Facebook et le combat politique et social dans les pays arabes, MEMRI

Publié le par danilette

 

http://www2.memri.org/bin/french/latestnews.cgi?ID=SD356011
Facebook et le combat politique et social dans les pays arabes

Dans sa chronique du quotidien londonien Al-Sharq Al-Awsat, Sawsan Al-Abtah évoque le rôle d'Internet dans les manifestations d'Egypte et de Tunisie, qui ont été organisées sur Facebook. Elle souligne en outre qu'alors que les précédentes manifestations en Egypte s'étaient focalisées sur Israël, les manifestants d'aujourd'hui se battent pour la liberté, la justice sociale et la démocratie.

Comparant ces manifestations à la Révolution du Cèdre de 2005 au Liban, qui a éclaté suite à l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, Sawsan Al-Abtah espère que la jeunesse arabe est mieux préparée que la jeunesse libanaise, qui a finalement privilégié les considérations communautaires sur les considérations nationales. Extraits [1]:

"Nous nous trouvons à un tournant historique"

"Nous nous trouvons à un tournant historique. Pour la première fois, les Arabes sont en colère et se lèvent pour réclamer démocratie et justice sociale. Les manifestants en Tunisie et au Caire n'ont pas brûlé de drapeaux israéliens et n'ont pas scandé de slogans sur l' "arabité". Ils ont refusé qu'on leur raconte que c'est une révolution contre la pauvreté ou pour le pain. Ils ont persisté à dire que c'est un cri pour la liberté et l'honneur.

Voilà un langage régénérateur qui vient du cœur, qui rend les dinosaures, arrogants opportunistes [du passé], honteux face à leurs propres slogans (…) 'C'est comme si nous étions issus d'une autre époque', a déclaré un vieux gauchiste. 'Nous devons nous renouveler afin d'attirer les jeunes' (…)"

"23 millions d'Egyptiens sur Internet"

"23 millions d'Egyptiens se servent d'Internet, soit un quart de la population égyptienne et plusieurs fois [le nombre des personnes] descendues dans la rue. Le blocage général des médias, premier de l'histoire d'Internet, n'a pas empêché la révolution, ne faisant que l'interrompre, prolongeant la vie du régime de quelques heures.

Les blogs et les pages Facebook témoignent du fait que la révolution égyptienne était prête virtuellement bien avant de devenir réalité (…) Un monde différent a émergé dans l'espace cybernétique, parallèle [au monde réel], que le régime croyait tenir par la gorge… Les jeunes avaient tout prévu avant les manifestations: ils avaient conçu des cartes, distribué des instructions, évoqué ensemble les [différents] scénarios [possibles]. Ils savaient ce qu'ils voulaient. Le deuxième jour des manifestations, alors que le débat entre politiciens et commentateurs se focalisait sur les réformes réclamées par les manifestants, le blogueur Nawara Negm a affirmé fermement: 'Il est clair qu'ils ne nous comprennent pas. Notre but n'est pas de harceler le régime (…) Nous continuerons jusqu'à ce que nous entendions les mots: 'Nous vous comprenons.' C'est notre ultime demande, et nous ne baisserons pas notre niveau d'exigence.' Ce leader des rebelles de Facebook faisait allusion aux derniers mots du président tunisien destitué Zine El Abidine Ben Ali [aux manifestants en Tunisie], il y a quelques semaines."

Le fondateur de Facebook "n'a sans doute jamais imaginé quel impact Facebook aurait dans les sociétés démunies de libertés"

"Voilà à peine quelques jours, les mots de Nawara semblaient surnaturels, démunis de tout contexte, mais je constate que [les conséquences de] la planification par Internet dépassent même l'imagination de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Il voulait que son site devienne un monde virtuel imitant la réalité (…) mais au Paradis américain, il n'a probablement jamais imaginé l'impact qu'il aurait sur les sociétés démunies de libertés, où les élections sont truquées.

Quelles que soient les ramifications des protestations actuelles, les personnes qui en récolteront les fruits et leur manière de faire, les règles du jeu politique dans le monde arabe ont [d'ores et déjà] changé. Le génie est sorti de la bouteille des appareils électroniques - un paisible génie qui ne tend ses gros muscles que pour appuyer résolument sur les touches et pousser des cris gutturaux. C'est un génie persévérant, qui avance vers sa cible telle une flèche.

Il convient de noter que la Révolution du Cèdre de 2005 au Liban ne différait pas des révolutions tunisienne et égyptienne, toutes ayant en commun la même jeunesse d'esprit, le même style entraînant et les mêmes exigences de liberté et de démocratie (…) Mais la Révolution du Cèdre a été cueillie des mains des jeunes parce que ces derniers se sont égarés: ils se sont rassemblés autour du guide et non autour d'un principe, privilégiant le communautarisme à la patrie.

Ainsi, si l'on peut dire que le Liban est tombé [des pages] de l'histoire, les Arabes ont décidé d'entrer [dans l'histoire], en espérant que les rêves de la jeunesse égyptienne et tunisienne sont plus mûrs que la conscience des fils de la Révolution du Cèdre, qui fut vicieusement tuée dans l'œuf (…)"


[1]Al-Sharq Al-Awsat (Londres), 3 février 2011.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article