Détails du projet de l'OTAN pour renverser Assad, par Mordekhai Kedar

Publié le par danilette

Nous mettrons en ligne bientôt une longue analyse de M. Kedar en cours de traduction... Voici le préambule traduit par Menahem Macina que je remercie de sa collaboration

Détails du projet de l'OTAN pour renverser Assad,
par le professeur Mordekhai Kedar,
sur le site : www.debriefing.org
[Le texte qui suit constitue l'avant-propos d'un assez long article de l'auteur intitulé « L'étau se resserre sur la Syrie », en cours de traduction. Les compétences de M. Kedar en matière de géopolitique du Moyen-Orient et du conflit arabo-israélien, ne sont plus à prouver. La lecture de ses travaux est indispensable à celles et ceux qui veulent y voir plus clair dans les arcanes de l'un des conflits les plus complexes et les plus décisifs pour la stabilité de cette région agitée du globe. (Menahem Macina).]

 

Une source russe de haut niveau a "fuité" au pouvoir syrien une information selon laquelle l'OTAN a mis au point un programme opérationnel d'attaque de la Syrie, indépendamment de la décision [éventuelle] du Conseil de Sécurité, et ce même si la Chine et la Russie s'y opposent. Le programme consiste à lancer une attaque aérienne intensive sur les centres de commandement et de pouvoir, et à traduire des chefs militaires syriens devant un tribunal spécial, pour enfreinte aux droits de l'homme au cours de répressions de manifestations. L'OTAN prend en compte l'élargissement [possible] du conflit à l'Iran, au Liban et à Israël, et le déclenchement d'une guerre régionale, dont la durée est estimée à environ deux mois. Les États impliqués dans la planification de cette opération sont les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Arabie Saoudite et d'autres États du Golfe.

Les avions de l'OTAN attaqueraient les installations de radars de Shinshar (près de Homs), Ya'Marj al-Sultan (à côté de Damas) et Burj Islam (au nord de Lattaquié), pour paralyser les rampes de lancement de missiles anti-aériens que possède la Syrie : S A 5 à longue portée, S 10, S 11 - Pancer 1, à courte portée, que la Russie a fournis à la Syrie il y a environ 2 ans. Seraient attaqués, dans une deuxième phase, des bases de l'armée de l'air syrienne à Dmer, Ya'Nasiriyya, Kfar 'eirat et Khulkhula (en bordure du Golan), des centres de transmission appartenant à l'État-major, des bases de commandement de la garde présidentielle à Jdedat Shibani et Dumar, les centres de commandement à Yapur de la 4ème division sous le commandement de Maher El-Assad, frère du président, les centres de commandement du renseignement militaire et civil de Bramka et de Kfar Sousa, le haut-commandement des renseignements de l'armée de l'air à Bab Touma, le haut-commandement de la division 1 à Qatana, le haut-commandement de la division 3 à Qteifa, et le haut-commandement de la division 7 à Zakiya.

Ces informations qui recèlent, semble-t-il, plus qu'un zeste de vérité, ajoutent au sentiment de pression sur Damas, et leur "fuitage" est destiné à faire pression sur les dirigeants politiques syriens pour qu'ils cessent immédiatement les opérations de répression. Mais il semble que ces derniers « ne comprennent pas le signal » et qu'ils intensifient la pression sur leurs citoyens. Aussi, les choses risquent-elles de se dégrader rapidement et de tourner à la guerre civile, si bien qu'Israël doit se préparer, dès aujourd'hui, à passer à une situation peu sympathique.

Le monde doit être prêt à s'emparer des dépôts d'armes non conventionnelles des Syriens, pour qu'ils ne tombent pas aux mains d'agents comme ceux du Hezbollah et du Jihad Islamique, qui se trouvent en Syrie, et qui savent très bien que la situation s'y détériore rapidement.

© Mordekhai Kedar 

Traduction française de l'hébreu par Menahem Macina.

 © http://www.debriefing.org et © http://danilette.over-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article