Et le blasphème contre la religion juive ?

Publié le par danilette

Défendre Israël et les Juifs, expliquer la religion juive s'apparente à un combat de boxe éternellement recommencé tous les jours, il faut se défendre, argumenter, démonter des calomnies, mais le pire c'est combattre les sophismes et leurs idées pernicieuses, les raisonnements complètement tordus :

Récemment de nombreux media ont repris la déclaration de Mahmoud Gozlan, porte-parole des Frères musulmans égyptiens qui a déclaré :

"Quiconque doute de l’Holocauste est emprisonné, mais si quelqu’un insulte le prophète, ses compagnons ou l’islam, le maximum que fasse (la France) est de présenter ses excuses en deux mots. Ce n’est ni juste ni logique" 

De nombreux sites français ont repris cette déclaration mensongère et manipulatrice en l'aggravant, par exemple :

"Il est étrange d’adopter des attitudes différentes sur le blasphème selon que sa victime est catholique, musulmane ou juive. Le blasphème anticatholique (Piss Christ, Golgota Picnic) est soutenu par les autorités, protégé par la police et subventionné !
Le blasphème antimusulman est toléré mais condamné moralement.
Le blasphème antijuif est vigoureusement condamné et fait l’objet de poursuites policières et judiciaires, au titre de la loi Gayssot (la « Shoah ») ou de la loi Pleven (l’antisémitisme). Ce « trois poids, trois mesures » ne facilite pas la bonne entente des uns et des autres et sert à nourrir la revendication musulmane." 


Or qu'est-ce qu'un blasphème ?

D'après le dictionnaire Larousse : "Un blasphème est un discours jugé irrévérencieux à l'égard de ce qui est vénéré par les religions"

Comme le rappelle l’Encyclopédie catholique : "Le blasphème ne concerne que le domaine de la religion"
Nier l'extermination de plus de 6 millions de Juifs n'est pas un blasphème c'est la négation de faits historiques avérés, incontestables et la loi Gayssot lien wikipedia ne concerne pas seulement le déni de la Shoa, ni les seuls Juifs mais la négation des "crimes contre l'humanité" selon leur définition légale. Elle est d'ailleurs controversée et de nombreux Juifs s'y sont opposés, contrairement à ce qu'on peut lire.
En plus de la loi Gayssot, n'oublions pas les trois autres lois mémorielles qui ne concernent pas les Juifs mais l'esclavage et la traite négrière, les Arméniens, les habitants de l'outre-mer, les anciens colonisés, les rapatriés et les Harkis ! lien Historia 

Blasphèmes contre la religion juive

 
Pourtant des blasphèmes contre la religion juive ont lieu tous les jours dans les pays musulmans et fréquemment dans les pays occidentaux, sans être ni punis, ni que cela engendre des protestations, des représailles, de la violence, des condamnations ni même l'attention des media.

  • Le blasphème contre la religion juive, c'est quand on fait croire que les Juifs aime le sang des petits enfants alors que le sang est un des grands "tabou" de la religion juive (linklinklink)   

     
  • Le blasphème contre la religion juive, c'est quand on calomnie le Talmud ou la Torah avec de prétendues prescriptions ou citations qui n'existent que dans l'imagination de ceux qui les profèrent.


  • C'est quand on parle du Dieu de vengeance de la Torah comparé au Dieu d'amour des évangiles alors que le copyright éternel de "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" appartient à la Torah(modia.org)


  • Le blaphème contre la religion juive, c'est quand on parle de la loi du talion comme d'une loi juive alors qu'il n'en est rien au contraire :

Œil pour œil, dent pour dent”, depuis plus de 2000 ans, ce verset, appelé aussi "loi du talion", a nourri le mythe du Juif sanguinaire et vengeur, ainsi que du droit hébraïque autorisant les représailles violentes.

Au contraire, le droit hébraïque a toujours récusé la vengeance et encouragé la réconciliation après un dommage civil : ”Ne te venge pas et ne garde pas rancune. […] Aime ton prochain comme toi-même” (Lévitique XIX, 18).

La ”loi du talion”, qui légalise la rétorsion, est en fait une création du droit romain (la loi des XII Tables), qui n’a rien à voir avec le code juridique juif. Le verset biblique litigieux indique, dans l’hébreu d’origine, ”tu donneras vie tahat (à la place de) vie, œil tahat œil, dent tahat dent….”. Il n’est point question de vengeance, ni de violence légalisée, mais bien de volonté de réparation. Mais la tradition païenne, puis chrétienne, en voulant opposer l’image du ”dieu vengeur de l’Ancien Testament”, au message d’amour de Jésus (voir Matthieu V, 38), a défiguré le texte hébraïque, puis perverti son interprétation pour créer le stéréotype du Juif impitoyable et assoiffé d’une vengeance archaïque et obsessionnelle.
www.droitshumains.org,  
www.cicad.ch

  • Le blasphème contre la religion juive, c'est quand on dit que le pardon n'existe pas dans la religion juive alors que la fête la plus solennelle est Kippour, le jour redoutable de l'expiation, quand avant de demander pardon à Dieu, il faut s'assurer d'avoir reçu le pardon de son prochain et d'avoir réparé son tort. La réparation, Tikoun, est un des concepts les plus importants du judaïsme.
 
  • Le blasphème c'est quand des caricatures sont publiées tous les jours dans la presse des pays arabes et musulmans et comme l'a écrit un membre de l'ambassade d'Egypte lien :
"Elles blessent comme des rasoirs et font mal jusqu’au plus profond de l’âme"
 
 
Jew devouringa Palestinian child, by Palestinian cartoonist Omaya Joha in the newspaper Al-Raya, Qatar | Arab hate cartoons in Nazi style
 
 
Et ça ce n'est pas du blasphème ?


 

Toutes vos suggestions pour compléter cet article sont les bienvenues... Danilette

Commenter cet article