Education à la haine, obstacle à la paix, Josiane Sberro

Publié le par danilette

LIRE L'ARTICLE EN ENTIER SUR LE SITE PRIMO-INFO
Le principe de base d'un régime totalitaire communiste est : « contribuer à l’éducation du peuple en tant qu’exécutant de l’idéologie au pouvoir ».

Cette définition convient parfaitement au système éducatif d’un autre régime totalitaire : le régime totalitaire islamiste des différentes tendances de l’Autorité Palestinienne ces dernières années.

L’Autorité Palestinienne fait autorité en matière d’éducation

Depuis les accords d’Oslo, l’Autorité Palestinienne est souveraine pour tout ce qui concerne les programmes d’enseignement et l’édition des manuels scolaires.

Les dirigeants palestiniens se sont efforcés de maintenir leur population enfantine dans un isolement général et en particulier une totale ignorance de la société israélienne. Elles ont intimement mêlé le politique au religieux.

Dans les livres scolaires palestiniens, l’Israélien n’est jamais défini ou appelé autrement que « le Juif », ce qui lui dénigre toute légitimité nationale sur la terre d’Israël. 

Cette désignation coupable laisse le champ libre à toutes sortes de fantasmes ou d’élucubrations mystico-religieuses et fait du conflit national israélo-palestinien une guerre de religion israélo-arabe.

Ce que les enfants palestiniens apprennent dans leurs manuels scolaires est un constant appel à la haine, au rejet d’Israël et du Juif en tant que tel.

Combien font un Juif mort plus un Juif mort ?

Comment entrevoir un jour une vie pacifiée et des relations harmonieuses avec ces futurs adultes dont on a lavé le cerveau ? 

Quand le juif n’est qu’un traître cupide, un voleur de terre qu’il faut jeter à la mer, quand les problèmes de calcul dans les classes de CP prennent comme unité de compte « Un juif tué plus un juif tué ».

Dès leur plus jeune âge, les enfants palestiniens voient leurs modes de pensée, leurs représentations élémentaires nourries d’un antisémitisme violent, qui laisse dans leurs mémoires des traces indélébiles.

Radio, télévision, dessins animés et programme enfantins : loisirs ou éducation, tout concourt à faire de ces futurs citoyens des êtres emplis d’une haine sans limite ni retour possibles.

Les Protocoles des Sages de Sion, le fameux faux tsariste, est un best seller traduit et vendu dans tous les pays arabes en édition jeunesse. 

Mickey est devenu un Farfour odieusement antisémite, des feuilletons télévisés mettent en scène des Israéliens (des Juifs) avides du sang d’enfants tantôt pour la confection de leurs galettes de Pâques tantôt pour leurs gâteaux de Pourim… 

Les enfants sont perméables à tout enseignement et ils n’ont d’autre réalité que celle qui leur est imposée par un monde adulte coupable, dans la cas présent, de détournement de mineurs.

Dans un programme pour enfants de la télévision palestinienne, une fillette de 3 ans, petit foulard et belles joues roses, explique posément que lesjuifs sont des porcs, qu’ils iront en enfer et qu’Allah ne les aime pas. Elle n’a certainement pas inventé ces opinions définitives.

Dans une école maternelle, des bébés habillés en kamikazes miment des attentats suicide chez les Juifs.

Interview de fillettes de 10 ans dans leur classe : d’adorables frimousses se font concurrence pour savoir laquelle poussera son djihad le plus loin en se faisant exploser parmi des « juifs ». 

Consternant message qui devrait interpeller nos bienfaiteurs de la cause palestinienne à travers le monde ! 

A défaut de sauver le monde, sauvons au moins l’imaginaire des enfants. 

Mais des théoriciens au discours idéologisé osent expliquer que ces pauvres enfants, victimes du bourreau sioniste, se reconstruisent ainsi une identité victorieuse pour échapper à leur triste condition d’enfermement.

L’enfermement pourtant, les enfants juifs d’il y a 70 ans l’ont connu bien plus cruellement, mais le peuple juif s’est évertué à leur reconstruire une âme sans haine ni violence. 

LIRE LA SUITE SUR LE SITE PRIMO-INFO

 




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article