Fox News, Israël combat l'incendie avec l'aide étrangère

Publié le par danilette

http://www.foxnews.com/world/2010/12/03/foreign-help-arrives-help-israel-fight/

Dec. 3: Firefighters try to extinguish the flames in Tirat Hacarmel, northern Israel.

Haïfa, Israël. Les avions venus d'Europe ont déversé des tonnes d'eau sur les flammes qui font rage, embrasant les grands arbres du nord d'Israël. Les pompiers ont lutté pour la deuxième journée consécutive, vendredi, pour essayer de maîtriser l'incendie de forêt le plus grave de l'histoire du pays qui a tué 42 personnes et en a déplacé des milliers.

Les autorités ont évoqué la possibilité d'un incendie criminel car plusieurs petits feux qui ont éclaté dans cette région mais ont été rapidement maîtrisés, semblent avoir été délibérément allumés.

Mais la cause de l'incendie principal, attisé par les vents forts soufflants sur l'une des seules forêts naturelles d'Israël, reste floue. Le Ministre de la sécurité publique, Yitzhak Aharonovich a déclaré sur la deuxième chaîne de télévision que s’il est prouvé que l'incendie principal provient de plusieurs sources distinctes, alors il s’agirait d’un incendie criminel.

Mais le chef de la police David Cohen a dit plus tard, lors d'une conférence de presse que l'incendie a éclaté dans un point unique et pourrait avoir été causé par la négligence.

Les deux hommes arrêtés près du village druze ont été relâchés, a dit Cohen.

Des flammes d'une hauteur de 30 m se sont propagées le long d'une colline de pins en direction de la côte méditerranéenne, et l'incendie a atteint la périphérie de la troisième ville d'Israël, Haïfa. Des hélicoptères et des avions ont fait la navette entre la mer et l’incendie en transportant de l’eau. Des avions turcs ont répandu une poudre blanche sur les collines enfumées. Les bananiers ont été entièrement consumés et des cyprès, il ne reste plus que les troncs calcinés.

Une des routes principales du pays a été fermée à la circulation à cause des arbres voisins en feu, de la fumée qui se dirigeait vers le littoral méditerranéen, des cendres qui volaient dans l'air et de grandes flammes rouges qui s'élevaient sur l'emplacement d'un hôtel et d’un spa au sud de la ville.

L'irruption de l'incendie jeudi a submergé les forces de lutte contre le feu et Israël a été obligé de lancer un appel sans précédent pour demander un secours international, alors que c'est un pays plus connu pour envoyer ses propres équipes de secours et son personnel médical dans les zones sinistrées du monde.

Yoram Levy, un porte-parole des services de secours et de lutte contre l'incendie a déclaré que le feu était énorme et que la force des vents empêchait les pompiers d'accéder aux collines et pentes.

Nous n'avons pas de Canadairs à grande contenance d'eau, a déclaré Levy, nos moyens ne suffisent pas pour un incendie de cette envergure.

Cent pompiers sont arrivés aujourd'hui en provenance de Bulgarie ainsi que des avions et des équipages de Grèce, de Grande-Bretagne ont déclaré des responsables israéliens. Une aide supplémentaire est en train d'arriver des États-Unis, de Russie, d'Égypte, de Chypre, de Jordanie, d'Espagne, d'Azerbaïdjan et de Roumanie. La Turquie a mis de côté les tensions existantes dues au raid meurtrier sur la flottille turque à Gaza, pour fournir de l'aide à Israël ; cependant le Premier ministre turc Recep Erdogan a déclaré que cette aide ne signifie pas une normalisation des relations et que son pays exige toujours des excuses pour le raid et une indemnisation pour les victimes.

Pourtant le Premier ministre Benjamin Netanyahou a particulièrement souligné l'aide de la Turquie dans ses remerciements adressés à la communauté internationale.

Nous sommes au milieu d'une catastrophe d'une ampleur internationale a-t-il dit, après une réunion d'urgence du cabinet pour discuter de l'incendie. Nous devons admettre que nos services ne peuvent pas gérer un tel incendie avec des vents d'une telle force, nous n'avons pas les moyens pour cela. Netanyahu s'est ensuite rendu dans le nord pour faire des visites aux blessés dans les hôpitaux et aux forces qui luttent contre l'incendie.

Le Ministre des Affaires Etrangères, Avigdor Liebermann a dit sur les ondes de la radio qu'il espérait que l'incendie serait circonscrit d'ici samedi soir.

Le Ministre de la Défense, Ehoud Barak a ordonné aux militaires de mettre toutes leurs ressources à disposition de la lutte contre l’incendie en coordination avec l'aviation israélienne.

L'armée a envoyé des soldats et du matériel y compris des hélicoptères, des bulldozers, des médecins et des unités de l'armée.

La superficie de la forêt brûlée n'est que d'une vingtaine de km² mais les Israéliens ressentent cet incendie, qui est le pire de l’histoire du pays, comme une perte nationale profonde, il faut dire que seuls 7 % des terres d'Israël sont boisées. Quelque 15 000 personnes ont été évacuées de leurs maisons et le kibboutz Bet Oren, un village collectif au milieu des bois, a subi des dommages importants. Plusieurs communautés et un quartier de Haïfa, une ville de 265 000 habitants ont été évacués ainsi que l'Université de Haïfa qui est située à l'orée de la réserve naturelle du Carmel.

La région est un lieu de prédilection pour le camping, la randonnée et les pique-niques. La réserve naturelle fournit un refuge pour des dizaines d'espèces d'animaux sauvages qui ont été en partie évacués de cet enfer après l'évacuation des habitants, ont rapporté des témoins.

Les efforts d'Israël ont principalement porté sur son armée et sa police et les pompiers font partie d’un secteur négligé, à l’effectif et au budget insuffisant. Levy a déclaré que le pays ne disposait que de 1400 pompiers ce qui est bien en dessous de la moyenne mondiale. Ce secteur se plaint également avoir du matériel ancien et défectueux. Ce sentiment d'impuissance a provoqué l'indignation des Israéliens.

Aluf Benn*, éditorialiste au quotidien Haaretz a déclaré que l’incapacité à maîtriser cet incendie a prouvé que le pays n'était pas prêt pour une attaque massive qui pourrait provenir d'Iran. Il a comparé cet incendie au fiasco de 1973 quand Israël a été pris au dépourvu par une attaque militaire surprise de l'Égypte et de la Syrie.

Le chroniqueur du Maariv, Ben Caspit a noté que dans ce pays qui réalise des opérations militaires complexes, qui est un leader mondial dans la haute technologie et dont la puissante économie est sortie indemne de la crise mondiale, on trouve pourtant des camions de pompiers qui datent du siècle dernier. Ce pays se trouve dépourvu, face aux flammes, comme un enfant déculotté.

Le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld a déclaré qu'il y avait 41 morts, tous à l'intérieur d'un bus transportant des gardiens de prison envoyés en renfort pour essayer de sauver des détenus palestiniens dans une prison de la région. Le bus a pris feu après qu'un arbre soit tombé sur la route en la bloquant, selon la police. La plupart des gardiens ont été brûlés vifs à l'intérieur du véhicule, d'autres ont péri en tentant de fuir les flammes, attisées par la grande sécheresse due au manque de pluie.

Les prisonniers ont tous survécus.

Les experts légistes travaillaient encore sur l'identification de victimes alors que des funérailles avaient lieu les unes après les autres, tout au long de la journée de vendredi. La police a également évacué une université, trois prisons et un hôpital.

Deux policiers et deux pompiers étaient toujours portés disparus vendredi.

Rosenfeld a déclaré que 16 personnes étaient toujours hospitalisées, y compris le Chef de la police de Haïfa, Ahouva Tomer qui se trouve dans un état critique et avait été interviewée à la télévision juste quelques instants avant d'être engloutie par les flammes.

 Adapté par Danilette

*Le journal Ha'Aretz titre "la guerre de Kippour des pompiers"
Comme l'armée israélienne en 1973, les services de secours n'étaient pas préparés à une catastrophe d'une telle magnitude. Hier Israël a eu la preuve que le pays n'est pas prêt à une guerre ou une attaque terroriste qui feraient de nombreuses victimes ...
Il y a 1 an les pompiers avaient fait grève et prévenu que le système de sécurité était défaillant, alors que le standard international requiert 1 pompier pour 1000 habitants, il n'y en a qu'1 pour 10 000 en Israël ! 

 

Publié dans Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article