Comment l'UNRWA nuit aux réfugiés syriens

Publié le par danilette

Malheureusement pour les Syriens, il semble que beaucoup des humanitaires autoproclamés du monde entier préfèrent nuire à Israël plutôt qu'aider ceux qui en ont le plus besoin.

Adaptation d'un article d'Evely Gordon

 

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés menace de mettre fin aux opérations de secours en faveur des réfugiés syriens qui sont actuellement au nombre de 1,3 millions, s'il ne reçoit pas les fonds nécessaires bientôt. L'agence indique qu'elle a reçu seulement un tiers de la somme de 1 million de dollars dont elle a besoin jusqu'à juin et seulement 400 millions de dollars sur les 1,5 milliards de dollars promis plus tôt cette année. Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon, a lancé un avertissement : le HCR, Haut Commissariat aux Réfugiés, sera probablement contraint de cesser de distribuer de la nourriture aux réfugiés qui se trouvent au Liban, le mois prochain. La Jordanie, qui accueille le plus grand nombre de réfugiés syriens menace de fermer ses frontières aux nouveaux arrivants à moins de recevoir une aide d'urgence.

 

Pendant ce temps, une autre agence de l'ONU jouit d'un financement confortable d'environ 1 milliard de dollars par an pour aider un groupe de "réfugiés" très différent : il s'agit pour la grande majorité, de réfugiés qui vivent dans des foyers permanents et non sous des tentes précaires, dans des camps de fortune ; de réfugiés qui n'ont jamais affronté le traumatisme de la fuite et de la désagrégation familiale car ils ont vécu toute leur vie dans le lieu où ils sont nés ; de réfugiés qui bénéficient d'un revenu en plus de leurs prestations de réfugiés ; de réfugiés qui bénéficient d'un accès régulier à l'éducation, à la santé et à tous les autres avantages de la vie des non-réfugiés.

 

Ces réfugiés sont infiniment mieux lotis que leurs frères syriens ; pourtant le financement généreux de l'organisme des Nations Unies qui s'occupe exclusivement d'eux se poursuit tranquillement, il s'agit bien sûr de l'UNRWA ; quant aux réfugiés syriens, ils sont confrontés à une pénurie d'aide pour les besoins de base que sont l’alimentation et l’eau.

 

Il est devenu clair depuis longtemps que l'UNRWA qui traitent exclusivement des réfugiés palestiniens alors que le HCR assume la responsabilité de tous les autres réfugiés de la planète, est un obstacle majeur à la paix israélo-arabe. À la différence du HCR, l'UNRWA accorde le statut de réfugié aux descendants des réfugiés d'origine et ce statut se transmet de génération en génération [ 4e et 5e génération de réfugiés ! ]. Les Arabes palestiniens sont les seuls à bénéficier d'un tel statut et le nombre de réfugiés est passé d'environ 500 000 personnes  entre 300 et 700 000 selon les sources [1] ] à plus de 5 millions aujourd'hui. C'est étonnant d'autant plus que le nombre de réfugiés dans le monde a globalement diminué passant de plus de 100 millions à moins de 30 millions sur la même période. En outre, si l'objectif principal du HCR est de réinstaller les réfugiés, l'URNWA n'a pas réinstallé un seul réfugié dans son histoire : de par leur statut, les réfugiés restent réfugiés même lorsqu'ils deviennent citoyens d'un autre pays. Cela a ainsi perpétué et exacerbé le problème des réfugiés palestiniens au point où il est devenu le plus grand obstacle à un accord israélo-palestinien : Israël ne peut pas absorber 5 millions de réfugiés (il pourrait peut-être absorber les moins de 50 000 réfugiés originaux qui restent encore en vie) mais en vertu des règles de l'UNRWA, ce statut spécial de réfugié ne se perd qu'avec la réinstallation en Israël !

 

Il existe une raison encore plus fondamentale pour abolir l'UNRWA, c'est le préjudice causé aux personnes les plus vulnérables du monde, les réfugiés authentiques tels que les réfugiés syriens [ou les centaines de milliers de réfugiés en Afrique]. Si les palestiniens dépendaient comme le reste des réfugiés du monde, du Haut Comité aux Réfugiés des Nations Unies, alors l'UNHCR aurait la flexibilité budgétaire nécessaire pour allouer temporairement, en urgence, davantage de fonds à ceux qui en ont le plus besoin comme les réfugiés syriens aujourd'hui. Malheureusement le HCR est impuissant et regarde sans pouvoir agir les réfugiés syriens dépourvus de toit et de nourriture, alors qu'un milliard de dollars d'aides est gaspillé [ou bien détourné par la corruption] pour les Arabes palestiniens qui ont des maisons, des emplois et tout le confort de la vie sédentaire.

[J'ajoute un point important, les réfugiés arabes palestiniens ont souvent été déplacés de quelques dizaines de kilomètres au plus, il se trouve encore pour la plupart sur le territoire de la Palestine mandataire : Israël, Jordanie et les territoires disputés (Judée Samarie ou Cis-Jordanie). Le plus grand scandale étant qu'il existe encore des "réfugiés palestiniens" dans les territoires de l'Autorité palestinienne !!! ]

 

Ainsi toute personne qui prétend faire preuve d'une réelle préoccupation humanitaire devrait exiger le transfert de l'URNWA au HCR pour qu'un seul organe de l'ONU s'occupe de tous les réfugiés du monde équitablement.

Malheureusement pour les Syriens, il semble que beaucoup des humanitaires autoproclamés du monde entier préfèrent nuire à Israël plutôt qu'aider ceux qui en ont le plus besoin.

Adapté par Danilette


     [1]

  • 800,000 Arabes vivaient à l'intérieur de la "ligne verte" avant la guerre de 1948-49
  • 170,000 Arabes sont restés en Israël, ils sont les arabes israéliens d'aujourd'hui
  • Israel a autorisé 100 000 arabes à revenir dans le cadre de la réunion familiale

 Il n' y a donc eu que 530 000 réfugies parmi lesquels :

  • 100,000 des classes moyennes et supérieures se sont intégrés dans des pays arabes
  • 50,000 travailleurs étrangers sont rentrés dans leurs pays respectifs
  • 50,000 Bedouins ont intégré les tribus bédouines de Jordanie et du Sinaï
  • 10,000 – 15,000 furent tués dans la guerre de 1948-49

 Le total des réfugiés palestiniens était donc d'environ 320 000 personnes 

 

Publié dans Réfugiés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article