Discours de Netanyahou à l'ONU avec traduction française

Publié le par danilette

Mise à jour au 1 octobre 2015 : la traduction en français que vous trouverez plus bas est celle du discours de Netanyahou devant l'Onu en 2014 ! Je vous poste le discours d'aujourd'hui en anglais que vous pouvez écouter entièrement sur youtube, ici c'est le moment-clé du discours dont j'ai traduit un bref passage rapidement :

Extrait du discours de Netanyahou devant l'Onu le 1/10/2015, vous pouvez trouver le discours intégral sur youtube

1 octobre 2015 : Soixante-dix ans après la destruction de 6 millions de Juifs, les dirigeants iraniens promettent de détruire mon pays, d'assassiner mon peuple et la réponse de cet organisme, la réponse de pratiquement tous les gouvernements representés ici, a été... rien absolument aucune réponse... autre que le silence, un silence assourdissant...
Vous pouvez peut-être comprendre pourquoi Israël ne se joint pas à vous pour célébrer cet accord. Si les dirigeants iraniens avaient l'intention de détruire vos pays, alors vous seriez sans doute moins enthousiastes sur cet accord.
Si les mouvements terroristes proxies de l'Iran lançaient des milliers de roquettes sur vos villes alors peut-être seriez-vous plus mesurés dans vos louanges.
Et si cet accord déclenchait une course aux armes nucléaires dans votre région alors peut-être seriez-vous plus réticents à le célébrer.
Mais ne pensez-pas que l'Iran est un danger seulement pour Israël, en plus de son agression au Moyen-Orient, et d'actes terroristes dans le monde entier, l'Iran est en train de contruire des missiles balistiques inter-continentaux dont l'objectif est de transporter des têtes nucléaires : rappelez-vous que l'Iran possède déjà des missiles capables d'atteindre Israël et vous comprendrez que les missiles balistiques inter-continentaux que l'Iran est en train de construire ne nous sont pas destinés, ils vous sont destinés ! Ils sont destinés à l'Europe, à l'Amérique pour des attaques avec des armes de destruction massive, n'importe quand, n'importe où.
Mesdames et Messieurs, il n'est pas facile de s'opposer à quelque chose qui fait l'unanimité des grandes puissances de ce monde. Croyez-moi, il serait bien plus facile de rester silencieux ! Mais tout au long de son histoire, le peuple juif a appris que le silence entraîne un lourd tribut à payer et en tant que Premier ministre de l'Etat juif, qui connaît l'histoire, je refuse de rester silencieux ! Je répète : les jours durant lesquels le peuple juif est resté passif face à des ennemis génocidaires, ces jours-là sont révolus !
Ne pas être passif signifie parler de ces dangers, nous l'avons (fait), nous sommes (en train de le faire) et nous le ferons.. Ne pas être passif signifie également se défendre contre ces dangers, nous l'avons (fait), nous sommes (en train de le faire) et nous le ferons !

Mise à jour 3/10  : retrouvez ici  la traduction intégrale en français par Jean-Pierre Bensimon du discours de Benjamin Netanyahou à la tribune des Nations-Unies le 1/10/2015

----------------------------------------------------------------------------------------------------
Discours du 29 sept 2014

Voici le discours du 29/9/2014 traduit en français :

Merci, Monsieur le président, Mesdames et Messieurs, je suis venu ici de Jérusalem pour parler au nom de mon peuple, le peuple d'Israël. Je suis venu ici pour parler des dangers auxquels nous sommes confrontés et des opportunités que nous voyons. Je suis venu ici pour exposer les mensonges éhontés qui ont été entendus ici même dans cette tribune contre mon pays et contre les soldats courageux qui le défendent.


Mesdames et Messieurs, le peuple d'Israël prie pour la paix.
Mais nos espoirs de paix et ceux du monde sont en danger. Car où que nous regardions, nous voyons l'Islam militant à l'œuvre.
Ce ne sont pas des militants et ce n'est pas l'Islam, c'est l'Islam militant. Ses premières victimes sont d'autres musulmans mais personne, Chrétiens, Juifs, Yesidis, Kurdes, aucune croyance, aucune foi, aucun groupe ethnique ne sont épargnés. Et il est en train de se répandre dans le monde entier. Vous connaissez le fameux dicton américain : « toute politique est locale » ? Pour les islamistes militants c'est : toute politique est globale » parce que leur but ultime est de dominer le monde.


Cette menace peut sembler exagérée pour certains car au début c'est comme un cancer qui attaque un endroit particulier du corps mais si rien n'est fait, le cancer se développe en formant des métastases sur des zones de plus en plus grandes. Pour protéger la paix et la sécurité dans le monde, nous devons éliminer ce cancer avant qu'il ne soit trop tard. La semaine dernière, beaucoup des pays représentés ici ont applaudi à juste titre le président Obama qui dirige les efforts pour faire face à l'État islamique. Et pourtant il y a quelques semaines, certains de ces mêmes pays, les mêmes pays qui soutiennent aujourd'hui la lutte contre l'État islamique s'opposaient à Israël qui luttait contre le Hamas. Ils ne comprennent apparemment pas que l'État islamique et le Hamas sont des branches du même arbre empoisonné.


L'État islamique et le Hamas partage une croyance fanatique qu'ils cherchent tous les deux à imposer bien au-delà des territoires qu'ils contrôlent.
Écoutez ce qu'a déclaré il y a deux mois le calife autoproclamé de l'EI, Abou Bakr Al Baghdadi : le jour viendra bientôt où les musulmans se promèneront partout en maître… les musulmans forceront le monde à entendre et comprendre la signification du terrorisme… et la destruction de l'idole de la démocratie. Puis écoutez Khaled Mechaal le chef du Hamas, il proclame exactement la même vision de l'avenir : nous disons cela à l'Occident… Au nom d'Allah, vous serez vaincus. Demain notre nation sera assise sur le trône du monde.


Comme cela est clairement écrit dans sa charte, l'objectif immédiat du Hamas est de détruire Israël. Mais le Hamas un objectif plus large, il vise aussi à établir un califat. Le Hamas partage les ambitions mondiales de ses collègues islamistes militants. C'est pour cela que ses partisans sont descendus dans les rues de Gaza pour follement acclamer les milliers d'Américains tués le 11 septembre. Et c'est pour cela que ses dirigeants condamnent les États-Unis d'avoir tué Osama Ben Laden qu'ils saluent comme un guerrier saint.
Si l'on considère leurs objectifs ultimes, Le Hamas est l'État islamique et l'État islamique est le Hamas.


Ils ont en commun ce que tous les islamistes militants ont en commun : Boko Haram au Nigeria, les milices Shabab en Somalie, le Hezbollah au Liban, le front Al Nusrah en Syrie, l'Armée du Mahdi en Irak et les branches d'Al-Qaïda au Yémen, en Libye, aux Philippines, en Inde et ailleurs.
Certains sont des sunnites radicaux, certains sont des Chiites radicaux, certains veulent rétablir un califat datant du VIIe siècle, d'autres veulent déclencher le retour apocalyptique d'un imam du IXe siècle. Ils opèrent dans différents pays, ils ciblent différentes victimes et ils vont même jusqu'à s'entre-tuer dans leur quête de la suprématie. Mais ils partagent tous une idéologie fanatique, ils cherchent tous à créer des enclaves de l'Islam militant dans lesquelles il n'existe ni liberté ni tolérance ; dans lesquelles les femmes sont traitées comme du bétail, les chrétiens sont décimés, les minorités soumises parfois à qui on propose un choix difficile : se convertir ou mourir. Pour eux, n'importe qui peut être qualifié d'infidèle y compris d'autres musulmans. 

Mesdames et Messieurs, l'ambition de l'Islam militant de dominer le monde semble une folie exactement comme les ambitions mondiales d'une autre idéologie fanatique qui a pris le pouvoir il y a huit décennies, l'ont semblé à l'époque.


Les nazis croyaient en une race de maîtres, les islamistes militants croient en une foi de maître. Le seul désaccord entre islamistes portant sur qui parmi eux sera le maître de cette foi de maître. C'est sur ce point qu'ils ne sont vraiment pas d'accord. Pour nous, le problème est de savoir si l'Islam militant aura le pouvoir de réaliser ses ambitions effrénées.


Il y a un endroit où cela pourrait arriver bientôt, il s'agit de l'État islamique d'Iran. Depuis trente-cinq ans, l'Iran poursuit sans relâche la mission mondiale mise en avant par son chef fondateur, l'ayatollah Khomeiny, en ces termes : "nous allons exporter notre révolution dans le monde entier. Jusqu'à ce que le cri « il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah » soit entendu dans le monde entier". Et c'est exactement ce qu'ont fait les brutaux Gardiens de la révolution chargés de faire appliquer la politique du régime iranien.

Écoutez son commandant actuel, le général Mohamed Ali Jaafari qui a clairement déclaré cet objectif. Il a dit : « notre imam n'a pas limité la révolution islamique à ce pays, notre devoir est de préparer la voie un gouvernement islamique mondial.


Le président Rouhani s'est tenu ici même la semaine dernière et a versé des larmes de crocodile sur ce qu'il appelle : « la mondialisation du terrorisme ». Il aurait du nous épargner ses larmes hypocrites et s'adresser plutôt aux commandants des Gardiens de la Révolution iranienne. Il pourrait leur demander de stopper la campagne iranienne de terreur mondiale dont les attaques ont touché une vingtaine de pays sur les cinq continents et ceci seulement depuis 2011. Dire que l'Iran ne pratique pas le terrorisme c'est comme de dire que Derek Jeter n'a jamais été un joueur de Baseball [cèlebre arrêt-court de l'équipe des Yankees de New York].
Les lamentations du Président iranien sur la propagation du terrorisme doivent être considérées comme un des plus grands exemples de double langage de l'histoire.

Pourtant certains prétendent encore que la campagne de terrorisme mondial de l'Iran, sa subversion de pays à travers le Moyen-Orient et bien au-delà du Moyen-Orient est le fait d'extrémistes. Ils déclarent que les choses sont en train de changer. Ils mettent en avant les élections qui ont eu lieu l'an dernier en Iran. Ils affirment que le Président et le Ministre des affaires étrangères, modérés, ont non seulement changé le ton de la politique étrangère de l'Iran mais en ont changé sa substance. Ils croient que Rouhani et Zarif veulent vraiment se réconcilier avec l'Occident et qu'ils ont abandonné la mission mondiale de la révolution islamique.

Vraiment ? Alors regardons ce qu'a écrit le Ministre des affaires étrangères, Zarif dans un livre qu'il a écrit il y a juste quelques années : « nous avons un problème fondamental avec l'Occident et en particulier avec l'Amérique, c'est parce que nous sommes les héritiers d'une mission mondiale qui est liée à notre raison d'être »… une mission mondiale liée à notre raison d'être. Puis Zarif pose une question qui est je crois intéressante, il dit : « comment se fait-il que la Malaisie n'a pas les mêmes problèmes ? Il répond : « parce que la Malaisie ne cherche pas à modifier l'ordre international ».


Et c'est celui que vous considérez comme modéré. Alors ne vous laissez pas berner par l'offensive de charme manipulatrice de l'Iran. Elle est conçue dans un seul et unique but : lever les sanctions et supprimer les obstacles sur le chemin de la bombe iranienne. La République islamique cherche maintenant à vous embobiner dans un accord qui lui permettra d'éliminer les sanctions qui la visent et la laissera avec sa capacité de milliers de centrifugeuses pour enrichir l'uranium. Cela consoliderait effectivement le statut de l'Iran en lui permettant d'être au seuil de devenir une puissance nucléaire militaire. Et à n'importe quel moment de son choix dans le futur, l'Iran, l'état le plus dangereux du monde dans la région la plus dangereuse du monde obtiendrait les armes les plus dangereuses du monde.

Permettre que cela se produise poserait la plus grave menace pour nous tous. C'est une chose de se confronter à des islamistes militants sur des pick-up, armés de kalachnikovs mais c'est une autre chose de faire face à des islamistes militants possédant des armes de destruction massive.  Je me souviens que l'année dernière, tout le monde ici était à juste titre préoccupé par les armes chimiques en Syrie, y compris la possibilité qu'elles tombent entre les mains de terroristes. Cela n'est pas arrivé et nous devons au président Obama d'avoir dirigé les efforts diplomatiques pour démanteler la quasi-totalité de la capacité d'armes chimiques de la Syrie. Imaginez combien beaucoup plus dangereux serait l'État islamique s'il possédait des armes chimiques. Maintenant imaginez à quel point serait dangereux l'État islamique d'Iran s'il possédait des armes nucléaires.

Mesdames et Messieurs, est-ce que vous laisseriez l'État islamique enrichir de l'uranium ? Est-ce que vous laisseriez l'État islamique construire un réacteur à eau lourde ? Est-ce que vous laisseriez l'État islamique développer des missiles balistiques intercontinentaux ? Bien sûr que non. Par conséquent vous ne devez pas laisser l'État islamique d'Iran faire ces choses non plus.
Parce que voici ce qui va arriver : une fois que l'Iran produira des bombes atomiques, tout le charme et tous les sourires vont soudainement disparaître. Ils s'évanouiront et c'est alors que les ayatollahs montreront leur vrai visage et libéreront leur fanatisme agressif sur le monde entier. Il n'y a qu'une seule ligne de conduite responsable pour contrer cette menace : les capacités militaires nucléaires de l'Iran doivent être entièrement démantelées.

Ne vous méprenez pas, l'État islamique doit être vaincu. Mais vaincre l'État islamique et laisser l'Iran devenir une puissance nucléaire, c'est comme gagner une bataille mais perdre la guerre.
Vaincre l'État islamique et laisser l'Iran devenir une puissance nucléaire c'est comme gagner une bataille et perdre la guerre.


Mesdames et Messieurs, la lutte contre l'Islam militant est indivisible. Quand l'Islam militant remporte des succès n'importe où, il s'enhardit n'importe où. Quand il reçoit des coups dans un seul endroit, il est en retrait de partout. C'est pourquoi la lutte d'Israël contre le Hamas n'est pas seulement notre lutte, c'est votre combat. Israël se bat contre un fanatisme aujourd'hui que vos pays peuvent être amenés à combattre demain.

Durant cinquante jours cet été, le Hamas a tiré des milliers de roquettes sur Israël, beaucoup d'entre elles fournies par l'Iran. Je veux que vous réfléchissiez à ce que feraient vos pays si des milliers de roquettes étaient tirées sur vos villes. Imaginez des millions de vos citoyens ayant quelques secondes au plus pour se précipiter dans des abris anti-bombes, jour après jour. Vous ne laisseriez pas les terroristes tirer des roquettes sur vos villes en toute impunité. Vous ne laisseriez pas non plus des terroristes creuser des dizaines de tunnels de la terreur sous vos frontières pour infiltrer vos villes afin de tuer et d'enlever vos citoyens. Israël s'est défendu à juste titre contre les attaques de roquettes et les tunnels de la terreur. Pourtant Israël a aussi dû faire face à un autre défi : nous avons été confrontés à une guerre de propagande. Parce que dans une tentative de gagner la sympathie du monde, le Hamas a cyniquement utilisé des civils palestiniens comme boucliers humains. Il a utilisé les écoles, pas seulement des écoles, des écoles de l'ONU, des maisons privées, des mosquées et même des hôpitaux pour stocker et lancer des roquettes sur Israël.


Alors qu'Israël lançait des frappes chirurgicales contre les lance-roquettes et les tunnels, des civils palestiniens ont été tragiquement tués mais non intentionnellement. Il en est résulté des images déchirantes qui ont alimenté une campagne diffamatoire prétendant qu'Israël prenait délibérément pour cible des civils.


C'est faux. Nous regrettons profondément chaque victime civile. La vérité est la suivante : Israël a tout fait pour minimiser les pertes civiles palestiniennes et le Hamas a tout fait pour qu'il y ait un maximum de victimes civiles israéliennes et pour qu'il y ait un maximum de victimes civiles palestiniennes. Israël a largué des tracts, passé des appels téléphoniques, envoyé des SMS, diffusé des messages en arabe sur la télévision palestinienne, tout cela pour permettre aux civils palestiniens d'évacuer les zones devant être ciblées

Aucun autre pays et aucune autre armée dans l'histoire sont allés aussi loin pour éviter des victimes parmi la population civile de leurs ennemis. Ce souci de la vie des Palestiniens est d'autant plus remarquable si l'on considère que les civils israéliens ont été bombardés par des roquettes, jour après jour, nuit après nuit. Tandis que leurs familles étaient bombardées par le Hamas, l'armée israélienne, composée de citoyens conscrits, les braves soldats de l'armée de défense d'Israël, nos jeunes garçons et filles, ont montré les valeurs morales les plus élevées de toutes les armées du monde. Les soldats israéliens ne méritent pas les condamnations, ils méritent l'admiration. L'admiration des gens honnêtes partout.

Mesdames et Messieurs, alors que les enfants israéliens s'entassaient dans des abris anti-bombes et que le système de défense antimissile Dôme d'acier frappait les roquettes du Hamas dans le ciel, la profonde différence morale entre Israël et le Hamas éclatait dans toute sa clarté : Israël a utilisé ses missiles pour protéger ses enfants, le Hamas a utilisé ses enfants pour protéger ses missiles.

Maintenant, voici ce que le Hamas a fait : Le Hamas a installé ses batteries de missiles dans des zones d'habitation et a dit aux Palestiniens d'ignorer les avertissements d'Israël à quitter les lieux. Et juste au cas où les gens n'aient pas bien reçu le message, ils ont exécuté des civils palestiniens de Gaza qui osaient protester.


Pas moins répréhensible, le Hamas a délibérément placé des roquettes là où des enfants palestiniens vivent et jouent. Permettez-moi de vous montrer une photo, elle a été prise par une équipe de France 24 lors du récent conflit. Elle montre 2 lance-roquettes utilisés pour nous attaquer. On voit trois enfants qui jouent à côté. Le Hamas a délibérément installé ses roquettes dans des centaines de quartiers d'habitation de ce genre, des centaines.


Mesdames et Messieurs, il s'agit de crimes de guerre. Et je m'adresse au Président Abbas : ce sont des crimes de guerre commis par vos partenaires du Hamas dans le gouvernement d'unité nationale que vous dirigez et dont vous êtes responsable. Et ce sont les crimes de guerre réels sur lesquels vous auriez dû enquêter, que vous auriez dû condamner à cette tribune, la semaine dernière.

En enquêtant sur Israël plutôt que sur les crimes de guerre du Hamas, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a trahi sa noble mission de protéger les innocents. En réalité, il est en train d'inverser les lois de la guerre. C'est Israël qui est condamné alors qu'il a pris des mesures sans précédent pour minimiser les pertes civiles. Le Hamas est dédouané, lui qui a en même temps ciblé des civils et s'est caché derrière des civils, ce qui constitue un double crime de guerre.


Le Conseil des droits de l'homme envoie ainsi un message clair aux terroristes du monde entier : utilisez des civils comme boucliers humains, utilisez-les encore et encore ! Vous savez pourquoi ? Parce que, malheureusement, ça fonctionne.


En accordant une légitimité internationale à l'utilisation de boucliers humains, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU est ainsi devenu un Conseil des droits des terroristes et cela aura des répercussions. Il y en a probablement déjà concernant l'utilisation de civils comme boucliers humains.


Ce n'est pas seulement notre intérêt. Il ne s'agit pas seulement de nos valeurs qui sont l'objet d'attaques, ce sont vos intérêts et vos valeurs.


Mesdames et Messieurs, nous vivons dans un monde imprégné de tyrannie et de terreur, dans lequel des gays sont pendus à des grues à Téhéran, des prisonniers politiques sont exécutés dans la bande de Gaza, des jeunes filles sont enlevées en masse au Nigéria et des centaines de milliers de gens sont massacrés en Syrie, en Libye et en Irak. Pourtant près de la moitié, la moitié des résolutions du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies porte sur un seul pays, Israël, la seule véritable démocratie au Moyen-Orient. Israël où les problèmes sont débattus publiquement dans un parlement animé, où les droits de l'homme sont protégés par des tribunaux indépendants et où les femmes, les homosexuels et les minorités vivent dans une société véritablement libre.

Les Droits de l'homme… c'est un oxymore pour le Conseil des droits de l'homme de l'ONU mais je l'utilise quand même, le traitement partial du Conseil s'agissant d'Israël est une manifestation du retour des plus anciens préjugés du monde. Nous entendons aujourd'hui des foules en Europe appeler au gazage des Juifs ; nous entendons certains dirigeants nationaux comparer Israël aux nazis. Cela n'est pas dû à la politique d'Israël, cela est dû à des esprits malades et cette maladie a un nom. C'est ce qu'on appelle antisémitisme.


Il est désormais en train de se répandre dans la bonne société où il se fait passer pour la critique légitime d'Israël. Pendant des siècles, le peuple juif a été diabolisé, accusé de crimes rituels, accusé de déicisme.  Aujourd'hui, l'État juif est diabolisé avec les accusations diffamatoires d'apartheid et de génocide. Génocide ? Dans quel univers moral le génocide inclut-t-il des avertissements à la population civile des ennemis pour la sortir du danger ? Le souci que ces populations reçoivent des tonnes, des tonnes d'aide humanitaire chaque jour alors même que des milliers de roquettes sont tirés sur nous ? Ou bien la mise en place d'un hôpital de campagne pour aider leurs blessés ? Je suppose qu'il s'agit du même univers moral dans lequel un homme a écrit une thèse mensongère sur l'holocauste et qu'il insiste sur une Palestine sans Juifs, Judenrein, et qu'il peut se dresser à cette même tribune et accuser sans vergogne Israël de génocide et de nettoyage ethnique.

Dans le passé, les mensonges éhontés contre les juifs ont été le prélude des massacres de masse de notre peuple.
Mais plus jamais.


Aujourd'hui, nous, le peuple juif, avons le pouvoir de nous défendre. Nous allons nous défendre contre nos ennemis sur le champ de bataille. Nous allons exposer leurs mensonges contre nous dans la cour de l'opinion publique. Israël continuera à se tenir fier et insoumis.
Mesdames et Messieurs, malgré les énormes défis auxquels Israël est confronté, je crois que nous avons une occasion historique.

Après des décennies durant lesquelles ils ont considérés Israël comme leur ennemi, des États leaders dans le monde arabe sont de plus en plus conscients qu'ensemble, nous et eux, nous sommes confrontés aux mêmes dangers : ce qui signifie principalement un Iran nucléaire et des mouvements islamistes militants gagnant du terrain dans le monde sunnite.

Notre défi est de transformer nos intérêts communs pour créer un partenariat productif. Un modèle pour construire un Moyen-Orient plus sûr, plus pacifique et plus prospère.

Ensemble nous pouvons renforcer la sécurité régionale. Nous pouvons faire avancer des projets dans les secteurs de l'eau, de l'agriculture, du transport, de la santé, de l'énergie et autres nombreux domaines.

Je crois que le partenariat entre nous peut également aider à faciliter la paix entre Israël et les Palestiniens. Beaucoup de gens ont longtemps pensé que la paix entre les Israéliens et les Palestiniens pouvait aider à faciliter un rapprochement plus large entre Israël et le monde arabe. Mais aujourd'hui, je pense que cela peut fonctionner dans l'autre sens : à savoir qu'un rapprochement plus large entre Israël et le monde arabe peut aider à faciliter une paix israélo-palestinienne.

Et donc pour réaliser cette paix, nous devons regarder non seulement à Jérusalem et à Ramallah mais aussi au Caire, à Amann, Abou-Dhabi, Riyad et ailleurs. Je crois que la paix peut être réalisée avec la participation active des pays arabes, ceux qui sont prêts à fournir un soutien politique, matériel et autres formes de soutien indispensables. Je suis prêt à faire un compromis historique, non pas parce qu'Israël occupe une terre étrangère. Le peuple d'Israël n'est pas occupant de la Terre d'Israël. L'histoire, l'archéologie et le bon sens montre que nous avons eu des attaches particulières à ce territoire depuis plus de 3000 ans.

Je veux la paix parce que je veux créer un avenir meilleur pour mon peuple. Mais cela doit être une paix véritable, celle qui est ancrée dans la reconnaissance mutuelle et avec des dispositifs de sécurité durables et solides sur le terrain. Parce que, voyez-vous, les retraits israéliens du Liban et de Gaza ont créé deux enclaves islamiques sur nos frontières à partir desquelles des dizaines de milliers de roquettes ont été tirées sur Israël.

Ces expériences donnent à réfléchir et augmentent les préoccupations sécuritaires d'Israël en ce qui concerne de potentielles concessions territoriales dans le futur. Ces problèmes sécuritaires sont encore plus importants aujourd'hui, il suffit de regarder ce qui se passe. Le Moyen-Orient est en plein chaos, des États se désintègrent, des islamistes militants remplissent le vide.

Israël ne peut pas laisser des territoires dont il se retire repris par des islamistes militants une nouvelle fois comme cela s'est produit à Gaza et au Liban. Cela mettrait l'État islamique à portée de mortier, quelques kilomètres, de 80 % de notre population.

Réfléchissez à cela. La distance entre les lignes de 1967 et la banlieue de Tel-Aviv équivaut à la distance entre le bâtiment de l'ONU ici même et Times Square. Israël est un petit pays, c'est pourquoi dans tout accord de paix, qui nécessiterait de toute évidence un compromis territorial, j'insisterai toujours pour qu'Israël puisse se défendre par lui-même contre toute menace. Pourtant malgré tout ce qui s'est passé certains ne prennent toujours pas les préoccupations sécuritaires d'Israël au sérieux. Moi je le fais et je continuerai à le faire toujours. Parce que, en tant que Premier ministre d'Israël, je suis chargée de la lourde responsabilité d'assurer l'avenir du peuple juif et l'avenir de l'État juif.


Et peu importe les pressions exercées, je ne vacillerai jamais dans l'accomplissement de cette responsabilité.
Je crois qu'avec une nouvelle approche venant de nos voisins, nous pouvons faire avancer la paix malgré les difficultés que nous rencontrons.


En Israël, nous sommes spécialistes pour rendre possible l'impossible. Nous avons transformé une terre désolée en une terre florissante. Et avec très peu de ressources naturelles, nous avons utilisé les esprits fertiles de notre peuple pour faire d'Israël un centre mondial de technologie et d'innovation. La paix, bien sûr, permettrait à Israël de réaliser son plein potentiel et d'apporter un avenir prometteur non seulement à sa population, à la population palestinienne, mais aussi à beaucoup beaucoup d'autres dans notre région.


L'ancien modèle de paix doit être mis à jour. Il doit prendre en compte les nouvelles réalités et les nouveaux rôles et responsabilités de nos voisins arabes. Mesdames et Messieurs, il y a un nouveau Moyen-Orient. Il présente de nouveaux dangers mais aussi de nouvelles opportunités. Israël est prêt à travailler avec les partenaires arabes et la communauté internationale pour faire face à ces dangers et saisir ces occasions. Ensemble nous devons reconnaître la menace mondiale de l'Islam militant, la priorité du démantèlement de la capacité militaire nucléaire de l'Iran et le rôle indispensable des États arabes dans la promotion de la paix avec les Palestiniens.

Tout cela peut heurter la sagesse conventionnelle mais c'est la vérité. Et la vérité doit toujours être dite, surtout ici aux Nations unies.


Isaïe, notre grand prophète de paix, nous a appris il y a près de 3000 ans à Jérusalem à parler un langage de vérité aux puissants :


לְמַעַן צִיּוֹן לֹא אֶחֱשֶׁה וּלְמַעַן יְרוּשָׁלִַם לֹא אֶשְׁקוֹט עַד-יֵצֵא כַּנֹּגַהּ צִדְקָהּ וִישׁוּעָתָהּ כְּלַפִּיד יִבְעָר.

Pour l'amour de Sion, je ne garderai pas le silence, pour Jérusalem je n'aurai point de repos, que son salut n'ait éclaté comme un jet de lumière, et sa victoire comme une torche allumée.

Mesdames et Messieurs, allumons le flambeau de la vérité et de la justice pour préserver notre avenir commun. Merci.

Adaptation française ©http://danilette.over-blog.com


Dernière mise à jour avec corrections des fautes à 13h15 

 

 

Voici la transcription du discours en anglais  : 

Thank you, Mr. President, Distinguished delegates, I come here from Jerusalem to speak on behalf of my people, the people of Israel. I've come here to speak about the dangers we face and about the opportunities we see. I've come here to expose the brazen lies spoken from this very podium against my country and against the brave soldiers who defend it.

Ladies and Gentlemen, The people of Israel pray for peace.

But our hopes and the world's hope for peace are in danger. Because everywhere we look, militant Islam is on the march.

It's not militants. It's not Islam. It's militant Islam. Typically, its first victims are other Muslims, but it spares no one. Christians, Jews, Yazidis, Kurds – no creed, no faith, no ethnic group is beyond its sights. And it's rapidly spreading in every part of the world. You know the famous American saying: "All politics is local"? For the militant Islamists, "All politics is global." Because their ultimate goal is to dominate the world.

Now, that threat might seem exaggerated to some, since it starts out small, like a cancer that attacks a particular part of the body. But left unchecked, the cancer grows, metastasizing over wider and wider areas. To protect the peace and security of the world, we must remove this cancer before it's too late. Last week, many of the countries represented here rightly applauded President Obama for leading the effort to confront ISIS. And yet weeks before, some of these same countries, the same countries that now support confronting ISIS, opposed Israel for confronting Hamas. They evidently don’t understand that ISIS and Hamas are branches of the same poisonous tree.

ISIS and Hamas share a fanatical creed, which they both seek to impose well beyond the territory under their control.

Listen to ISIS’s self-declared caliph,Abu Bakr Al-Baghdadi. This is what he said two months ago: A day will soon come when the Muslim will walk everywhere as a master… The Muslims will cause the world to hear and understand the meaning of terrorism… and destroy the idol of democracy. Now listen to Khaled Meshaal, the leader of Hamas. He proclaims a similar vision of the future: We say this to the West… By Allah you will be defeated. Tomorrow our nation will sit on the throne of the world.

As Hamas's charter makes clear, Hamas’s immediate goal is to destroy Israel. But Hamas has a broader objective. They also want a caliphate. Hamas shares the global ambitions of its fellow militant Islamists. That’s why its supporters wildly cheered in the streets of Gaza as thousands of Americans were murdered on 9/11. And that's why its leaders condemned the United States for killing Osama Bin Laden, whom they praised as a holy warrior.

So when it comes to their ultimate goals, Hamas is ISIS and ISIS is Hamas.

And what they share in common, all militant Islamists share in common: • Boko Haram in Nigeria; • Ash-Shabab in Somalia; • Hezbollah in Lebanon; • An-Nusrah in Syria; • The Mahdi Army in Iraq; • And the Al-Qaeda branches in Yemen, Libya, the Philippines, India and elsewhere.

Some are radical Sunnis, some are radical Shi'ites. Some want to restore a pre-medieval caliphate from the 7th century. Others want to trigger the apocalyptic return of an imam from the 9th century. They operate in different lands, they target different victims and they even kill each other in their quest for supremacy. But they all share a fanatic ideology. They all seek to create ever expanding enclaves of militant Islam where there is no freedom and no tolerance – Where women are treated as chattel, Christians are decimated, and minorities are subjugated, sometimes given the stark choice: convert or die. For them, anyone can be an infidel, including fellow Muslims.

Ladies and Gentlemen, Militant Islam's ambition to dominate the world seems mad. But so too did the global ambitions of another fanatic ideology that swept to power eight decades ago.

The Nazis believed in a master race. The militant Islamists believe in a master faith. They just disagree about who among them will be the master… of the master faith. That’s what they truly disagree about. Therefore, the question before us is whether militant Islam will have the power to realize its unbridled ambitions.

There is one place where that could soon happen: The Islamic State of Iran. For 35 years, Iran has relentlessly pursued the global mission which was set forth by its founding ruler, Ayatollah Khomeini, in these words: We will export our revolution to the entire world.

Until the cry "There is no God but Allah" will echo throughout the world over… And ever since, the regime’s brutal enforcers, Iran's Revolutionary Guards, have done exactly that.

Listen to its current commander, General Muhammad Ali Ja'afari. And he clearly stated this goal. He said: Our Imam did not limit the Islamic Revolution to this country… Our duty is to prepare the way for an Islamic world government… Iran's President Rouhani stood here last week, and shed crocodile tears over what he called "the globalization of terrorism." Maybe he should spare us those phony tears and have a word instead with the commanders of Iran's Revolutionary Guards. He could ask them to call off Iran's global terror campaign, which has included attacks in two dozen countries on five continents since 2011 alone. To say that Iran doesn't practice terrorism is like saying Derek Jeter never played shortstop for the New York Yankees.

This bemoaning of the Iranian president of the spread of terrorism has got to be one of history’s greatest displays of doubletalk.

Now, Some still argue that Iran's global terror campaign, its subversion of countries throughout the Middle East and well beyond the Middle East, some argue that this is the work of the extremists. They say things are changing. They point to last year's elections in Iran. They claim that Iran’s smooth talking President and Foreign Minister, they’ve changed not only the tone of Iran's foreign policy but also its substance. They believe Rouhani and Zarif genuinely want to reconcile with the West, that they’ve abandoned the global mission of the Islamic Revolution.

Really? So let's look at what Foreign Minister Zarif wrote in his book just a few years ago: We have a fundamental problem with the West, and especially with America. This is because we are heirs to a global mission, which is tied to our raison d'etre… A global mission which is tied to our very reason of being.

And then Zarif asks a question, I think an interesting one. He says: How come Malaysia [he’s referring to an overwhelmingly Muslim country] – how come Malaysia doesn't have similar problems? And he answers: Because Malaysia is not trying to change the international order.

That's your moderate. So don’t be fooled by Iran’s manipulative charm offensive. It’s designed for one purpose, and for one purpose only: To lift the sanctions and remove the obstacles to Iran's path to the bomb. The Islamic Republic is now trying to bamboozle its way to an agreement that will remove the sanctions it still faces, and leave it with the capacity of thousands of centrifuges to enrich uranium. This would effectively cement Iran's place as a threshold military nuclear power. In the future, at a time of its choosing, Iran, the world’s most dangerous state in the world's most dangerous region, would obtain the world’s most dangerous weapons.

Allowing that to happen would pose the gravest threat to us all. It’s one thing to confront militant Islamists on pick-up trucks, armed with Kalashnikov rifles. It’s another thing to confront militant Islamists armed with weapons of mass destruction. I remember that last year, everyone here was rightly concerned about the chemical weapons in Syria, including the possibility that they would fall into the hands of terrorists. That didn't happen. And President Obama deserves great credit for leading the diplomatic effort to dismantle virtually all of Syria's chemical weapons capability. Imagine how much more dangerous the Islamic State, ISIS, would be if it possessed chemical weapons. Now imagine how much more dangerous the Islamic state of Iran would be if it possessed nuclear weapons. Ladies and Gentlemen, Would you let ISIS enrich uranium? Would you let ISIS build a heavy water reactor? Would you let ISIS develop intercontinental ballistic missiles? Of course you wouldn’t. Then you mustn't let the Islamic State of Iran do those things either.

Because here’s what will happen: Once Iran produces atomic bombs, all the charm and all the smiles will suddenly disappear. They’ll just vanish. It's then that the ayatollahs will show their true face and unleash their aggressive fanaticism on the entire world. There is only one responsible course of action to address this threat: Iran's nuclear military capabilities must be fully dismantled. Make no mistake – ISIS must be defeated. But to defeat ISIS and leave Iran as a threshold nuclear power is to win the battle and lose the war.

To defeat ISIS and leave Iran as a threshold nuclear power is to win the battle and lose the war.

Ladies and Gentlemen, The fight against militant Islam is indivisible. When militant Islam succeeds anywhere, it’s emboldened everywhere. When it suffers a blow in one place, it's set back in every place. That’s why Israel’s fight against Hamas is not just our fight. It’s your fight. Israel is fighting a fanaticism today that your countries may be forced to fight tomorrow.

For 50 days this past summer, Hamas fired thousands of rockets at Israel, many of them supplied by Iran. I want you to think about what your countries would do if thousands of rockets were fired at your cities. Imagine millions of your citizens having seconds at most to scramble to bomb shelters, day after day. You wouldn't let terrorists fire rockets at your cities with impunity. Nor would you let terrorists dig dozens of terror tunnels under your borders to infiltrate your towns in order to murder and kidnap your citizens. Israel justly defended itself against both rocket attacks and terror tunnels. Yet Israel also faced another challenge. We faced a propaganda war. Because, in an attempt to win the world’s sympathy, Hamas cynically used Palestinian civilians as human shields. It used schools, not just schools - UN schools, private homes, mosques, even hospitals to store and fire rockets at Israel.

As Israel surgically struck at the rocket launchers and at the tunnels, Palestinian civilians were tragically but unintentionally killed. There are heartrending images that resulted, and these fueled libelous charges that Israel was deliberately targeting civilians.

We were not. We deeply regret every single civilian casualty. And the truth is this: Israel was doing everything to minimize Palestinian civilian casualties. Hamas was doing everything to maximize Israeli civilian casualties and Palestinian civilian casualties. Israel dropped flyers, made phone calls, sent text messages, broadcast warnings in Arabic on Palestinian television, always to enable Palestinian civilians to evacuate targeted areas.

No other country and no other army in history have gone to greater lengths to avoid casualties among the civilian population of their enemies. This concern for Palestinian life was all the more remarkable, given that Israeli civilians were being bombarded by rockets day after day, night after night. As their families were being rocketed by Hamas, Israel's citizen army – the brave soldiers of the IDF, our young boys and girls – they upheld the highest moral values of any army in the world. Israel's soldiers deserve not condemnation, but admiration. Admiration from decent people everywhere.

Now here’s what Hamas did: Hamas embedded its missile batteries in residential areas and told Palestinians to ignore Israel’s warnings to leave. And just in case people didn’t get the message, they executed Palestinian civilians in Gaza who dared to protest.

No less reprehensible, Hamas deliberately placed its rockets where Palestinian children live and play. Let me show you a photograph. It was taken by a France 24 crew during the recent conflict. It shows two Hamas rocket launchers, which were used to attack us. You see three children playing next to them. Hamas deliberately put its rockets in hundreds of residential areas like this. Hundreds of them.

Ladies and gentlemen, this is a war crime. And I say to President Abbas, these are the war crimes committed by your Hamas partners in the national unity government which you head and you are responsible for. And these are the real war crimes you should have investigated, or spoken out against from this podium last week.

Ladies and Gentlemen, As Israeli children huddled in bomb shelters and Israel’s Iron Dome missile defense system knocked Hamas rockets out of the sky, the profound moral difference between Israel and Hamas couldn’t have been clearer: Israel was using its missiles to protect its children. Hamas was using its children to protect its missiles.

By investigating Israel rather than Hamas for war crimes, the UN Human Rights Council has betrayed its noble mission to protect the innocent. In fact, what it’s doing is to turn the laws of war upside-down. Israel, which took unprecedented steps to minimize civilian casualties, Israel is condemned. Hamas, which both targeted and hid behind civilians – that a double war crime - Hamas is given a pass.

The Human Rights Council is thus sending a clear message to terrorists everywhere: Use civilians as human shields. Use them again and again and again. You know why? Because sadly, it works.

By granting international legitimacy to the use of human shields, the UN’s Human Rights Council has thus become a Terrorist Rights Council, and it will have repercussions. It probably already has, about the use of civilians as human shields.

It’s not just our interest. It’s not just our values that are under attack. It’s your interests and your values.

Ladies and Gentlemen, We live in a world steeped in tyranny and terror, where gays are hanged from cranes in Tehran, political prisoners are executed in Gaza, young girls are abducted en masse in Nigeria and hundreds of thousands are butchered in Syria, Libya and Iraq. Yet nearly half, nearly half of the UN Human Rights Council's resolutions focusing on a single country have been directed against Israel, the one true democracy in the Middle East – Israel. where issues are openly debated in a boisterous parliament, where human rights are protected by independent courts and where women, gays and minorities live in a genuinely free society.

The Human Rights… (that’s an oxymoron, the UN Human Rights Council, but I’ll use it just the same), the Council’s biased treatment of Israel is only one manifestation of the return of the world’s oldest prejudices. We hear mobs today in Europe call for the gassing of Jews. We hear some national leaders compare Israel to the Nazis. This is not a function of Israel’s policies. It's a function of diseased minds. And that disease has a name. It’s called anti-Semitism.

It is now spreading in polite society, where it masquerades as legitimate criticism of Israel. For centuries the Jewish people have been demonized with blood libels and charges of deicide. Today, the Jewish state is demonized with the apartheid libel and charges of genocide. Genocide? In what moral universe does genocide include warning the enemy's civilian population to get out of harm's way? Or ensuring that they receive tons, tons of humanitarian aid each day, even as thousands of rockets are being fired at us? Or setting up a field hospital to aid for their wounded? Well, I suppose it's the same moral universe where a man who wrote a dissertation of lies about the Holocaust, and who insists on a Palestine free of Jews, Judenrein, can stand at this podium and shamelessly accuse Israel of genocide and ethnic cleansing.

In the past, outrageous lies against the Jews were the precursors to the wholesale slaughter of our people.

But no more.

Today we, the Jewish people, have the power to defend ourselves. We will defend ourselves against our enemies on the battlefield. We will expose their lies against us in the court of public opinion. Israel will continue to stand proud and unbowed.

Ladies and Gentlemen, Despite the enormous challenges facing Israel, I believe we have an historic opportunity.

After decades of seeing Israel as their enemy, leading states in the Arab world increasingly recognize that together we and they face many of the same dangers: principally this means a nuclear-armed Iran and militant Islamist movements gaining ground in the Sunni world.

Our challenge is to transform these common interests to create a productive partnership. One that would build a more secure, peaceful and prosperous Middle East.

Together we can strengthen regional security. We can advance projects in water, agriculture, in transportation, in health, in energy, in so many fields.

I believe the partnership between us can also help facilitate peace between Israel and the Palestinians. Many have long assumed that an Israeli-Palestinian peace can help facilitate a broader rapprochement between Israel and the Arab World. But these days I think it may work the other way around: Namely that a broader rapprochement between Israel and the Arab world may help facilitate an Israeli-Palestinian peace.

And therefore, to achieve that peace, we must look not only to Jerusalem and Ramallah, but also to Cairo, to Amman, Abu Dhabi, Riyadh and elsewhere. I believe peace can be realized with the active involvement of Arab countries, those that are willing to provide political, material and other indispensable support. I’m ready to make a historic compromise, not because Israel is occupying a foreign land. The people of Israel are not occupiers in the Land of Israel. History, archeology and common sense all make clear that we have had a singular attachment to this land for over 3,000 years.

I want peace because I want to create a better future for my people. But it must be a genuine peace, one that is anchored in mutual recognition and enduring security arrangements, rock solid security arrangements on the ground. Because you see, Israel's withdrawals from Lebanon and Gaza created two militant Islamic enclaves on our borders from which tens of thousands of rockets have been fired at Israel.

These sobering experiences heighten Israel's security concerns regarding potential territorial concessions in the future. Those security concerns are even greater today. Just look around you.

The Middle East is in chaos. States are disintegrating. Militant Islamists are filling the void.

Israel cannot have territories from which it withdraws taken over by Islamic militants yet again, as happened in Gaza and Lebanon. That would place the likes of ISIS within mortar range – a few miles – of 80% of our population.

Think about that. The distance between the 1967 lines and the suburbs of Tel Aviv is like the distance between the UN building here and Times Square. Israel’s a tiny country. That’s why in any peace agreement, which will obviously necessitate a territorial compromise, I will always insist that Israel be able to defend itself by itself against any threat. Yet despite all that has happened, some still don't take Israel’s security concerns seriously. But I do, and I always will. Because, as Prime Minister of Israel, I am entrusted with the awesome responsibility of ensuring the future of the Jewish people and the future of the Jewish state.

And no matter what pressure is brought to bear, I will never waver in fulfilling that responsibility.

I believe that with a fresh approach from our neighbors, we can advance peace despite the difficulties we face.

In Israel, we have a record of making the impossible possible. We’ve made a desolate land flourish. And with very few natural resources, we have used the fertile minds of our people to turn Israel into a global center of technology and innovation.

Peace, of course, would enable Israel to realize its full potential and to bring a promising future not only for our people, not only for the Palestinian people, but for many, many others in our region.

But the old template for peace must be updated. It must take into account new realities and new roles and responsibilities for our Arab neighbors. Ladies and Gentlemen, There is a new Middle East. It presents new dangers, but also new opportunities. Israel is prepared to work with Arab partners and the international community to confront those dangers and to seize those opportunities. Together we must recognize the global threat of militant Islam, the primacy of dismantling Iran’s nuclear weapons capability and the indispensable role of Arab states in advancing peace with the Palestinians.

All this may fly in the face of conventional wisdom, but it’s the truth. And the truth must always be spoken, especially here, in the United Nations.

Isaiah, our great prophet of peace, taught us nearly 3,000 years ago in Jerusalem to speak truth to power. לְמַעַן צִיּוֹן לֹא אֶחֱשֶׁה וּלְמַעַן יְרוּשָׁלִַם לֹא אֶשְׁקוֹט עַד-יֵצֵא כַּנֹּגַהּ צִדְקָהּ וִישׁוּעָתָהּ כְּלַפִּיד יִבְעָר.

For the sake of Zion, I will not be silent.

For the sake of Jerusalem, I will not be still.

Until her justice shines bright, And her salvation glows like a flaming torch.

Ladies and Gentlemen, Let's light a torch of truth and justice to safeguard our common future.

Thank you.

Commenter cet article

Marcoselk 01/10/2015 20:20

That's what I call a comprehensive speech through and through, I hope that every sceptic body out there will get enlightened by it and will see Israel with a different eye! Bravo BiBi you have done us proud !

Marcoselk 01/10/2015 20:17

That's what I call a comprehensive speech through and through, I hope that every sceptic body out there will get enlightened by it and will see Israel with a different eye! Bravo BiBi you have done us proud !

aaron 01/10/2015 20:15

Nous ne voulons pas d'État palestinien et ni faire la paix avec ces sauvages

mdou 02/10/2015 11:27

C'est vous les sauvages c'est vous les criminels viendra un jours ou serez de nouveau en exil croyez moi

Lebeau Brigitte fondatrice ETIK'Avocats 01/10/2014 23:13


Bonjour, 


Comment parvenir à relever : "Notre défi est de transformer nos intérêts communs pour créer un partenariat productif. Un modèle
pour construire un Moyen-Orient plus sûr, plus pacifique et plus prospère.


Ensemble nous pouvons renforcer la sécurité régionale. Nous pouvons faire avancer des projets dans les secteurs de l'eau, de l'agriculture, du transport, de la santé, de l'énergie et autres
nombreux domaines.


Je crois que le partenariat entre nous peut également aider à faciliter la paix entre Israël et les Palestiniens. Beaucoup de gens ont longtemps pensé que la paix entre les Israéliens et les
Palestiniens pouvait aider à faciliter un rapprochement plus large entre Israël et le monde arabe. Mais aujourd'hui, je pense que cela peut fonctionner dans l'autre sens : à savoir qu'un
rapprochement plus large entre Israël et le monde arabe peut aider à faciliter une paix israélo-palestinienne."


Une petite mise au point simple pour avancer vers cette coopération avec le mode arabe:  Je me sui rendue compte que la majorité des musulmans ne sont pas instruits sur le plan
historico-religieux et ne savent pas que le Dieu des Juifs, des chrétiens et des musulman est le même!


l'Islam reconnait 5 prophètes: Noé, Moïse, Abraham, Jésus et le dernier d'entre eux Mahomet. Ainsi 4 sont hébreux et 1 est arabe sachant que les arabes sont la nation promise à Abraham pour son
fils "adultère" Ismaël qu'il a du chasser pour faire plaisir à son épouse la mère d'Isaac. Alors il n'y a aucune
raison pour les musulmans de faire une guerre religieuse puisque qu'aucun prophète dans aucune des trois confessions ne vient abolir la Loi ou ce qui a été annoncé par un prophète
précédent.


Quand des musulmans apprennent et comprennent cela, ils lisent la Torah et le Nouveau testament et l'Esprit de Dieu témoigne à leur Esprit qu'ils sont enfants du
même Dieu! Alors être musulman n'est plus source d'opposition à l'égard des juifs et des chrétiens. Eduquer, instruire rend les gens moins hostiles voire meilleurs car moins ignorants !


Le plus important c'est que le plus grand nombre connaisse le tronc commun après chacun est libre de croire ce qu'il veut, le plus souvent c'est lié à l'éducation reçue...Cetres il y aura
toujours des musulmans qui seront touchés par un esprit d'aveuglement et cela nous n'y pouvons rien!


Shalom, Paix, Salam








 


 

danilette 08/10/2014 13:47



Merci de votre commentaire. Je ne pense pas que le dieu des juifs chrétiens et musulman soit le même. L'islam a islamisé tous les personnages bibliques, tous, jusqu'à Adam et Eve qui sont devenus
"musulmans" puisque le terme arabe signifie soumis à dieu et donc par ce tour de passe-passe, tous sont musulmans ! Personne ne parle de fils adultère pour Ismaël qui est le fils d'Agar, la
servante de Sarah, Sarah étant stérile a elle-même proposé ce pacte pour avoir un enfant, la suite n'a pas été ce qu'elle avait prévu ! Je comprends très bien ce que vous exprimez mais ça me
semble bien utopique !



Patrick 01/10/2014 00:13


Bonjour,


Superbe discours qui devrait figurer en une de tous les journaux, devrait être afficher dans toutes les salles de rédaction, afin que le mot journalisme ait encore un sens.


Discours qui devrait être repris et répété par tous les juifs et amis d'Israël, inlassablement, et en espérant un jour être entendus.


Discours qui montre aussi que "la droite" israélienne est capable (comme elle l'a maintes fois fait: Begin, Sharon...) d'entendre les revendications adverses et d'envisager des compromis.


Merci.

yan 30/09/2014 20:08


Shalom Danilette et merci pour cette traduction écrite.


Faut il continuer à vouloir comme souhaiter la paix quand des voisins nourrissent des rêves de conquêtte et de domination??? Nietzche a écris que l'important n'est pas ce qui est
vrai mais ce qui aide à vivre, or ces "voisins" ne rêvent que de mort, ils sont les suppots de Satan, l'enfer n'est il pas la suppression de la raison??? Ils sont persuadés de
détenir une vérité qu'il faut imposder au reste du monde "par tous les moyens" y compris un ou plusieurs "génocides" qui doivent aujourd'hui
êtres pris au sérieux, le nucléaire n'étant pas un "jeu". Nôtre humanité doit elle attendre qu'une lueur aussi aveuglante que nôtre soleil mais bien plus destrutrice que celui-ci
brille dans le ciel pour réagir??? Qu'elle sache dès à présent par ces lignes qu'il sera trop tard quand l'irréparrable sera commis.


Les islamos fascistes ne dissimulent pas leurs intentions, tout comme autrefois le régime nazi ne dissimulait pas les siennes, ce dernier auait pû être mis hors d'état de nuire bien avant de
faire 58 millions de morts dont 6 millions des nôtres d'une manière industrielle, l'histoire est un éternel recommencement, c'est à la "civilisation" de faire en sorte qu'elle ne se répète pas,
nous en avons les moyens, il nous manque la volonté.


Ham Israël Hay.


Yan.