Le tableau du monde du XXIème siècle, Salim Mansur

Publié le par danilette

Japan will recover; no guarantee for Libya

by Salim Mansur
Toronto Sun

Le Japon va certainement récupérer mais il n'y a aucune garantie que la Libye le fasse.

La catastrophe naturelle terrifiante d'un tsunami qui balaye une partie du Japon, laissant sur les côtes un amoncellement de ruines et d'innombrables victimes humaines, a ironiquement aussi balayé de la Une des journaux, les ruines et les victimes libyennes, pas naturelles celles-là, occasionnées par les gangsters de Mouammar Kadhafi.

Le Japon va récupérer des ruines causées par le tsunami comme il l'a fait après les destructions terribles de la seconde guerre mondiale. C'est un pays moderne et les Japonais sont un peuple talentueux. Ils sont fiers, résiliants, patriotiques, et depuis 1945 ils sont devenus un peuple attaché à la paix ayant très bien compris les leçons de la guerre.

Il y a deux semaines, j'ai déjà dit que Kadhafi va probablement l'emporter avec ses forces militaires déployées sans scrupules contre les insurgés. Il prend comme modèle l'histoire arabo-musulmane : un dirigeant arabe ne doit pas hésiter à couper autant de têtes qu'il est nécessaire pour détruire toute véléïté de justice chez les gens et effrayer ceux qui ont eu la chance de survivre à la colère de leur dirigeant.

La gouvernance arabe applique le principe pré-moderne du "souverain absolu" qui perdure aussi longtemps que celui-ci, entouré de ses fidèles courtisans, domine son peuple par la terreur.

La gauche progressiste occidentale a une analyse pathétique de l'instabilité politique et de la violence dans le monde arabo-musulman qui seraient la conséquence du colonialisme européen et de l'impérialisme américain. C'est comme si l'histoire pré-coloniale de cette terre n'avait été que poésies, romantisme et d'idylles de nobles princes et  sages religieux vénérables gouvernant avec justice.

L'irresponsabilité de l'Europe, l'inutilité de l'ONU, l'absence de consensus au sein de l'OTAN, l'absence du leadership de Washington ces dernières années, le combat impitoyable de la Russie et de la Chine pour maintenir leur puissance politique au Conseil de Sécurité, le néant du bavardage hypocrite de la ligue Arabe ou des membres de l'Union africaine qui ne bougent pas, même quand Kadhafi, un prédateur hors-pair, fait tomber les têtes de ses opposants pendant que le monde observe en silence, tout cela nous brosse le tableau de la réalité du XXIe siècle.

Ce n'est évidemment pas un joli tableau. Mais c'est un tableau que les Israéliens comprennent trop bien, étant entourés du monde arabo-musulman pour qui la politique de Kadhafi est la norme, à moins d'être maitrisée par une force supérieure.

L'absence de cette force supérieure, qu'elle dépende d'une bannière quelconque ou de la loi internationale à la rhétorique vide, va se faire cruellement ressentir alors que le monde sera de plus en plus profondément divisé en une zone de paix et une zone de tourmentes.

Au cours du demi-siècle qui vient de s'écouler et sous la direction relativement modérée de l'Amérique, l'économie mondiale a prospéré et avec elle, la hausse  des attentes politiques des gens restés à l'écart de la première étape de l'histoire des révolutions industrielles et scientifiques.

Le retrait de l'Amérique du leadership des affaires mondiales, avec l'administration Obama et peut-être l'accord d'une majorité d'Américains lassés des critiques injustes et de l'hostilité à leur politique mondiale, a un coût.

Ce coût va s'élever. Les Libyens ou ceux qui en Côte d'Ivoire ou ailleurs se font bombarder et tuer sont les premières victimes d'un monde à la dérive entre des zones de paix et de tourmentes.

Adapté par Danilette


Israel et le monde musulman

Carte publiée sur "Un autre regard sur le Proche-Orient", de la section de Marseille de France-Israël


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article