Ashraf, déshonneur des Verts, Pierre Lefebvre

Publié le par danilette

Lire l'article sur www.primo-info.eu

Dans les pays européens, les Verts visent, ils ne s’en cachent pas, à conquérir les plus hautes sphères du pouvoir. 


En France, ils nourrissent de grandes ambitions pour 2017 et leur représentante, Cécile Duflot, laquelle d’ailleurs montre assez bien son excellence aux manœuvres politiciennes. 

On croyait ce mouvement composé de personnalités douces et rêveuses. Mais ce marigot contient une vase glauque, à faire passer le Conseil Général des Bouches du Rhône pour une tendre amicale de scouts boutonneux.

Eva Joly, une fois digéré l’accord avec le PS, va certainement revenir sur le devant de la scène politique pour sauver ce qui peut encore l’être, non pas la présidentielle 2012 mais les législatives qui s’ensuivront et qui permettront de restaurer quelque peu les finances vacillantes du parti EELV. 

Elle est bien mal partie, son entourage se délitant de plus en plus. 

« Comediante » au national, « tragédiante » à l’international.

Depuis le conflit Iran-Irak, l’un des plus meurtriers depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, un mouvement opposant du régime des Mollahs iraniens, les Moudjahidines, sont parqués en Irak dans des camps dont celui d’Aschraf. 

Les Verts, qui ne cessent de dénoncer le sort réservé aux Palestiniens par Israël, ne pipent mot lorsque ailleurs sur la planète, des mouvements d’opposition aux régimes les plus brutaux sont massacrés, emprisonnés, chassés. 

Les Verts, à l’instar de leur figure de proue, ont l’indignation sélective. L’exquise compréhension qu’ils manifestent à l’égard des régimes corrompus les a rendus quasiment muets lors des révolutions arabes. 

Tout juste quelques communiqués de presse, ce qui traduit l’embarras au sein du Parti écologiste.

Certes, Noël Mamère a retrouvé un peu de voix lors de la calamiteuse prestation de MAM, alors ministre des Affaires étrangères, lors de la révolution du jasmin en Tunisie. 

Mais, de manière générale, les Verts français ne taisent pas leurs sympathies pro islamiques et leur dédain d’Israël. 

En France, certains élus d’EELV n’hésitent pas à faire la cour à la communauté musulmane dans une sordide pêche aux voix. Dame, ils ont besoin d’élus locaux pour assainir leurs finances catastrophiques. 

Mais ce serait une erreur de voir là leur seule motivation. EELV est, il faut bien le reconnaître, un amoncellement d’aigris et d’idéologues, acteurs associatifs et de la société civile, certes, mais sans réelle assise populaire. 

Les Musulmans sont pour eux les damnés de la terre. À ce titre, ils méritent attention, respect et courbettes. 

Contrairement aux Verts d’outre Rhin, les Verts français, sans maturité politique, restent à la traîne. 

Sans doute, faut-il y voir l’une des désastreuses conséquences du rapprochement Europe Ecologie-Les Verts que certains élus locaux, militants d’origine, n’ont pas encore digéré ? 

Plus structuré, le mouvement, en Europe notamment et surtout en Allemagne, n’hésite pas à prendre position sur l’actualité. 

Mais là encore, le résultat n’est pas à la hauteur des espérances (1). Car, au plan européen, les Verts ont encore une fois tout fait pour rendre leur message illisible et incompréhensible. 

Leur coalition avec le mouvement ALE, le Groupe de l'Alliance Libre Européenne, constitué de régionalistes et séparatistes de Catalogne, d’Écosse, de Corse, du Pays Basque et de Flandre, brouille le message et paralyse les prises de position. 

Cette incompétence dans le domaine géopolitique les conduit même à prendre des positions déshonorantes. 

L’ambassade d’Irak a confirmé l’intention des autorités irakiennes de fermer, d’ici la fin de l’année, le camp d’Ashraf, au nord de Bagdad, où vivent quelque 3.400 réfugiés iraniens opposés au régime de Téhéran.

Les Moudjahidines, qui sont des opposants résolus au régime iranien, sont de facto en danger de mort.

Ils risquent d’être exclus d’Irak et renvoyés dans leur pays d’origine, l’Iran, qui ne manquera pas de leur réserver le sort habituel pour ses opposants, la prison, la torture et la mort. 

Le gouvernement irakien qualifie ces réfugiés de terroristes et leur dénie le droit au statut de réfugié.

Plus d’une centaine de députés européens, tous courants confondus, ont d’ores et déjà manifesté leur désaccord sur ce qui s’annonce comme étant l’un des plus grandes injustices dans l’histoire récente de ce pays. 

Tous ? Non. 

Les Verts ont expliqué qu’ils ne s’associeraient pas aux autres groupes en raison du caractère "sectaire" de l’OMPI. Ils sont les seuls. 

Selon Sabine Meyer, conseillère pour la politique étrangère du groupe Vert, "l’Irak a le droit de réclamer ce camp qui se trouve sur son territoire". 

L’OMPI ne figure pourtant plus sur la liste de l’UE des organisations terroristes. 

On trouve dans cette déclaration toute l’ambiguïté des Verts et leur raisonnement poussé au délire. 

Si l’OMPI (2) a un caractère sectaire et fait régner la terreur dans ses rangs, pourquoi les Verts n’ont-ils jamais dénoncé le caractère sectaire de l’OLP d’Arafat, sans parler du Hamas ? 

Si l’Irak doit retrouver la pleine souveraineté sur son territoire, pourquoi les Verts s’offusquent-ils lorsque les gouvernements jordanien ou libanais veulent reprendre le contrôle des camps palestiniens situés sur leurs territoires ? 

On peut penser ce que l’on veut du Mouvement des Moudjahidines. Certains membres ne font pas dans la dentelle. Ils ont, pour quelques uns d’entre eux, pratiqué le terrorisme. Primo donnera la parole prochainement à des membres de ce mouvement, réfugiés dans la banlieue parisienne.(Visitez le site du comité d'amitié franco-iranien)

Mais l’histoire d’un mouvement comme celui de l’OMPI ne peut se résumer à ses actions violentes, d'autant que leur charte fondatrice ne mentionne pas, comme cela est le cas d'autres mouvements comme le Hamas, l'usage de la terreur comme finalité ultime. 

Ou alors, il faut pousser le raisonnement jusqu’au bout. Les Corses et les Basques, pourtant soutenus par Les Verts, ont également pratiqué le terrorisme.

Ce refus du mouvement écologiste de s’unir à une voix européenne pour la défense de réfugiés menacés par le régime islamique d’Iran n’a pas fait la Une de la presse nationale.

Les Verts se sont bien gardés d’y consacrer un communiqué. 

Il faut en conclure que ce n’est pas le sort de quelques milliers de réfugiés qui peut émouvoir ce mouvement d’ordinaire si prompt à donner des leçons de démocratie et de Droits de l’Homme. 

Les Verts ont leurs priorités et beaucoup de travail 

La bataille de Cécile Duflot pour Paris 2014 a débuté. 

Eva Joly, désavouée par une partie de son camp, sort quand même du bois pour tacler le PS et l’entourage d’Hollande. Elle vient donc, mine de rien, de dénoncer l’accord sur le nucléaire promu dans la douleur entre EELV et PS. 

Son porte-parole, Yannick Jadeau, vient de démissionner, arguant du fait qu'il ne partage plus la ligne politique de la candidate. 

Jean-Vincent Placé se repaît de ses nouvelles fonctions de sénateur. Esther Benbassa n'a plus une minute à elle, ce qui doit la changer de ses anciennes fonctions.

Mais depuis cette décision inique de ne pas protéger des réfugiés iraniens opposants au régime des Mollahs, les Verts viennent d'ajouter le déshonneur à leurs multiples atouts.

Cyniques, incompétents, calculateurs, ils ont maintenant toutes les qualités requises pour gouverner une démocratie.

 

1 Notons malgré tout un bien timide état des lieux en anglais sur leur site européen. Mais toutes les conclusions n'ont pas été tirées. Lire

2 L’OMPI, Organisation des Moudjahiddines du peuple iranien, est membre du Conseil National de la résistance iranienne qui lutte pour l'instauration d'un régime démocratique et laïque en Iran.



  
Pierre Lefebvre
© Primo, 23-11-2011

Publié dans France

Commenter cet article