Déclaration de Mahmoud Abbas devant des jeunes militants de l'OLP le 6 mars 2014

Publié le par danilette

Est-ce avec de telles déclarations qu'on avance vers la paix ? Tant que les dirigeants palestiniens feront miroiter des rêves impossibles à leurs troupes, il n'y aura pas de paix. Ils veulent tout encore une fois et comme toujours. Il n'y a pas la moindre modération, ni flexibilité dans ce discours, alors sur quoi négocier ? Avec quel partenaire ? Les Arabes ont rejeté le partage de l'ONU en 47, déclenché de nombreuses guerres qu'ils ont perdues, refusé toutes les propositions depuis le triple non de Khartoum jusqu'à aujourd'hui et ils se comportent en vainqueurs, comme s'ils n'avaient pas perdu toutes les guerres déclenchées, comme si tout leur était du, je vous laisse juger des contre-vérités proférées par le soi-disant "Président de l'Autorité palestinienne" dont le mandat a expiré depuis plusieurs années, un milliardaire corrompu, ex-terroriste qui continue à glorifier les actes terroristes contre des civils israéliens... le gouvernement américain en soutenant un tel irrédentisme porte une grave responsabilité...


Le 6 mars 2014, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré devant des jeunes militants de l'OLP (Fatah) que tout accord devrait être soumis à un référendum populaire de tous les Palestiniens du monde entier et qu'il n'y aura jamais de reconnaissance de l'État juif. 

Mahmoud Abbas : notre position est que les implantations juives du début à la fin sont illégales. Ils parlent de blocs de colonies, de colonies ici et là, mais nous disons que chaque maison et chaque pierre qui ont été placées en Cisjordanie depuis 1967 et jusqu'à aujourd'hui sont illégales et nous ne le reconnaissons pas.

[…]

Aucun accord ne sera passée sans qu'il soit confirmé par un référendum populaire de tous les palestiniens du monde entier.

[…]

Chaque palestinien, du Canada au Japon – y compris les Palestiniens vivants à l'étranger – devra donner son accord sur la proposition. Ils devront voter pour ou contre et s'ils votent contre, il n'y aura pas d'accord.

[…]

Le droit au retour est un droit personnel. Si vous êtes un réfugié, votre fils est aussi un réfugié. Vous allez peut-être décider d'abandonner ce droit alors que votre fils décidera le contraire ou vice versa. Votre fils est libre de le faire. Quand nous disons que c'est un choix personnel, cela signifie qu'il peut décider pour lui-même. Nous aurons tous à faire un choix : la première option est de rester où nous sommes, en Jordanie, en Syrie, au Liban etc. et de recevoir des compensations… Évidemment…

La deuxième option est de choisir un autre pays dans le cadre de l'accord. Si quelqu'un veut émigrer au Canada, il est libre de le faire. Où qu'il aille il restera un Palestinien. Dans ce cas il recevra aussi une compensation.

La troisième option est de décider de retourner dans l'État palestinien et de recevoir une compensation.

Ce sont les options que nous plaçons devant les Palestiniens. Ils choisiront. Si vous voulez rester où vous êtes, c'est possible. Si vous voulez partir à l'étranger, c'est possible. Si vous voulez venir en Palestine, c'est possible. Si vous choisissez de retourner (en Israël) et d'avoir la citoyenneté israélienne… C'est cela que ça veut dire, quelqu'un m'a demandé comment il pourrait devenir un citoyen israélien, je lui ai répondu en lui demandant s'il voulait continuer à être apatride après son retour. Il retournera dans l'État d'Israël.

Tous les réfugiés qui aujourd'hui sont 5 millions, avec leurs descendants sont considérés comme des réfugiés de 1948. Il n'y a pas de réfugiés venant de Naplouse ou de Ramallah. Tous les réfugiés viennent de Tibériade, Safed, Saint-Jean-d'Acre, Nazareth, Jaffa, Beersheva etc.

[…]

Ce que nous nous nous ne voulons pas accepter c'est l'État juif. Nous n'accepterons jamais de reconnaître l'État juif. 

http://www.memritv.org/clip_transcript/en/4179.htm

voir la vidéo en arabe sous-titrée en anglais

©Adapté par Danilette

 

  
Dernière mise à jour aujourd'hui 9:30

Publié dans Arabes palestiniens

Commenter cet article

olivier 09/03/2014 22:39


Il ne veut pas la paix ; mais surtout, il ne veut pas d'Etat palestinien. Etre un rentier de l'humanitaire et le chouchou des médias est une situation bien trop confortable.