Ganei Tal était un petit village près de la mer, propre et verdoyant à Gaza

Publié le par danilette

Ganei Tal était un petit village près de la mer, propre et verdoyant dans le Gouch Katif. [à Gaza]
Ce village -avec ses alentours consacrés à l'agriculture- aurait pu être utilisé par les palestiniens à des fins utiles:
Récupérer les serres et les infrastrucures existantes pour y faire pousser de quoi les nourrir.
Mieux encore, les habitants de Ganei Tal avaient  planté des arbres particuliers-des acacias-permettant dans un cadre écologique de transformer le climat aride progressivement par un retour de la pluie possible grâce à l'ombre bienfaisante.
Parvenir à pareille performance a nécessité bien des investissements et du travail.
Qu'en ont fait les habitants de Gaza ?
Une famille de Ganei Tal rencontrée récemment nous a affirmé qu'au vu de photos aériennes prises par les pilotes de l'armée Israélienne, ce fameux village et ses alentours sont retournés à l'état de... Dunes de sable !
Maintenant Il n'y a plus rien d'autre que du sable et de la caillasse à perte de vue .
Pas d'herbe qui verdoie ,rien que le soleil qui poudroie !
Evidemment, vous ne verrez aucun reportage sur la question.
Les journalistes Occidentaux  sont trop occupés à surveiller les tentatives de percées maritimes contre le blocus Israélien :
Ils ne se doutent pas- noyés dans la propagande- que les Palestiniens s'ils l'avaient voulu auraient pu être moins dépendants au niveau alimentaire ...sans que le blocus n'y soit pour quelque chose d'autre que d'empêcher le Hamas de recevoir des armes qui servent à rendre le sol de sa population encore plus aride! 
Faut il encore ajouter une information de taille dont on ne parle pas:
A l'époque du Gouch Katif, beaucoup d'arabes de Gaza travaillaient en Israël dans le bâtiment.
Ceux ci sont tous au chomage et rêvent de pouvoir revenir gagner leur vie dans le pays que leurs politiciens les font hair: Israël.
Nombre d'arabes ,alors contremaîtres ou simplement ouvriers ont conservé des liens avec leurs anciens employeurs Juifs.
Ne soyez pas étonnés d'apprendre que régulièrement ils téléphonent à leurs anciens patrons pour les supplier d'obtenir une possibilité de retourner travailler chez eux. 
Certains par contre, bien conseillés quant à la mansuétude des Lois Israéliennes du Travail  ont saisi les Tribunaux en Israël même contre leurs  employeurs d'antan pour réclamer des indemnités pour vacances impayées et interruptions de travail!

UBU est roi à Gaza!
source parolevolee 

J'ajoute en annexe :

 Quand ils se sont installés les très jeunes membres de la ferme collective de Ganei Tal n’ont pas eu le temps de mettre leurs maisons en ordre, parce que la saison était en retard. Nous ne voulions pas rater l'année agricole. Nous avons travaillé sans relâche pour construire des serres, nous avons semé, planté, arrosé, fécondé, et surtout prié pour le succès de nos efforts. Les vieux agriculteurs expérimentés  et nos parents nous regardaient avec inquiétude, ils nous considéraient comme un peu fous : "Vous voulez faire pousser des légumes dans le sable?"
Nous sommes arrivés dans désert jaune, un beau paysage, une mer d'un bleu profond, et une rangée de palmiers dattiers, la Muwasi, sur le rivage. La terre à côté des maisons était nu, pas d'arbres, ni fleurs, ni oiseaux et pas de pluie. Nos voisins arabes n’osaient pas travailler cette terre: «La terre est maudite", disaient-ils, «seuls des fous peuvent penser cultiver quelque chose dans le sable »
La volonté, la prière et la foi peuvent tout changer. 
Les oiseaux ont commencé à venir, plus de pluie aussi, les fleurs ont fleuri, la ferme arborait pelouses, arbres et autres plantes, le désert petit à petit est devenu un paradis terrestre. 
Au fil des ans nous avons été bénis par des enfants. Chaque année, des familles de nouveaux venaient vivre dans le moshav, des écoles ont été construites dans Ganei Tal et à Gush Katif…

voir le site en anglais : http://english.katif.net/


Publié dans Arabes palestiniens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article