Considérations diverses 1/2 Olivier YPSILANTIS

Publié le par danilette

Lire l'article en entier sur le site : http://zakhor-online.com/?p=5243

Que les Palestiniens fassent leurs affaires avec l’ONU n’est pas le plus important ; il s’agit de contorsions parmi tant d’autres. Ce qui me préoccupe se situe ailleurs, quelque chose de silencieux et de profond : les mass-médias véhiculent de plus en plus insolemment le point de vue arabe, pour des raisons diverses qu’il faut parfois aller chercher loin en amont. L’une d’elles pèse d’un poids qui ne cesse d’augmenter : l’injection dans l’économie française de capitaux qataris et saoudiens. La France se doit de faire preuve d’une certaine docilité… Symbole de cette docilité, la condamnation d’Israël. La France, pour ne citer qu’elle, est obligeamment invitée à participer à l’isolement de ‟l’entité sioniste”. A cette dépendance française envers les capitaux arabo-musulmans s’ajoute la présence de plus en plus affirmée sur son territoire d’une population musulmane, en majorité arabe.

La France se réveille en se frottant les yeux : il y a sur son territoire toute une population sauvage qui l’inquiète et avec laquelle elle s’efforce de composer. Cette population connaît tous les bénéfices qu’elle peut retirer de ce formidable binôme [agressivité/victimisation]. Dans cette partie, le Juif est une fois encore placé, à son insu, au centre de la tourmente. Ce qui se passe est à proprement parler affreux. Je n’exagère rien. Les chrétiens qui grosso modo commençaient à faire quelque effort envers les Juifs, à se laver d’un antisémitisme séculaire, sont entraînés vers le bas par les musulmans dont l’économie mentale tourne assez furieusement autour du Juif, plus furieusement que jamais depuis la re-fondation d’Israël. Quand sortira-t-on de ce foutoir mental ?

Ils m’amusent ceux qui se plaignent d’être traités d’antisémites sitôt qu’il critiquent Israël et qui serrent les Palestiniens contre leur cœur comme s’ils étaient le fruit de leurs entrailles. Le monde est vaste et l’injustice est partout ; alors, pourquoi un si petit pays suscite-t-il une telle haine et, plus simplement, pourquoi irrite-t-il tant de citoyens ? Je n’accuse pas d’emblée d’antisémitisme ceux qui critiquent Israël ; il n’empêche que je suis assez vite sur mes gardes car, enfin, qui sont ces citoyens simplement préoccupés de leur petit confort, qui se foutent de tout ce qui ne s’y rapporte pas et qui, d’un coup, ont une congestion ou une crise d’urticaire dès qu’est prononcé le nom ‟Israël” ?

Elle est tout de même étrange cette grande communion autour de la cause palestinienne. Serait-ce un philtre d’amour ? Non ! Les foules ne célèbrent pas l’amour, jamais ! Elles célèbrent la détestation. La foule n’aime pas, sa nature lui interdit d’aimer. La foule pro-palestinienne n’exprime pas sa sympathie pour les Palestiniens mais sa détestation d’Israël et rien que sa détestation d’Israël, une détestation d’origine religieuse qui s’est sécularisée chez nous et qui poursuit sur sa lancée en terre d’islam, où le religieux et le politique mêlent leurs eaux.

Les amis des Palestiniens me trouvent toujours très attentif. Je les lis, je les écoute. Je suis frappé par le nombre de petits-bourgeois d’une immense indifférence envers tout ce qui ne touche pas à leurs intérêts et qui, lorsqu’il est question des Palestiniens, se découvrent une âme de dame patronnesse. Non que les Palestiniens doivent être méprisés et poussés de côté, bien au contraire. Mais cette préoccupation extrême envers «le peuple menacé» se limite rarement à elle-même. Je veux bien admettre quelques cas d’ingénuité extrême, mais pour le reste… LIRE LA SUITE

mise à jour à 11h

Publié dans Olivier Ypsilantis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article