Contre des mafiosi, que faire ? article traduit de Debkafile

Publié le par danilette

Iran may get Russian S-300 interceptors after all - via Venezuela 
DEBKAfile Special Report October 16, 2010, 5:24 PM (GMT+02:00)

http://www.debka.com/article/9088/

 

 

Finalement, l'Iran obtiendra vraisemblablement les missiles de défense aérienne russes S-300 par l'intermédiaire du Venezuela. En effet la Russie semble prête à vendre au Venezuela ceux qu'elle n'a pas pu vendre à l'Iran à cause des pressions internationales. Les sources militaires de Debkafile rapportent qu'Hugo Chavez a proposé de les acheter à Dimitri Medvedev lors de leur rencontre à Moscou, le 14 octobre. Israël a immédiatement fait appel aux Etats-Unis pour essayer de bloquer la transaction. Il est clair que ces missiles très sophistiqués sont destinés à leur client originel, l'Iran par l'entremise de son grand ami, Chavez. Cette fois, la transaction sera bien plus difficile à bloquer.

Nos sources soulignent que l'Iran a besoin de ces S-300 comme la clé d'une protection efficace pour ses sites nucléaires et stratégiques contre des attaques aériennes ou balistiques (même des missiles de croisière) et pour accroître le nombre des pertes ennemies.

Cela dit, l'aviation israélienne a passé les deux dernières années en formation intensive de tactiques de lutte contre les intercepteurs russe. En Septembre, Israël et la Grèce ont procédé à des exercices commmuns de frappes contre les missiles S-300 qu'Athènes a acheté à Moscou.

Chavez a commencé sa visite à Moscou en exprimant son souhait d'acheter différents types de systèmes de défense de fabrication russe  afin de créer un réseau multicouches de défense aérienne.

Le lendemain de cette offre, la Russie a testé prudemment Washington pour savoir comment l'administration Obama réagirait à la perspective d'intercepteurs de missiles balistiques déployés non seulement en Iran mais aussi en Amérique Latine, l'arrière-poste des Etats-Unis. 

Igor Korotchenko qui dirige un think tank moscovite sur le commerce international des armes, a révélé: "La Russie est à la recherche d'un acheteur pour cinq bataillons de systèmes de défense S-300 PMU-1 commandé par l'Iran et le Venezuela pourrait devenir un tel acheteur."
Il en sait assez sur l'accord pour divulguer que Caracas est prêt à payer le prix demandé de 800 millions de dollars en numéraire pour accélérer l'opération même si elle a demandé à Moscou plusieurs prêts pour couvrir les précédentes transactions d'armes, y compris l'achat récent pour 2,2 milliards de dollars de 92 tanks T-72 et de systèmes lance-roquettes multiples Smerch.

Nos sources ajoutent que c'est bien l'Iran et non le Venezuela qui est pressé de se procurer ces missiles et de les installer autour de ses sites les plus vulnérables. Il ne devrait y avoir aucun retard une fois que ces armes atteignent Téhéran parce que des unités spéciales des Gardiens de la Révolution ont achevé une formation sur le fonctionnement de ces armes, en Russie. 
Nos sources notent qu'il ne s'est pas écoulé un mois depuis le 22 septembre lorsque Medvedev a annoncé publiquement que la vente des sytèmes de missiles S-300 à l'Iran avait été annulé - sous les acclamations des média américains et israéliens. Moscou n'a pas perdu de temps à trouver, en toute impunité, un stratagème pour contourner les sanctions de l'ONU interdisant les ventes d'armes à l'Iran . Même l'offre russe de rendre à l'Iran les 166,8 millions de dollars avancés pour le marché peut être couverte par Caracas en tant que client intermédiaire.

Adapté de l’anglais par http://danilette.over-blog.com
© Pour toute diffusion, merci de n'en publier qu'un extrait avec un lien renvoyant à l'article complet

 

Publié dans Arabes palestiniens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article