A Gaza, il n’y a pas de « civils innocents », Giora Eiland

Publié le par danilette

5 août 2014, sur le site de Ynet


Traduction française : Menahem Macina


Combattre un Etat ennemi, d’une main, en fournissant nourriture et énergie à ses habitants, de l’autre, est absurde.


Quelle que soit la manière dont « Bordure de protection » se termine, il se dégage de cette opération une leçon claire, qui ne se limite pas au problème des tunnels, mais qui a trait à une question plus stratégique. Israël est maintes fois tombé dans le piège de l'asymétrie.


La situation dont nous parlons à propos de ce conflit est la même que celle que nous avons affrontée au Liban, en 2006. Dans le cas présent, nous combattons une organisation terroriste, et uniquement une organisation terroriste, alors que la population du sein de laquelle elle opère n’est pas l’ennemi. Qui plus est, au cours des combats, nous nous sentons obligés de fournir nourriture, carburant et électricité aux habitants de Gaza.


En quoi est-ce erroné ? Parce qu’un Etat ne peut venir à bout d’une organisation de guérilla efficace quand ces conditions sont présentes : quand nous et eux sommes des deux côtés d’une frontière, quand cette organisation jouit de la pleine protection d’un Etat mais que cet Etat ou ses citoyens sont déchargés de toute responsabilité.

 

Quiconque est incapable de comprendre cela entreprend une guerre impossible à gagner. Nous voyons actuellement que malgré l’impressionnant combat de Tsahal, malgré notre suprématie militaire absolue, nous sommes pris dans une espèce de « couple stratégique ».


Quelle aurait dû être la bonne chose à faire ? Nous aurions dû déclarer la guerre à l’Etat de Gaza (plutôt qu’à l’organisation du Hamas), et laisser la guerre suivre son cours. Dès l’instant où elle commence, la chose essentielle à faire est de fermer les points de passage, d’empêcher l’entrée de toute marchandise, y compris la nourriture, et d’empêcher complètement la fourniture de carburant et d’électricité.

Dans une guerre entre Etats, chaque camp a le droit d’utiliser ses capacités de pression sur l’autre camp. Le fait que nous combattions un Etat ennemi, d’une main, en fournissant nourriture et énergie à ses habitants, de l’autre, est absurde. Cette générosité renforce et étend la capacité qu’a l’Etat ennemi de Gaza de nous combattre.


A ce stade vous poserez probablement deux questions. 

  • Premièrement, pourquoi les habitants de Gaza souffrent-ils ? Eh bien, ils sont coupables de cette situation tout comme les habitants de l’Allemagne furent coupables d’avoir choisi Hitler comme leur dirigeant et ont payé un prix très lourd pour cela, ce qui n’était que justice. Le Hamas n’est pas une organisation terroriste venue de loin pour occuper Gaza par la force. C’est l’authentique représentant de la population de cet endroit. Il a accédé au pouvoir à la suite d’élections démocratiques et a développé une capacité militaire impressionnante avec le soutien de sa population. La base de son pouvoir est restée stable malgré la souffrance.

  • La seconde question a trait à la légitimité internationale. La réponse est simple : Israël voulait et veut toujours un réel cessez-le-feu, à tout moment. La souffrance des habitants de Gaza n’est pas le résultat de la pression israélienne, mais celui de leur soutien à une lutte armée par le biais de leur gouvernement élu. Cette souffrance pourrait cesser immédiatement s’ils acceptaient un cessez-le-feu.

 

Mais comme nous voulons faire preuve de compassion à l’égard de ce peuple cruel, nous sommes voués à agir cruellement à l’égard du peuple réellement compatissant : les habitants de l’Etat d’Israël.


Ceci ne vaut pas seulement pour les leçons à tirer de ce conflit, mais également pour ce à quoi il faut s’attendre par la suite. Il est raisonnable de supposer qu’aussitôt que les combats auront cessé, nous subirons une lourde pression pour nous obliger à ouvrir les points de passage, rétablir l’électricité dans Gaza, et aider à reconstruire les bâtiments et les infrastructures. Israël peut et devrait donner son accord, mais seulement si le camp adverse accepte de démilitariser la Bande de Gaza de son armement lourd.


Pour garantir nos intérêts face aux exigences de la partie adverse, nous devons nous débarrasser de la distinction artificielle, erronée et dangereuse, entre les gens du Hamas qui seraient les « sales types », et les habitants de Gaza, supposés être les « braves gens ». Nous avons affaire à un Etat ennemi, non à une organisation terroriste censée agir du milieu d’une population civile innocente.


Ce n’est qu’en mettant les choses au niveau [d’un conflit] entre Etats ou entre peuples, que nous serons en mesure de créer une réelle dissuasion ou de vaincre l’ennemi quand éclatera le prochain conflit.

 


Giora Eiland *

 

      

* Le major-général (retraité) Giora Eiland, est l’ancien directeur du Conseil National de Sécurité d’Israël.


Publié dans Israël, Menahem Macina

Commenter cet article

CHAÏB DRAA 07/08/2014 19:06


Mme DANILETTE, il faut laisser voir tous les commentaires de vos abonnés, puisqu'on n'arrête pas de sussurer que votre pays est la ''seule démocratie'' de la région !!! Apparemment le mien aurait
été sensuré...

danilette 07/08/2014 23:15



non il n'a pas été censuré mais je n'ai pas eu le temps d'y répondre. Je ne le laisse pas paraître sans réponse. Les commentaires de ce blog sont modérés c'est à dire que l'équipe choisit ou non
de publier un commentaire, ce n'est ni un pays, ni une démocratie, c'est un blog, ne mélangez pas tout. J'avais l'intention de vous répondre plus tard mais je commence ma réponse en vous disant :
allez donc poster le même commentaire sur les sites pro-palestiniens en leur conseillant de faire la paix (comme si les Israéliens voulaient la guerre et ne désiraient pas la paix) et venez me
transmettre les réponses, si vous êtes assez courageux. La paix pour le gouvernement élu de Gaza signifie la liquidation d'Israël, vous le savez bien, lisez la charte du Hamas et ne me dites pas
que vous ne savez pas aussi que Yahoud est une grave injure en arabe, les Arabes ne se sont pas encore remis de voir leurs anciens vassaux, dhimmis, opprimés (pendant des siècles) leur tenir
tête, regardez ce que les amis du Hamas font avec toutes les minorités chrétiennes, yesidi et tous les non-musulmans. Je prends un petit exemple. Vous habitez dans un immeuble et un voisin a
envie de vous tuer, il vous le dit, le proclame à qui veut bien l'entendre, il l'écrit et tous les voisins sont au courant. Je vous laisse un petit mot dans votre boite aux lettres vous disant :
"mais enfin soyez adulte, cet homme qui veut vous tuer est misérable, il ne vit que dans un 2 pièces et vous dans un F5, il n'a pas de travail, vous devez l'aider, avoir de bonnes relations avec
lui et surtout vous devez faire la paix..."


J'ajoute que vous ne semblez pas vraiment au courant que tous les dirigeants palestiniens sans exception, de l'OLP au Hamas sont milliardaires, ils ont tous des patrimoines estimés entre 3 et 5
milliards de dollars, Mahmoud Abbas alias Abou Mazen et son fils, Khaled Meshaal, Ismael Hanyeh, sans parler d'Arafat et sa fortune en partie détournée par sa femme qui a trouvé refuge à Malte,
ce sont tous de parrains de mafia, pire encore, qui s'enrichissent sur le dos de leurs populations qu'ils envoient devenir des Shahids pour la bonne cause pendant qu'eux profitent d'une vie
luxueuse ! Il y a aussi des centaines de millionaires à Gaza, des quartiers résidentiels avec des villas luxueuses... Les Gazaouis vont peut-être se révolter un jour et je l'espère pour eux,
personne ne peut le faire à leur place, après tout c'est eux qui ont élu ce gouvernement du Hamas, librement, tout comme les Allemands ont élu Hitler, c'est pour cela que l'auteur fait le
rapprochement. Je ne sais qui vous êtes de quel pays, quel religion, je vous imagine Kabyle je ne sais pourquoi...



LE GOAN 07/08/2014 00:37


Je l'ai déjà écrit : les dirigeants successifs d'Israël se comportent toujours comme des enfants fautifs qui s'attendent à être "grondés" par des minables tels que la France, l'ONU, etc... Comme
si Israël était frappé de cécité et ne voyait pas la réalité : la France qui se prostitue auprès du Qatar et l'Arabie saoudite, L'ONU, ectoplasme formée essentiellement d'arabes dont le
"décideur", un arabe aussi (bien qu'il ait "exotisé" son nom de Ben Kmoun en Ban ki moon, un peu à l'américaine), en réalité deux sous-merdes qui n'arriveront jamais à la cheville d'Israël !
Il faudrait une "analyse" psy géante aux dirigeants Israéliens qui souffrent d'une maladie ayant un lien avec celle qu'on appelle le Syndrome de Stockholm. Comme si, après les souffrances subies
depuis 20 siècles, Israël ne cessait de s'excuser d'exister.... Nous les Juifs sommes maso et l'UE et les autres pourris ne cessent d'exploiter le filon en essayant de toujours culpabiliser
Israël. Comment tous les autres pays auraient réagi après 14 ans d'envoi de roquettes sur son sol ? Auraient-ils eux aussi rempli les estomacs de leur ennemi ? accordé l'électricité gratuite ?
réparé les lignes permettant d'y accéder (mettant en danger les israéliens qui les réparent) ? nous ne sommes pas sur une terre de bisounours, et il faut qu'Israël apprenne à taper sur la table,
à exiger, à surmonter ses états d'âme, sa  culpabilité et ses remords qui n'existent que dans son imagination.


 

fred 03/05/2016 20:19

La France, minable ???
Qu'est-ce qui vous fait dire cela ?