 

Le sondage a été actualisé au cours du printemps et de l’été 2011. Le 15 septembre, au cours d’une réunion de presse organisée par l’Institut Jean-Jacques Rousseau (IJJR-JJRI) à Paris, David Pollock était en mesure de révéler que les nouveaux chiffres confirmaient les précédents

 

« Jérusalem-Est » n’existe pas en tant qu’entité administrative. Ce terme regroupe l’ensemble des quartiers et espaces de Jérusalem situés à l’est de la « ligne verte », l’ancienne ligne de cessez-le-feu israélo-jordanienne en vigueur de 1949 à 1967. Rattachés à la Jérusalem israélienne (« Jérusalem-Ouest ») en juin 1967, au lendemain de la guerre des Six Jours, ils se situent en fait au nord, à l’est et au sud de celle-ci. Leur superficie est de 64 kilomètres carrés, sur un total de 125 kilomètres carrés pour l’ensemble de la municipalité « unifiée » de Jérusalem.

 

Ainsi définie, Jérusalem-Est comptait 66 000 habitants en 1967, arabes à 98 %. En 2008, elle comptait 456 000 habitants, soit 60 % de l’ensemble de la population de la Ville sainte. Dont 195 000 Juifs et 260 000 Arabes. Les habitants juifs de Jérusalem-Est se sont installés dans des quartiers dont ils avaient été chassés en 1948, comme la Vieille Ville, ou dans des quartiers nouveaux créés en général dans desno man’s lands d’avant 1967 ou des zones non urbanisées. Les habitants arabes, dont la croissance démographique a été de 300 % sous le régime israélien, habitaient déjà sur place avant 1967 ou ont immigré de Cisjordanie ou de Gaza depuis cette date.

 

Les habitants arabes de Jérusalem-Est peuvent obtenir la nationalité israélienne sur simple demande. Moins de 10 % l’avaient fait en 2008, mais les demandes se sont multipliées depuis cette date. Les autres jouissent d’un statut de résidents permanents privilégiés, qui leur attribue tous les droits civiques et sociaux des Israéliens.

 

Les réponses que les Palestiniens de Jérusalem-Est apportent à d’autres questions permettent de mieux cerner et comprendre leur attitude. Interrogés sur leur identité, ils se définissent à près de 70 % comme « palestiniens », « arabes » ou « jérusalmites ». Chez les musulmans (92 % de la population concernée), l’identité religieuse l’emporte légèrement : ils sont 73 % à se définir d’abord comme musulmans.

 

Sur le régime israélien, ils donnent des réponses contradictoires, et donc marquées au sceau de la sincérité. Ils sont 44 % à se déclarer satisfaits de leur niveau de vie, 26 % à n’être « ni satisfaits, ni insatisfaits », 31 % à être insatisfaits. Soit au total 70 % de « non-insatisfaits ». Font-ils l’objet de discrimination de la part des Israéliens ? 56 % le pensent ; 27 % ne le pensent pas, ou guère ; 17 % ne savent pas. Quels sont les aspects du régime actuel qui les heurtent le plus ? Près de 70 % mentionnent les contrôles de sécurité et la barrière de sécurité. 46 % se plaignent de l’attitude « intimidatrice » des services de sécurité israéliens, mais 28 % disent la même chose des organisations palestiniennes.

 

Pourquoi préfèrent-ils en définitive Israël à la Palestine ? Leurs raisons ne sont pas sans rapport avec les révolutions arabes actuelles : ils sont 86 % à redouter, s’ils sont rattachés à la Palestine, « un niveau plus élevé de corruption » ; et 74 % à craindre « la perte de leur capacité à s’informer et à s’exprimer librement ».

 

(c) Michel Gurfinkiel, 2011

 

Voir également Valeurs Actuelles, numéro du 15 septembre 2011.


Lire aussi :

Activités de développement et de construction illégales à Jérusalem, TheIsraelProject

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article