Sur l'esclavage en Mauritanie, Pilar Rahola

Publié le par danilette

Il faudrait demander à Stéphane Hessel, pourquoi ce grave sujet d'indignation n'est-il pas cité dans son "best-seller" indigne ?

 

esclavatge.bmp 

 Sur le blog de Pilar Rahola

Sur le journal La Vanguardia

Voici comment une république islamique amie (de l’Espagne), qui lutte en théorie contre le phénomène des forces djihadistes opérant dans la région, permet à ses castes blanches de continuer l'esclavage des Africains noirs, comme ils l'ont fait pendant des siècles.

Quand, il y a quelques années, j'ai écrit un livre sur les droits des enfants, intitulé "Histoire d'Ada", dont les droits d'auteur ont été versés à l'organisation Oxfam, j'ai été confrontée brutalement à l'esclavage. Bien que nous vivions à une époque de réalisation de grands rêves technologiques, l'esclavage de toujours, celui de l'achat et de la séquestration d'êtres humains pour usage privé, est resté inchangé dans certains pays. Si bien que l'organisation la plus prestigieuse qui lutte contre ce fléau, Anti-Slavery International, né au moment de l'ancien esclavage quand les navires transportaient leur chargement de chair humaine, continue de lutter...

Afficher l'image en taille réelle Les dernières nouvelles ne peuvent pas être plus pessimistes. L'un des grands combattants abolitionnistes, le Mauritanien Biram Dah Ould Abeid, est jugé avec cinq autres militants actifs dans l'organisation qu'il préside, l'Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste en Mauritanie.

Le procureur a requis une peine de trois ans de prison et une amende d’un million d'uguillas (2700 euros dans un pays où 25% de la population vit avec moins d'un euro par jour), avec l’accusation d’avoir soi-disant agressé un agent de police au cours. Au moment de l'arrestation, ils luttaient contre l'esclavage de deux fillettes de l'ethnie Haratin, qui souffre depuis des siècles de l'esclavage. En fait, l'esclavage en Mauritanie est héréditaire (100% des esclaves actuels descendent d'esclaves), même si l'esclavage est interdit depuis 2007, les militants évalue le nombre d’esclaves à 20% de la population. L'avocate Fatimata Mbaye, icone des Droits de l'homme, présidente de l'Association mauritanienne des Droits de l'homme et emprisonnée trois fois, parle de pratique systématique. Et voici comment cette république islamique amie de l'Espagne, luttant théoriquement contre le phénomène djihadiste qui sévit dans cette région, permet à ses castes blanches de continuer l'esclavage des Africains noirs, comme ils l'ont fait pendant des siècles. A cet égard, le message public du procès contre Biram ne peut pas être plus clair : le gouvernement a plus intérêt à poursuivre les anti-esclavagistes que lutter contre les esclavagistes.

Mais la Mauritanie n'est pas un cas unique et Anty-Slavery est clair : il y a des millions d'esclaves dans le monde. Le Soudan remporte la palme avec les Emirats arabes unis, le Pakistan, Haïti et la Mauritanie elle-même. Sans parler du travail non rémunéré dont la pratique s'étend à de nombreux autres pays.

Le procès contre Biram est par conséquent une tragédie authentique. Je tiens à exprimer ma grande deception. Qui s'en soucie parmi nous ? La Mauritanie est si loin de notre univers mental que personne ne se sent concerné. Pourtant ces réalités sont celles qui devraient nous faire réagir, si vraiment nous étions des citoyens de ce monde et pas seulement des résidents de notre univers mental étroit. Quoi qu'il en soit, je finirai avec le slogan de Anti-Slavery International : "Nous luttons aujourd'hui pour la liberté de demain". Pilar Rahola

Adapté de l'espagnol par Danilette


lire aussi :

http://www.romandie.com/infos/news2/110105190640.aeq1t8xf.asp


 

 

 

 

Publié dans Afrique - Maghreb...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

getchoo 28/02/2011 23:26



L'indignation est partout. Hessel a-t-il pêché à ne pas en faire la liste exhaustive? C'est un procès absolument pitoyable.


Le propos d'Hessel est évidemment de combattre l'injustice, de s'indigner partout où il y a lieu:


- là où la religion prend le pas sur la raison,


- là où l'argent rend la justice inégale,


- là où la violence est gratuite, ou démesurée,


- et bien sûr là où l'humain est nié dans son être, marchandé comme un baril de pétrole.


- et pour toutes les autres raisons que j'ai oubliées, similaires ou qui sont dans le même esprit, mais si je le dis pas, je vois d'ici qu'on va me le reprocher...


Le plus dur, dans la bataille qui s'annonce, va être de comprendre qu'on est 95% à être dans le même camp, et que les 5% restants passent le plus clair de leur temps à nous le faire oublier.



danilette 01/03/2011 02:00



Mais quel est le rapport avec cet article, je ne comprends pas comme je ne comprends pas non plus votre plaidoyer d'Hessel. Alors que la révolution s'empare de tous les pays arabes et qu'on
"découvre" que le monde arabe est rempli de dictateurs, il ne me semble pas que votre idole s'en soit indigné jusqu'à aujourd'hui, lui qui n'hésitait pas à rencontrer le Hamas ! S'indigner ne
sert à rien, il faut agir ! Qui s'est opposé à l'admission de la Libye au Conseil des Droits de l'homme de l'ONU ? Qui s'en est indigné ? Le monde est à 95% rempli d'hypocrites du genre de celui
que vous admirez...