Attaques antijuives à Jérusalem – désacraliser les mythologies, Sacha Bergheim

Publié le par danilette

Jerusalem - septembre 2010

L’imaginaire collectif que les médias du monde entier cherchent, dans leur majorité, à diffuser du conflit israélo-arabe reprend, souvent inconsciemment, parfois de manière délibérée, des procédés issus de la littérature antisémite ou de la propagande nazie. Une des caractéristiques principales consiste à présenter l’agression antijuive comme une réaction de défense à une agression antérieure postulée.

A ce titre, même en l’absence de motif concret, la présomption de culpabilité affectant le « signe juif » suffira pour disculper l’agresseur, qu’il s’agisse du « complot juif », du « colon juif » ou du « lobby juif ». Des entités abstraites auxquelles répond la mise en place d’une iconographie du conflit depuis l’insurrection de 1988 obéissant à une logique d’esthétisation morale de la violence.

Le David juif face au Goliath philistin devient le David palestinien face au Goliath juif.

La scénarisation du conflit, qui culmina dans la mise en scène de Netzarim en 2000 et la fausse victime al Dura, s’illustre dans cette esthétisation malsaine où l’on devient, de force, parfois même à notre insu, complice d’une interprétation biaisée, et par là, d’un verdict auquel le coupable proclamé ne peut faire appel. C’est précisément au nom d’une destitution morale préalable que le Juif apparaîtra nécessairement coupable, et qu’un journaliste, un photographe hésitera à travailler de façon impartiale car seule une vision victimaire en faveur des « Palestiniens » semblera trouver un écho attendu dans la sphère médiatique. Le photographe ou le journaliste ne peut prendre le risque d’être à son tour assimilé à l’objet chargé de culpabilité.

En témoignent les attaques contre des civils juifs traversant en voiture le quartier de Shiloah/Silwan, d’où avaient déjà été chassés les habitants juifs yéménites dans les années 1930. Les pierres sont réelles et destinées à tuer. Pour autant, qu’en diront les médias?

Shiloah/silwan 14 janvier 2011 (http://photoblog.msnbc.msn.com/_news/2011/01/14/5837088-palestinian-youths-stone-vehicle-driven-by-jewish-settlers)

Shiloah/silwan le 14 janvier 2011: une agression organisée et scénarisée (http://photoblog.msnbc.msn.com/_news/2011/01/14/5837088-palestinian-youths-stone-vehicle-driven-by-jewish-settlers)

La mythologisation du le « lanceur de pierres » opposé à des « soldats » ou des « tanks », où l’on ne doit postuler qu’une intention fantasmagorique, la lutte nationale, la lutte des classes, ou encore la lutte contre le colonialisme, des « causes » vides de sens face à la réalité de terrain mais qui ont l’intérêt de faire passer les victimes de ces actes violents au second plan, de les rendre abstraits (le « colon juif »), déshumanisés.

jerusalem 2011

jerusalem 2011

Jerusalem 2010: une vision moins romantique du "héros palestinien"

Jerusalem 2010: une vision moins romantique du "héros palestinien"

Lire la suite: http://www.israel-flash.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article