UPDATE : Femme palestinienne tuée à Bil'in, la piste du crime d'honneur !

Publié le par danilette

Source : http://elderofziyon.blogspot.com/2011/01/whats-pa-trying-to-hide-in-protester.html

-- Il y a d'abord eu le fait divers tragique et scandaleux d'une famille palestinienne qui désirait se débarrasser d'un enfant handicapé et a essayé de le faire tuer par les israéliens sans, heureusement y réussir, voir Une famille palestinienne a tenté de faire assassiner un enfant par l’armée israélienne et aussi l'article en italien

-- Avant cela des parents irresponsables et des photographes qui espèrent un scoop en poussant des enfants à se faire renverser par des automobilistes juifs, voir Encore une mise en scène palestinienne machiavélique 

-- Il existe une rumeur disant que Jawaher Abu Rahma, la pauvre femme palestinienne supposée tuée à Bil'in dans une manifestation de protestation contre la barrière de sécurité, aurait été victime d'un crime d'honneur, elle aurait été tuée par sa famille parce qu'elle était enceinte.  A moins qu'elle soit morte suite à une maladie, elle pourrait aussi avoir été soignée pour une leucémie. C'est vraisemblablement la raison pour laquelle l'Autorité Palestinienne à qui rien n'échappe, n'a pas voulu d'enquête conjointe israélo-palestinienne ! 

An intriguing rumor, so far with no evidence, from My Right Word quoting an unnamed source:
Very unconfirmed reports that Jawaher Abu Rahma of Bil'in was actually killed in an honor killing because she was pregnant (stabbed in the back)

No confirmation details yet. But there may be more to this story than the already contradictory Palestinian reports that can't decide where she died (at home or in the hospital).

UPDATE : une autre version de l'histoire donnée par le cousin d'Abu Rahma posté sur Facebook :

La mort de Jawaher Abu Rahma a été signalée dans l'après-mici du 1er janvier, le premier jour de la nouvelle année. La cause principale du décès est la suffocation par le gaz des grenades lacrymogènes mélangé avec du phosphore bien sûr, tirées par les Forces de défense israéliennes sur les manifestants à la manifestation pacifique hebdomadaire, selon le médecin qui lui a porté assistance.

Jawaher n'était pas présente lors de la manifestation. Elle était dans sa maison, à environ 500 mètres de l'endroit où étaient tirées les grenades lacrymogènes, quand elle a subi les effets du gaz porté par le vent jusqu'au village. Les produits chimiques ont empoisonné ses poumons, ce qui a provoqué la suffocation et l'arrêt cardiaque, entraînant sa mort après qu'elle ait lutté pour la vie à l'hôpital de Ramallah.

Elle n'était pas à la manifestation, les gaz lacrymogènes mélangés bien sûr à du phosphore ont réussi à la tuer à une distance de 500 mètres alors que sa maison aurait du la protéger ! Je sais de quoi je parle, j'ai été prise dans un très important nuage de gaz lacrymogène il y a bien longtemps... je suis toujours là ! Il est aussi très curieux qu'elle soit la seule victime.
Il faut qu'on sache la vérité !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alef 04/01/2011 22:58



De rien, Danilette



Alef 04/01/2011 16:29



D'après un article publié sur AmbIsraël, le blog de l'ambassade d'Israël en France, le 4  janvier, donc aujourd'hui même :


Le Porte parole de Tsahal : La manifestante de Bil’in est décédée chez elle et non par inhalation de gaz lacrymogène.

L’enquête préliminaire sur l’incident à Bil’in qui a tué selon les sources palestiniennes J. Chaar Abu Rahma, qui manifestait contre la barrière de séparation, n’était, selon les sources de
Tsahal , pas présente lors de la manifestation .

Les premières conclusions montrent qu’elle serait morte chez elle, très probablement d’un  cancer, selon  les données médicales et les contradictions de l’information provenant de
l’hôpital de Ramallah.

Les premiers résultats de l’enquête sur l’incident à Bil’in aurait montré, selon des sources palestiniennes,  queJ. Chaar Abu Rahma  y aurait été tuée: Tsahal, qui est en train de
terminer son enquête,  a constaté qu’Abu Rahma est apparemment décédée chez elle et, plus encore,  n’aurait pas pris part à la manifestation en question près de la clôture de
sécurité..

Les documents qui  proviennent de l’hôpital de Ramallah, où Abou Rahma a été hospitalisée après le soi-disant incident , et d’après des sources supplémentaires de Tsahal, il n’aurait 
pas été  procédé à une autopsie du corps d’Abou Rahma, et il y aurait des incohérences sur les dates des tests d’hospitalisation effectués à l’hôpital.

Une consommation de drogues inhabituelle

L’enquête  actuelle  indique que son analyse de sang a été effectuée à l’hôpital -, mais c’était une heure avant que l’on signale son arrivée à l’hôpital. Contrairement à ce que disent
les Palestiniens, Abou Rahma avait  également des antécédents médicaux – et était atteinte d’un cancer.

Pour  preuve,  son dossier médical, dans lequel il est fait état de nombreux médicaments, habituellement utilisés pour traiter l’empoisonnement et  la leucémie. Mais,  la
constatation la plus frappante est que Abu Rahma est décédé chez elle – et pas du tout par inhalation de gaz lacrymogène. L’armée israélienne poursuit toujours son enquête sur l’incident.


http://ambisrael.wordpress.com/2011/01/04/la-manifestante-de-bilin-est-decedee-chez-elle-et-non-par-inhalation-de-gaz-lacrymogene/



danilette 04/01/2011 21:03



merci pour ces infos !