Connaissez vous les Pourim Spéciaux comme le Pourim de Fossano, d'Avignon, de Sébastien et bien d'autres encore?

Publié le par danilette

Sur le site : http://www.pourim.com/

Vous connaissez tous le Pourim d'Esther qui est célébré le 14 Adar dans le calendrier hébraïque. Le Livre biblique d'Esther raconte comment les juifs de Perse ont échappé à l'extermination sous le règne du roi Assuerus. Voir notre page de résumé du livre d'Esther

Cet événement tragique auquel ont échappé les juifs donne lieu à la célébration d'une fête dans toutes les communautés juives du monde.

Mais connaissez vous les Pourim Spéciaux comme le Pourim de Fossano, d'Avignon, de Narbonne et bien d'autres encore? Quel que soit le jour où vous viendrez visiter cette page, nous pourrons presque toujours souhaiter un bon Pourim !! 

En effet, en s'appuyant sur : 

 - d'une part sur la phrase du livre d'Esther (4,14) "le secours et la délivrance surgiront pour les juifs à partir d'autres endroits" . 

- d'autre part, sur l'injonction talmudique (Ber, 54 a)  qui réclame de réciter une bénédiction spéciale lorsqu'un individu a miraculeusement échappé à un danger, il a été décidé par différentes communautés, ou parfois simplement par une famille, d'instituer, (en prenant exemple sur le Pourim d'Esther), un Pourim spécial suite à une catastrophe qui a été évitée, comme par miracle. 

Ces  Pourims spéciaux ont donc été institués, tout au long de l'année juive, à la date anniversaire de l'événement qu'ils commémoraient. Ainsi tous les mois de l'année juive gardent la mémoire de plusieurs Pourim Spéciaux. 

Ces Pourims portent le plus souvent le nom de la ville dans laquelle le miracle a eu lieu : Pourim d'Alger, de Rome, de Narbonne, de Carpentras, du Caire, de Bagdad, de Prague, de Kovno,  de Francfort-sur-le-Main, d'Hébron, etc... 

Mais d'autres ont des noms plus évocateurs ou  énigmatiques : Le Pourim de neige (en Tunisie), Le Pourim de la fenêtre à Hébron, et sans aucun rapport avec le précédent le Pourim du Rideau à Prague,  le Maroc a célébré les Pourim d'Hitler, de las Bombas, de Los Christianos. Le Pourim du feu est originaire de Padoue, Le Pourim des brigands vient de Thrace, etc.. 

Certains Pourim sont célébrés depuis des siècles et le sont encore aujourd'hui comme le Pourim de Syracuse dit de Saragosse, d'autres ont été instaurés au cours du 20ème siècle, comme le Pourim d'Hitler, lequel est déjà tombé dans l'oubli. Nombre d'entre eux ont été abandonnés avec la disparition des communautés qui les célébraient. A ma connaissance, le plus récent est celui célébré par la famille Frimer (1977) Ce site va donc vous convier à la découverte de quelques-uns de ces Pourim Spéciaux. 

Chacun d'entre eux est un témoignage des dangers, des catastrophes, des menaces auxquels ont échappés les communautés juives à travers les pays et à travers les siècles. Chaque histoire est un éclairage émouvant sur des époques, des lieux qui voyaient planer de lourdes menaces sur ces communautés juives éparpillées dans le monde. 

Le Pourim d'Avignon


 Le Pourim d'Avignon a été instauré suite à un événement qui a eu lieu dans la nuit du 17 au 18 février 1757, soit le 28 Chevat 5517.
L'histoire est très courte, l'événement semble anodin mais pourtant il a donné lieu à la commémoration d'un Pourim.

Voici l'histoire:
Elle a lieu en Avignon la nuit du 28 Chevat. En fonction de la date du calendrier hébraïque, on déduit que la nouvelle lune est proche, que cette nuit là est très sombre, c'est une nuit sans lune.
Un habitant de la ville d'Avignon passait son chemin et traversa les ruelles étroites de la carrière (C'est ainsi qu'on nommait le quartier juif dans les villes du Comtat venaissain.)  
Or voilà notre passant avignonnais qui passe à proximité de la synagogue et là, ne remarque pas un puits.
Et par malchance, il heurte le puits, bascule en avant et y tombe, tête la première.
Avant d'atteindre le fond, il réussit à se freiner dans sa chute et à se bloquer contre les parois.  Ouf!
Il lui restait à retrouver tous ces esprits, et réussir l'exploit d'escalader les parois du puits dans l'obscurité la plus totale. C'est ce qu'il fit. Par son courage, sa force et sa volonté, il réussit à s'en extraire.
Il en fut quitte pour plus de peur que de mal, et rentra chez lui sain et sauf.
On peut imaginer qu'il s'empressa de raconter cette aventure.
L'histoire dit que ce héros d'un soir n'était pas juif.
C'est tout. Voilà l'histoire.

A la suite de cet événement la communauté juive d'Avignon décida d'instaurer une fête qui serait célébrée de générations en générations. 
Un fête pour les générations futures pour commémorer l'extraction "miraculeuse" d'un homme hors de ce puits? Non. La cause est disproportionnée.
La communauté juive d'Avignon décida de célébrer joyeusement une fête aux dates anniversaires de ce 28 Chevat, en pensant au massacre auquel elle avait certainement échappé.
En effet, selon eux, si ce passant maladroit, avait terminé sa course au fond du puits et avait péri dans ce puits, on n'aurait pas manqué d'accuser les juifs de l'avoir assassiné. Le quartier et la proximité de la synagogue étaient des éléments accablants.
Et si les juifs avaient été accusés, ils auraient tous souffert, probablement beaucoup souffert.
Pour ces juifs, il était évident que les plus grands malheurs se seraient abattus sur eux si cet homme était mort dans le puits.
Nous avons certainement du mal à imaginer l'état d'esprit dans lequel vivaient ces communautés, mais à la lumière de cette histoire, on devine sans peine les multiples craintes et même la terreur avec lesquelles elles devaient vivre en permanence.
 

- adapté de Cecil Roth,  A jewish book of days, Hermon Press NY 1966

Le Pourim d'Alger dit Pourim Edom ou Pourim Ensara 


 En 1492,  les juifs ont été expulsés par les souverains d'Espagne, Isabelle de Castille  et Ferdinand d'Aragon, après avoir subi  de terribles persécutions. Certains trouveront un refuge temporaire au Portugal, d'où ils seront expulsés quelques années plus tard dans des conditions encore plus dures.

Nombre de ces juifs déracinés trouveront refuge en Afrique du Nord , rejoignant ainsi leurs frères qui s'y étaient établis avant la conquête arabe.

La mémoire des souffrances endurées dans la péninsule Ibérique était vive. 

Charles-Quint, petit fils d'Isabelle et Ferdinand,  Empereur d'Autriche, roi d'Espagne Sous le nom de Charles 1er, représentant de la chrétienté, combattit pendant des années l'Empire Ottoman.

En 1535,  à la tête d'une flotte espagnole, il s'empare de Tunis et la livre au pillage durant 3 jours. La ville compta 70 000 victimes. De nombreux juifs y sont massacrés et beaucoup d'entre eux sont capturés pour être vendus comme esclaves.

Cette même année, les juifs de Tripoli fuient la ville chassés par les espagnols.

En octobre 1541,  la flotte de Charles-Quint se présente devant Alger, débarque une armée à proximité de la ville et la bloque. On dit même que les côtes africaines n'avaient jamais vu une flotte aussi impressionnante. 

La consternation et la peur envahissent la communauté juive d'Alger.

Les synagogues ne désemplissent pas. Les juifs se réfugient dans le jeûne et la prière pour implorer leur salut. 

L'issue fatale semble inéluctable.

Et voilà que la nuit du 23 octobre 1541 se déclenche une énorme tempête. Celle-ci fait des ravages dans la flotte de Charles-Quint. Cette dernière perd plus de 150 bateaux.

Les rescapés de cette armée, se réfugient à Bougie, subissant le froid et la faim, avant de rejoindre l'Espagne.

Cette incroyable issue a, pendant des siècles, été fêtée le 3 et 4 Hechvan, par un jour de jeûne à l'image du jeûne d'Esther suivi d'un jour de joie et de fête.

De nombreux poèmes ont été écrits pour célébrer cette occasion. Ils font partie du rituel algérois et étaient lus à chaque anniversaire de cette délivrance.

La synagogue Abentoua, du nom d'un des rabbins de  l'époque, possédait une Téba (pupitre de l'officiant) bien particulière, puisqu'il parait qu'elle était  faite du bois des épaves de cette flotte.   

La communauté juive d'Alger a célébré un second Pourim dit Pourim de  Tamouz , institué au 18ème siècle.

  

Le Pourim de Narbonne


 La scène se passe à Narbonne, dans le sud de la France le 29 février de l'an 1236.

Il survint une querelle, pour une question de prix, entre deux hommes : un juif et un chrétien qui exerçait le métier de pêcheur.

Or, lors de la dispute, le juif asséna à son opposant un coup très violent.
Le choc fut si violent qu'on fit rapidement appel à un médecin, mais malheureusement le chrétien succomba à ses blessures.

C'était là un motif suffisant pour s'en prendre à tous les juifs et venger ainsi le sang chrétien qui avait coulé. 
Une foule, réclamant vengeance, se constitua et attaqua le quartier juif de Narbonne.

La première maison attaquée et pillée de fond en comble fut celle de Rabbi Méir Ben Isaac de Narbonne. Ce rabbin possédait une très grande bibliothèque d'ouvrages juifs qui fut la cible de cette foule vengeresse. 
Il était inévitable que le pillage et la mort s'abattent sur les autres maisons juives.

Or, au moment où le reste du quartier juif était attaqué, apparut tel un sauveur des juifs, le gouverneur de la cité dont l'histoire a retenu le nom : Don Aymeric. Celui-ci parut accompagné des autorités municipales et d'une troupe de soldats. Il fit face à la foule dans le but de protéger les juifs de Narbonne.

La foule se soumit devant l'autorité municipale et la menace. Elle se dispersa rapidement renonçant ainsi à sa funeste entreprise. Elle fut même contrainte de restituer au préalable le butin dont les assaillants s'étaient emparés.
Les livres dérobés dans la maison de Rabbi Méir ben Isaac de Narbonne retrouvèrent leur propriétaire.
La communauté juive de Narbonne était persuadée d'avoir échappé à une catastrophe grâce à la protection de Don Aymeric*.

Et c'est grâce Rabbi Méir ben Isaac de Narbonne que cette histoire est parvenue jusqu'à nous. En effet, celui-ci témoin privilégié de l'assaut contre sa maison et de l'intervention providentielle de Don Aymeric*, consigna le récit de ces événement à la fin d'un manuscrit d'Alfassi sur le traité Méguila, et indiqua qu'à la suite de cette événement la communauté juive de Narbonne institua un Pourim célébré le 21 adar, en souvenir de ce cette année 4996 du calendrier hébraïque (1296 de l'ère chrétienne). 
Ce pourim était donc célébré moins d'une semaine après la commémoration du Pourim d'Esther.

-Adapté de Le Pourim de Narbonne, David Kaufmann, Revue des Etudes juives, Tome 32 page 129

-The jewish book of days, Cecil Roth, P 50-1, NY, 1966

*Aymeric III de narbonne né vers 1170,mort le 1er fevrier 1239 à narbonne

 

Mise à jour des liens 14/3/2014

Publié dans Monde juif

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article