Forte opposition au plan de Lieberman

Publié le par danilette

Lieberman plan flawed, Yaron London 

Lieberman a raison de dire qu'il vaut mieux le moins possible de citoyens appartenant à une minorité dans un état-nation. Cette aspiration à la réalité qui a conduit la mise en place de frontières en Europe ne s'applique pas à Israël, car les circonstances ne sont pas les mêmes : des vainqueurs peuvent imposer leur volonté à la partie vaincue mais cela est beaucoup plus difficile à atteindre par des négociations libres.

Rendons justice à Lieberman : il ne propose pas l'expulsion de personnes de leurs maisons et de leurs terres. Le terme "transfert" utilisé par ses détracteurs n'a absolument rien à voir avec son initiative. Il propose de tracer la frontière de façon à ce que beaucoup d'Arabes israéliens se retrouvent dans l'Etat palestinien.

Les portes-paroles arabes sont outrés par cette idée, pourtant ils ont beaucoup de difficultés à expliquer ce qui les dérange. Ils ne veulent pas renoncer à leur statut d'Israéliens [ndt très favorable] mais en même temps clament que cette identité leur a été imposée. Que doit-on comprendre de ces arguments irrecevables ?

Ce qui est vraiment important c'est qu'1,3 million de citoyens israéliens qui constituent environ 1/5 de la population du pays sont fortement opposés à la proposition de Lieberman et que cette proposition ne peut se faire sans leur accord. adapté de l'anglais par danilette

Lire l'article en anglais LIEN 

Publié dans Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article