Chaïm Potok, un Hassid en littérature

Publié le par danilette

Lire l'article en entier sur http://vudejerusalem.20minutes-blogs.fr

Chaïm Potok, un Hassid en littérature

Chaïm Potok (1929-2002) occupe une place de choix parmi les écrivains juifs américains du vingtième siècle. Il est en effet - aux côtés d’Isaac Bashevis Singer, de Bernard Malamud, de Saül Bellow ou de Cynthia Ozik – un des représentants les plus talentueux de cette « école juive de New York » qui a produit certains des plus grands romans du siècle passé. Mais il est aussi un de ceux qui ont donné le contenu le plus juif et le plus universel à cette forme particulière de l’écriture romanesque, devenue presque un genre littéraire sui generis : le roman juif américain.

 

Né en 1929 à New York, dans le Bronx, Herman Harold Potok est le fils d’immigrants juifs de Pologne. Son père, Benjamin Max, est horloger et bijoutier. Ses parents lui donnent une éducation juive orthodoxe. Très jeune, il se met à dévorer les auteurs classiques américains (Ernest Hemingway, William Faulkner) et européens (James Joyce, Thomas Mann, Evelyn Waugh). Il poursuit ses études juives jusqu’à son ordination comme rabbin (par le Jewish Theological Seminary, affilié au courant conservative), à l’âge de 25 ans. Parallèlement, il obtient un diplôme de littérature anglaise à la Yeshiva University. Son intérêt pour le judaïsme et pour l’écriture va déterminer sa carrière rabbinique et littéraire.

 

 

 

En 1955, Potok est envoyé en tant qu’aumônier militaire en Corée du Sud, où il passe deux ans. Cette expérience lui inspirera un de ses plus beaux livres, Le Livre des lumières (The Book of Lights) publié en 1981. Il se marie en 1958 avec Adena Sara Mosevitzky, qui lui donnera trois enfants. Entre 1964 et 1975, il est rédacteur en chef de la Jewish Publication Society et de la revue Conservative Judaism. Son premier roman, L’élu (The Chosen) paraît en 1967 et révèle immédiatement son talent littéraire. Adapté au cinéma en 1981, il fait l’objet d’une suite, La Promesse, publiée en 1969. Entre 1967 et 1990, Potok publie ses plus grands romans : Je m’appelle Asher Lev (1972), Au commencement (1975),Le Livre des lumières (1981), La Harpe de Davita (1985), et Le don d’Asher Lev(1990). Son oeuvre romanesque est traduite en de nombreuses langues et publiée en France chez Buchet Chastel.

medium_L_elu.jpg

Un maître de l’écriture romanesque

 

Outre ses romans précités, Potok a également publié des livres pour enfants et une Histoire du Peuple Juif. Mais l’aspect le plus marquant de son écriture est indéniablement son immense talent romanesque. Si les livres de Potok ont connu un tel succès, aux Etats-Unis (où son premier roman, L’élu, s’est vendu à 3 millions d’exemplaires) et à l’étranger, c’est d’abord parce qu’il a su donner vie à des personnages inoubliables : Reuven Malter et Danny Sanders (L’élu, La Promesse), Asher Lev (Je m’appelle Asher LevLe don d’Asher Lev), ou Gershon Loran (Le Livre des Lumières) qui comptent parmi les plus beaux héros de romans du vingtième siècle. Lire la suite

Publié dans Monde juif

Commenter cet article