Afrique de l'Est: l'ONU manque de fonds face à la crise alimentaire due à la secheresse

Publié le par danilette

http://fr.allafrica.com/view/group/main/main/id/00013554.html

 

Certaines populations du Kenya, de Somalie, de Djibouti et d'Ethiopie sont confrontées à de graves problèmes de malnutrition, a déclaré l'ONU mardi 28 juin 2011. Les enfants sont particulièrement touchés, et les taux de mortalité infantile ne cessent de croître. La sécheresse entraine une disparition des troupeaux et un renchérissement du prix des denrées, ce qui aggrave la malnutrition.

Elisabeth Byrs, porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), a déclaré à RFI qu'il s'agit d'une sécheresse sans précédent : « Il y a plus de 10 millions de personnes affectées par cette sécheresse, à un stade ou un autre, et l'on n'attend aucune amélioration avant 2012. 

Il y a des endroits où l'on n'a pas vu un tel état de sécheresse depuis 60 ans, depuis le début des années 1950. Nous sommes vraiment à un niveau d'urgence avant un catastrophe ».Cette catastrophe naturelle affecte près de trois millions de personnes en Ethiopie, 2,6 millions en Somalie, ainsi que 117 000 habitants de Djibouti.

Selon Elisabeth Byrs, « on peut dire qu'un certain nombre de ces personnes sont en situation de pré-famine, puisqu'on voit que le taux de mortalité des enfants augmente, dépassant le seuil d'urgence qui est de 15%. La moitié des enfants, venant du sud de la Somalie, qui arrivent dans les camps de réfugiés en Ethiopie sont mal nourris ».Cette sécheresse a été provoquée par un déficit de pluie depuis deux ans qui a affecté les récoltes et déclenché une flambée des prix des céréales, rendant l'accès à la nourriture critique, notamment pour les bergers dont le bétail souffre également durement. Ainsi, relève l'ONU, les prix des céréales dans les zones touchées au Kenya sont de 30 à 80% supérieurs à la moyenne de ces cinq dernières années. En Ethiopie, l'indice des prix à la consommation pour l'alimentation a bondi de près de 41% en mai sur un an.La sécheresse, s'ajoutant à des situations de conflit, a provoqué des déplacements massifs de populations, notamment en Somalie. Selon Ocha, chaque mois en moyenne, quelque 15 000 Somaliens fuient leur pays pour se réfugier au Kenya et en Ethiopie. Selon le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), quelque 20 000 Somaliens sont arrivés ces deux dernières semaines dans le camp de réfugiés de Dadaab, au nord-ouest du Kenya.Les agences humanitaires n'ont pas assez de fonds

D.HinrichsenDéforestation à Asmara en Ethiopie
Malgré une situation qui ne cesse de se détériorer, les Nations unies n'arrivent pas à financer leurs activités dans cette zone. Selon la même porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU, « l'appel pour la Somalie n'est financé qu'à 50%, tout comme celui pour le Kenya. Le petit appel pour Djibouti, de 39 millions de dollars, n'a reçu que 30% de financement, ce qui veut dire que les agences humanitaires et notamment le Programme alimentaire mondial (PAM), ainsi que l'Unicef qui s'occupe des enfants, toutes les agences de l'ONU qui ont besoin de passer à la vitesse supérieure, n'ont pas assez d'argent. Notre rôle est justement d'attirer l'attention de la communauté internationale sur cette situation ».Lors de cet entretien à RFI, Elisabeth Byrs a lancé un vibrant appel aux bailleurs de fonds pour faire face à cette grave situation : « je crois que nous allons arriver à un moment où il faut qu'il y ait une mobilisation des bailleurs de fonds au plus vite. Je sais qu'il y a énormément de crises qui font que les bailleurs doivent mettre la main à la poche de plus en plus souvent. Il y a de plus en plus de catastrophes, il y a la situation qu'on a vue récemment avec la Libye et cela mobilise les budgets. Mais il ne faut pas oublier le reste de l'Afrique ».lire aussi : 

Corne de l'Afrique : l'ONU manque de fonds face à la crise alimentaire

Des millions de personnes souffrent de la faim dans la Corne de l'Afrique.

29 juin 2011  

Alors que près de neuf millions de personnes sont dans une situation d'insécurité alimentaire dans la Corne de l'Afrique provoquée principalement par une sécheresse sans précédent, la Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Josette Sheeran, a appelé la communauté internationale à agir déplorant le manque de ressources pour répondre à l'urgence.
« Une crise alimentaire régionale, qui se propage lentement, n'a peut-être pas l'impact immédiat d'une crise majeure, comme dans les cas du séisme en Haïti ou des inondations au Pakistan, mais la sécheresse et la hausse des taux de malnutrition dans la Corne touchent un plus grand nombre de personnes et ont des effets tout aussi dévastateurs », a déclaré mercredi Josette Sheeran dans un communiqué.

 

Publié dans Afrique - Maghreb...

Commenter cet article