Abominables Nations Unies, Guy Millière

Publié le par danilette

J’ai déjà eu l’occasion d’écrire tout le mal que je pensais des Nations Unies.


Conçues au départ comme un moyen d’avancer vers la paix et la fraternité, et comme un instrument de dialogue entre les pays de la terre, les Nations Unies sont devenues un défouloir assez ignoble, où les discours les plus répugnants peuvent se tenir et trouver un écho planétaire.
Élaborées pour que les démocraties soient à même d’endiguer les dictatures, elles sont devenues un lieu où les démocraties sont encerclées par les dictatures. Censées dire le droit international, elles produisent des déclarations qui, le plus souvent, sont, au droit, ce que l’Union soviétique sous Joseph Staline était à la liberté.

La commission des Affaires étrangères de la Chambre américaine des représentants envisage des mesures destinées à interrompre l’envoi de fonds américains pour financer cette institution délétère. Ces mesures ne seront pas votées par la majorité démocrate du Sénat et ne recevront jamais l’approbation de Barack Obama : elles resteront donc pour l’heure lettre morte. Mais elles sont sur la table et, dès qu’un Républicain remplacera Barack Obama, elles pourront prendre force de loi.

Ce genre de mesures ne sera, bien sûr, jamais envisagé en Europe…
Les prochaines démonstrations de la dépravation des Nations Unies auront lieu, semble-il, très prochainement.
Sauf imprévu, le 23 septembre, l’Autorité palestinienne demandera que soit reconnue la création d’un État palestinien sans frontière définie, et les trois quarts des membres des Na­tions Unies répondront positivement à cette demande qui leur sera adressée. Le texte fera l’objet d’un veto de la part du seul membre du conseil de Sécurité dont la population garde encore une capacité de s’indigner face au déshonneur, les États-Unis, et le texte ne sera donc pas adopté.

Qu’une organisation terroriste, raciste, totalitaire, prônant l’épuration ethnique, soit autorisée officiellement à demander un État aux Nations Unies montre que nous sommes en pleine imposture. Que les trois quarts des pays membres répondent positivement devrait être un scandale absolu. Que les États-Unis, dirigés par Barack Obama, mais dont la population garde encore le sens de l’honneur, soient le seul pays à réagir devrait être une source de honte pour la France et le Royaume-Uni, qui disposent à l’ONU du même pouvoir que les États-Unis, mais n’en useront pas. Cela montre aussi pourquoi les États-Unis doivent rester, malgré tout : sans les États-Unis, il n’y aurait que la dépravation. Seule­ment la dépravation.

Lire la suite sur le site des 4vérités , vous pouvez également voter pour cet article


Publié dans Onu - Ong, Guy Millière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

David 21/09/2011 21:31



Cette dépravation des nations a été exprimée sur les vitres de l'université de Caen ces derniers jours! Il ne faut pas s'y tromper! Cette vilenie se trouve dans nos rues.....