Campagne contre "l'abattage rituel" I, une étude israélienne remet en question l'emploi de l'étourdissement électrique

Publié le par danilette

www.israel-infos.net/Judaisme--Une-etude-remet-en-question

Judaïsme - Une étude remet en question les objections sur l'abatage rituel
par David Koskas
Une étude israélienne remet en question les théories sur la souffrance des animaux lors de l'abattage rituel.

En effet, l'étude scientifique qu'ils ont réalisée sur l'électroconvulsivothérapie (ECT), plus connue sous le nom d'électrochocs, utilisée pour traiter des troubles psychiatriques, permet à ses auteurs de remettre en question la justification de l'emploi de l'étourdissement électrique avant l'abattage des animaux. 

Le professeur Rael Strous, psychiatre de l'université de Tel Aviv, et le docteur Ari Zivotofsky, de l'université de Bar Ilan, viennent de publier un article dans ce sens dans la revue scientifique "Meat Science". 

"L'emploi de l'étourdissement, de ce que nous savons de notre expérience en psychiatrie sur les hommes, met en échec l'objectif d'un abattage plus humain", peut-on y lire. 

Ils démontrent en effet que l'ECT est efficace, si il y a, au préalable, anesthésie. Si l'anesthésie générale n'est pas administrée, l'ECT est considérée comme une forme de "torture médicale". 

Et les deux chercheurs montrent justement que l'étourdissement électrique réversible, très souvent employé dans les abattoirs, est similaire à une ECT sans anesthésie générale. 
Et les souffrances peuvent continuer ensuite: puisque réversible, cet étourdissement ne suffit pas toujours et il arrive que les animaux se réveillent avant d'être tués. 

Autre problème, qui se pose fréquemment: pour que l'étourdissement remplisse son rôle, il faut que les électrodes soient parfaitement ajustées; ce n'est souvent pas le cas, d'après les deux scientifiques. 

Cette étude scientifique vient au secours des communautés juives européennes qui font actuellement face, comme les communautés musulmanes, à des propositions de lois contre l'abattage religieux. 
Pour les autorités religieuses orthodoxes, l'étourdissement électrique avant l'abattage de l'animal le rend non-casher, et pour certains parlementaires et défenseurs des animaux, l'abattage religieux (shehita chez les juifs) le fait souffrir. 

Les conclusions de ces chercheurs israéliens pourraient changer la donne. 


articles associés : 

Publié dans France

Commenter cet article

Yéochoua 08/05/2017 10:40

Eliézer Cherki m'avait fait lire un jour un article qui montrait que la manière à laquelle les Européens tuent industriellement les animaux à des fins alimentaires ne fait que paralyser l'influx nerveux. Des électrodes révélaient par contre un stress important et une souffrance qui ne pouvaient se manifester par des mouvements ou des cris, en raison de cette paralysie. L'étude en question remonte à plus de trente ans, et je doute qu'une nouvelle étude fasse changer quoi que ce soit à l'esprit borné des antijuifs chroniques.

danilette's 08/05/2017 17:47

ce problème est très peu connu si ce n'est complètement inconnu du grand public