Remise en ligne de l'analyse de Mordechai Kedar sur la situation au Liban, 13/11/2010

Publié le par danilette

 

Sur le blog de Mordechai Kedar  

נסוגים קדימה

Le Hezbollah a peur que l'ONU remette en cause sa légitimité et il risque de réagir avec une stratégie utilisée au Moyen-Orient : il va exploiter la faiblesse du gouvernement et de l'armée dans une fuite en avant et prendre le contrôle du Liban par un coup de force ultra-rapide, ensuite il éliminera des opposants afin qu'on sache qui est le vrai patron du Pays des Cèdres et il favorisera l'émigration de tous les autres vers la France, vers le Canada ou vers leur pays ami, Israël.

******************

                                                                                

En général, si quelqu'un nous menace frontalement, nous essayons pour notre survie, d'améliorer notre position soit par une retraite ou par un retour en arrière qui nous permettent par la suite d'essayer d'organiser et de préparer une riposte. C'est ainsi que fonctionne notre logique. Au Moyen-Orient la règle est différente, quand un oriental identifie une menace, il évalue rapidement la situation : s'il s'agit d'une très forte menace impossible à affronter, la fuite est la seule issue, mais si la menace lui semble faible, alors il préférera la fuite en avant, c'est-à-dire une attaque immédiate pour exploiter l'effet de surprise. 

Le Hezbollah se trouve confronté ces jours-ci à une menace de la Cour Internationale de Justice qui enquête sur l'assassinat d'Hariri en 2005 et qui pointe un doigt accusateur sur l'organisation religieuse chiite et semble prêt à prouver que cette organisation n'est rien d'autre qu'une organisation d'assassins anti-libanais. La légitimité que le Hezbollah tire du fait d'être l'unique organisation qui lutte pour la libération des "Fermes de Shebaa" sera entachée par l'implication de celui-ci dans la liquidation de Hariri. Même les rumeurs faisant état de l'implication d'Imad Mughniyeh dans l'assassinat d'Hariri ne rendent pas sa dignité à Hassan Nasrallah qui a appelé Mughniyeh "le Martyr de la patrie". 

Les survivants de l'ancien régime du Liban, les opposants à la mainmise du Hezbollah sur le territoire, sur la politique et sur l'économie de l'ex-Suisse du Moyen-Orient, risquent d'exiger la poursuite des hauts dirigeants du Hezbollah devant le Tribunal Pénal International et peut-être même de Nasrallah lui-même. C'est donc une menace pour la poursuite du programme de la milice chiite, déjà bien avancé depuis 10 ans qui est de prendre le contrôle du Liban de manière pacifique. Dans cette situation de menace sur la légitimité même du Hezbollah, celui-ci utilisera la stratégie employée au Moyen-Orient : il va exploiter la faiblesse du gouvernement et de l'armée dans une fuite en avant et prendre le contrôle du Liban par un coup de  force ultra-rapide, ensuite il éliminera le pouvoir de ses adversaires. Ainsi il sera reconnu par ses voisins proches et lointains comme le maître véritable du Pays des Cèdres et il favorisera l'émigration de tous les autres vers la France, vers le Canada ou vers leur pays ami Israël. 

Après une courte période de confusion et d'effarement parce que  la volonté d'affronter le Hezbollah s'évanouira vite, le monde acceptera une situation de statu quo. Nasrallah s'alliera dans une alliance de défense réciproque avec l'Iran, il renverra les forces de l'UNIFIL, effacera  le cèdre du drapeau national, symbole de la Montagne Chrétienne pour le remplacer par le symbole du Hezbollah, interdira aux filles de se baigner en bikini sur la plage de Jounieh et fermera les chaînes de ses opposants avec en premier lieu, la chaîne et le journal Al Moustakbal (l'Avenir) de la famille Hariri. 

C'est ainsi que cela se passe dans cette région en détresse, dans le voisinage de laquelle se trouve Israël.

Il nous incombe à nous Israéliens, de surveiller que personne n'aie envie d'une fuite en avant dans notre direction.


Adapté de l'hébreu par Danilette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Mordechai Kedar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article