Discours d'Hillel Neuer, directeur de UN Watch sur la Syrie

Publié le par danilette

 

Témoignage avant la session d'urgence du Conseil des droits de l'homme,
Genève, 1er Mars 2012, délivré par le directeur exécutif de UN Watch, Hillel Neuer.

Je vous remercie, Madame la Présidente.

Les nations qui sont réunies ici, y compris la Syrie, se sont solennellement engagées à respecter la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Pourtant, quand un gouvernement massacre des milliers de ses propres citoyens innocents, hommes, femmes et enfants, il viole le droit le plus fondamental de cette déclaration: le droit à la vie.

Quand un gouvernement tire à coup d'artillerie lourde sur ses propres villes,  jour après jour, il commet des actes inhumains qui choquent notre conscience collective.

Quand un gouvernement annonce qu'il a tenu un référendum pour l'adoption d'une nouvelle constitution et que le même jour, il bombarde des quartiers entiers, tuant 138 personnes, il joint le cynisme à sa cruauté.

Nous demandons : est-ce la Syrie croit que l'ONU restera silencieuse alors qu'elle commet des assassinats de masse sous les yeux du monde entier ?

Si c'est le cas, c'est peut-être parce que, pendant trop longtemps, ce conseil a détourné les yeux des violations flagrantes des droits de l'homme par la Syrie.

C'est peut-être parce que ce conseil des droits de l'homme, pendant trop longtemps, a détourné les yeux de régimes tels que la Libye de Kadhafi, dont le représentant a été élu à la présidence de ce même conseil.

Malheureusement, ce conseil a permis à la Syrie de jouer le rôle de champion des droits de l'homme.

Pendant trop longtemps, ce conseil a adopté les résolutions parrainées par la Syrie contre un Etat voisin [Israël], une démocratie libérale qui lui protège ses citoyens et ne les attaque pas.

Nous venons d'entendre plusieurs membres de ce Conseil défendre et justifier les actions du régime syrien. Ce faisant, ils violent leur engagement à promouvoir les droits de l'homme, et mettent en cause leur qualité de membres de ce conseil.

Madame la Présidente,

Le Conseil des droits de l'homme a eu tort pendant si longtemps. Cette erreur a engendré la souffrance de millions de personnes. Au nom des victimes syriennes, il est temps de réparer cette injustice.

Comme indiqué dans le préambule de la Déclaration universelle des droits de l'homme, un gouvernement qui fait preuve de mépris pour les droits de l'homme et pratique la tyrannie et l'oppression perd son droit à gouverner.

Aujourd'hui, il est temps pour ce conseil d'envoyer un message clair : un gouvernement qui assassine ses citoyens doit s'en aller.

Je vous remercie, Madame la Présidente.

Adaptation rapide de Danilette

mise à jour 4 mars 00:15  



Publié dans Onu - Ong, Syrie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article