Contresens historique, Maxime Tandonnet

Publié le par danilette

http://maximetandonnet.wordpress.com

Le score fleuve du Front national avec plus de 18% est évidemment l’enseignement principal du premier tour de l’élection présidentielle.  Les commentaires des responsables des partis et des experts, depuis hier soir, ont un côté totalement surréaliste. Ce résultat serait dû, selon eux,  au discours et à la politique de Nicolas Sarkozy, accusé d’avoir « agité les haines » et à la crise sociale.

Les élites politiques et médiatiques s’enferment dans un aveuglement sidérant, qui confine à l’autisme.  Elles ne veulent absolument pas voir ni entendre les causes profondes du malaise voire de la douleur  qui s’expriment dans ce vote : l’inquiétude face à l’immigration et l’insécurité, le rejet du communautarisme, de l’assistanat, la force du patriotisme et la condamnation d’une  Europe bureaucratique qui ignore les peuples.

Le raisonnement est limpide: le vote FN ne serait pas lié à ces sujets en soi, mais au seul fait qu’on en parle, que le chef de l’Etat les ait placés au coeur de son message.

Quelles pourraient être les conséquences de cette cécité qui touche à l’absurde? Si par malheur les socialistes et leurs alliés prenaient le pouvoir, leur stratégie consisterait à nier, à  ignorer,  à enfouir, tous ces enjeux qui sont vitaux pour l’avenir de notre pays. Ils  s’acharneraient à diaboliser par tous les moyens les questions dites « identitaires » pour éviter qu’on en parle. Et sous la chape de silence, de l’omerta, de la peur , les tensions  continueraient à s’accumuler jusqu’à ce que la bombe leur explose à la figure.

Maxime TANDONNET

Publié dans France

Commenter cet article