Appels des Islamistes pour la destruction des Grandes Pyramides d’Egypte. Traduction Nancy Verdier

Publié le par danilette

Calls to Destroy Egypt’s Great Pyramids Begin, Raymond Ibrahim, http://frontpagemag.com
Traduction Nancy Verdier www.gerard-brazon.com

Selon les médias arabes, plusieurs personnalités religieuses  musulmanes faisant autorité  ont commencé à lancer des appels en faveur de la destruction  des Grandes Pyramides d’Egypte qui aux  dires du Sheikh saoudien Ali bin Said al-Rabi’I, (Sheikh Ali bin Said al-Rabi'i ),  sont des  “symboles païens”, que le parti salafiste d’Egypte a depuis longtemps prévu de recouvrir de cire.(cover with wax). Plus récemment, au Bahrein  le "Sheikh des Sheikhs sunnites" et Président de l’unité nationale, Abd al-Latif al-Mahmoud , a incité le nouveau président d’Egypte, Mohamed Morsi, à  "détruire les  Pyramides et accomplir  ce que  Amr bin al-As n’a pu faire."

Cet appel fait référence au compagnon du prophète musulman Mohamed, Amr bin al-As et à ses tribus arabes qui ont envahi et conquis l’Egypte vers 641. Sous la domination de  al-As et avec les lois musulmanes qui s’en suivirent, beaucoup d’antiquités égyptiennes furent détruites en tant que reliques provenant des infidèles.  Tandis que la plupart des savants occidentaux défendent  des versions contraires, selon les premiers écrivains musulmans, la Grande Bibliothèque d’Alexandrie elle-même – considérée comme le dépositaire d’un savoir païen en contradiction avec le Coran – fut détruite sous le règne de bin al-As, suivant en cela les ordres du Calife Omar.(compliance with Caliph Omar's command .)

Cependant, si l’autodafé de livres était un processus simple au 7ème siècle,  il n’en allait pas de même pour la destruction de pyramides aussi hautes que des montagnes et placées sous l’oeil vigilant du Sphinx -  même si les conquérants Mameluk  au Moyen –âge parvinrent à lui faire « sauter le nez » (de-nose ) au cours d’exercices  de tirs (Mais la légende populaire attribue naturellement cet épisode à un occidental, Napoléon.)

Mais  aujourd’hui, comme  le dit le   "Sheikh des Sheikhs" du  Bahrein,  grâce aux technologies modernes  les pyramides peuvent être détruites. Reste à  savoir si le Frère Musulman qui préside l’Egypte est suffisamment  “pieux”  - au point de vouloir achever le processus d’islamisation entamé sous la férule du  premier conquérant  islamique d’Egypte.

Cette éventualité reste dans le domaine du plausible. L’histoire est remplie  d’exemples  où les musulmans détruisent leur propre patrimoine islamique  - à commencer par Mohamed lui-même qui a détruit le temple arabe de la Ka’ba pour en faire une mosquée.

A la question :  "Pourquoi les adeptes de l’islam sont-ils poussés à se retourner contre leur  propre patrimoine ?",  Daniel Pipes fournit plusieurs exemples (several examples) , depuis les musulmans du Moyen-âge en Inde qui détruisirent les temples de leurs ancêtres jusqu’aux musulmans contemporains qui détruisirent l’héritage laissé par leurs ancêtres en Egypte, Irak, Israël, Malaisie et Tunisie.  Actuellement, dans ce que la Cour Internationale de Justice qualifie de probable “crime de guerre”, des fanatiques islamiques sont en train de détruire l’héritage ancestral de la cité de Tombouctou au Mali. (destroying the ancient legacy of the city of Timbuktu)- le tout aux cris de guerre triomphants de "Allahu Akbar!"

Une grande partie de la haine envers leur héritage pré-islamique est liée au fait que traditionnellement, les musulmans ne s’identifient pas à l’une  ou l’autre nation ou à une culture ou une langue, mais uniquement à  la nation islamique – la Oumma. En conséquence, alors que beaucoup d’égyptiens  - musulmans et non-musulmans – se perçoivent d’abord et avant tout comme des égyptiens ( as Egyptians), les islamistes n’ont pas d’identité nationale et s’identifient uniquement à la "culture," islamique basée sur la  "sunna" du prophète et à la langue de l’islam, l’arabe. (Ce qui devrait alerter les socialistes proarabes qui militent pour l'apprentisage de l'arabe dans nos écoles. Ndlr Gérard Brazon). Ce sentiment est clairement reflété dans la déclaration de l’ancien dirigeant des Frères Musulmans  (leader of the Muslim Brotherhood ), Mohamed Akef, qui a récemment dit  "Au diable l’Egypte," indiquant ainsi que la défense des intérêts de son pays passe après la défense de l’islam.

Ceci est d’autant plus alarmant que ces appels ont lieu maintenant – immédiatement  après la prise de pouvoir par les Frères Musulmans dont un des membres est devenu président de l’Egypte.  En fait, les mêmes reportages qui relatent les appels à la destruction de la dernière des sept merveilles du monde  notent aussi que les salafistes égyptiens demandent à Morsi de bannir tous les shites et les baha’is d’Egypte. (banish all Shias and Baha'is from Egypt .)

En d’autres termes, les appels récents de Morsi pour libérer le Sheikh aveugle, tête pensante du terrorisme, de sa prison américaine peut n’être que la pointe de l’iceberg d’une escalade dans l’audace. Depuis ses appels pour légaliser le mariage d’esclaves sexuelles en passant par  des appels pour instaurer la “police des moeurs”, jusqu' à des appels pour détruire les monuments grandioses d’Egypte, sous la tutelle des Frères Musulmans, le bouchon vient de sauter et le génie se libère sur l’ Egypte.

Toutes ces institutions internationales qui se donnent pour mission de fermer les yeux  chaque fois que  les droits de l’homme sont bafoués par des musulmans , de crainte d’être taxées d’islamophobes, vont elles au moins être attentives maintenant que les Grandes Pyramides sont les prochaines cibles sur la liste  des islamistes, ou bien le fait que des musulmans soient impliqués dans ce processus va –il les forcer au silence une fois encore – quitte à voir les plus vieux symboles  de l’humanité et de la civilisation  réduits en poussière ?     


Articles liés :

Le détournement musulman de Ground Zero, Daniel Greenfield

Une nouvelle mosquée à Gaza, sur l'emplacement de la synagogue de Netzarim

Publié dans Egypte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article