Comment pense Mahmoud Abbas, et pourquoi il ne signera jamais la fin définitive des hostilités

Publié le par danilette

 

par Jean-Pierre Bensimon pour Objectif-info, le 15 octobre 2010



 A priori, le comportement de Mahmoud Abbas semble bien étrange. Tout représentant palestinien est censé répondre à une vieille aspiration nationale de son peuple en lui donnant enfin un état. Il bénéficie pour cela d'un consensus inédit des nations du monde, propre à lui faciliter grandement les choses. Il a même l'accord de principe de son adversaire, Netanyahou ayant donné à de nombreuses reprises son agrément pour une solution à deux états. Or, au lieu de battre le fer tant qu'il est chaud, voila que le dirigeant de Ramallah multiplie les conditions préalables à la négociation, c'est à dire à la possibilité même de l'apparition de cet état.

 

Ainsi, Mahmoud Abbas vient de confirmer après la réunion de la Ligue arabe du 8 octobre et sa rencontre du 11 avec des ministres des affaires étrangères européens, qu'il maintient son exigence préalable d'un gel total et sans limites dans le temps des constructions dans les implantations avant de reprendre le dialogue. S'il n'a pas confiance en ses vis-à-vis israéliens, pourquoi ne les met-il pas au pied du mur en démontrant à travers des négociations leur mauvaise foi ou leur refus de facto de consentir cet état ? Quant aux constructions qui durent depuis plusieurs décennies dans les implantations et à Jérusalem Est, elles n'ont pas empêché de négocier pendant des lustres. Et on sait bien, après l'évacuation du Sinaï, du Liban-sud, de l'essentiel des anciennes Judée et Samarie, puis de Gaza en 2005, que, constructions ou pas, Israël se retire effectivement des territoires qu'il s'est engagé à quitter.

Publié dans Arabes palestiniens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article