Des restes d'un Homo sapiens de 400.000 ans découverts en Israël

Publié le par danilette

JERUSALEM — Des restes d'un Homo sapiens de 400.000 ans, soit 200.000 ans de plus que ceux connus jusqu'à présent, ont été découverts en Israël, a annoncé mardi le responsable des fouilles de l'Institut d'études archéologiques de l'Université de Tel-Aviv, Avi Gopher.

"Nous avons découvert dans une grotte située à l'est de Tel-Aviv huit dents qui pourraient constituer les premières traces de l'Homo sapiens", a affirmé M. Gopher à l'AFP.

"L'examen des stalagmites et stalactites, ainsi que d'autres matériaux découverts sur place, indiquent que cette caverne a commencé à être utilisée il y a 400.000 ans", a-t-il expliqué.

"Les dents trouvées dans la grotte Qessem étaient éparpillées parmi les diverses couches de la caverne, certaines remontant à 200.000 ans, et les plus vieilles à 400.000 ans", a-t-il ajoutée dit M. Gopher.

"Pour l'instant, il est convenu que les traces les plus anciennes de l'Homo sapiens que nous connaissons se trouvent en Afrique de l'est et remontent à 200.000 ans, ou un peu moins", a-t-il souligné.

M. Gopher a précisé qu'une première dent avait été trouvée en 2006 dans la caverne Qessem, mais que ses collègues et lui-même avaient préféré continuer à fouiller pour trouver d'autres dents et procéder à une série de tests et d'examens de datation avant de faire connaître leur découverte.

"Les fouilles continuent dans cette grotte. Les chercheurs espèrent trouver d'autres vestiges qui leur permettront d'étayer leurs travaux et de mieux comprendre l'évolution de l'humanité et l'apparition de l'homme moderne", a indiqué dans un communiqué l'Université de Tel-Aviv.


Des dents retrouvées dans une grotte israélienne laissent penser qu’elles appartiennent aux premiers Homo sapiens qui auraient vécu là il y a 400.000 ans.

L’équipe d’archéologues qui a réalisé des fouilles dans la grotte de Qassem, un site préhistorique découvert en 2000 dans l’état d’Israël, explique que la taille et la forme des dents retrouvées ressemblent étrangement à celles des Homo Sapiens.

Pourtant, ils sont normalement connus pour être originaires d’Afrique. C’est en tout cas dans cette région du globe que tous les fossiles d’Homo sapiens avaient jusqu’ici été découverts. Car si on sait que l’ancêtre de l’Homme a, par la suite, colonisé le Moyen-Orient et l’Asie, cette migration était connue pour avoir eu lieu il y a entre 200.000 et 100.000 ans seulement.

Pour le moment, le professeur Aviv Gopher, de l’université de Tel Aviv, indique que des recherches approfondies doivent être menées pour confirmer ces affirmations mais si ces dernières s’avèrent justifiées, cela révolutionnerait la conception de l’évolution humaine.


Israël : des traces des premiers Homo Sapiens

Publié dans Tikoun Olam

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

laurent petit 16/10/2011 21:31



Le carbon 14 a une demi-vie de 6500 environ. Pour le calcul, on fait la supposition que le taux de carbon14 de l'atmosphère a été fixe depuis 10-20.000 ans, et que donc les taux mesurés dans de
la matière carbonée n'échangeant plus avec l'extérieur permettent d'en trouver la date. C'est une excellement méthode, car elle se calibre sur des arbres réels dans lesquels les années sont
lisibles. C'est donc une méthode fiable sur le fond. Il n'empêche que certains effets amènent une certaine dose d'incertitude (50-100 voire 200 ans..). Par exemple, le taux de C14 des plantes
jeunes est inférieur de quelques pourcents au taux de l'atmosphère. Bizarre, mais cela provient de la chimie du C14, qui est légèrtement différente que le C12, en raison de sa masse supérieure.
Une autre raison, c'est que le taux de C14 dans l'air ambiant est en baisse depuis que.... l'industrie brûle du charbon ayant perdu tout carbone 14 de puis des milliers d'années. Bref, je ne suis
pas assez compétent pour savoir exactement les implications de l'expérience récente des neutrinos italiens, mais on peut s'attendre à un gros désastre en tout cas au niveau du big bang et des
dates très lointaines, car, par  exemple,  de petites finasseries au niveau du calcul des théories d'Einstein avaient quand même fait passer l'univers de 6 milliars à 12 milliards.
Autant dire que revenir à, disons, 1 milliard d'années serait un grand coup de massue aux scientistes, mais un grand coup de chapeau aux scientifiques. Les scientistes sont ceux dont la religion
est la science, les scientifiques, eux, n'ont pas peur de s'éloigner d'une vérité fausse.. Quand à la méthode du C14, je la pense très solide, du moins quand l'échantillon n'a pas été pollué, par
un incendie, notamment.



Laurent Petit 14/10/2011 22:10



Il faut savoir de quoi dépendent les méthodes de datation. Dans le case du C14, par exemple, la calibration des modèles se fait par rapport aux dendrochronologies des arbres, puisqu'on peut
corréler le taux mesuré de C14 avec un âge connu de manière certaine. Les méthodes qui touchent aux périodes plus longues, telles que 400000 ans, ne proviennent par de calibrations "réelles" mais
d'extrapolations qui sont toutes dépendantes des lois intimes de la matière. Or, ces lois pourraient être complètement modifiées si la vitesse de la lumières n'est plus un "maximum possible",
comme semble le montrer une expérience récente. Les conséquences sont incalculables, mais je ne serais pas étonné que l'êge estimé de l'univers soit complètement revu, y compris les méthodes de
datations comme ces quelques dents de 400.000 ans. L'avenir le dira.



danilette 15/10/2011 23:38



C'est vraiment très intéressant, même sans cette incroyable récente dévouverte, certains scientifiques remettaient en cause la datation au carbone 14, un ami m'avait expliqué les arguments mais
je crains de ne pouvoir les expliquer avec assez de précisions. Merci pour ce commentaire. C'est fascinant de penser aux conséquences potentielles de cette découverte fortuite...