Il faut aider ce jeune homme, à lire d'urgence !

Publié le par danilette

Le jeune homme et la mer

haabir-haisraeli et www.ashdodnet.com

X habite depuis un an et demi sous une tente et dans les parties communes des immeubles de luxe. Ce jeune homme, très beau et agréable, je l'ai rencontré au hasard de mes promenades sur la plage. Depuis un mois et demi il vit seul dans une tente plantée sur la plage - il ne se plaint pas, et ne demande pas d'aide.
Par Eyal Ben-Shimhon

שנה וחצי ללא קורת גג





















X faisait partie du mouvement de protestation de l'été dernier, mais la protestation a été dissoute et les jeunes sont retournes dans le giron familial. X est reste sans toit et sans protestation. Cet ancien combattant de Tsahal vit sa vie au jour le jour comme si il était un touriste qui avait décide de partir en voyage dans un pays lointain avec son sac a dos. De temps en temps il trouve un travail occasionnel et vit avec ce qu'il gagne jusqu'à la prochaine fois. X ne demande pas qu'on lui tende la main - moi si, afin de lui rappeler qu'il n'est pas un anonyme en Israël, que malgré qu'il fasse très chaud... Il fait froid dehors.

 

Lundi, de bon matin, pendant que je me promenais sur la plage, j'ai été surpris de voir cette tente de camping sur une colline de la plage de Tet-Vav a Ashdod, a 100 mètres au nord de la citadelle. Mon instinct m'a fait sortir de mon circuit en bord de mer et m'a fait me diriger vers cette colline de sable. A l'entrée de la tente un jeune homme était assis, arme de ses lunettes de soleil, et buvant un café noir qu'il venait de préparer dans une vieille boite de conserves. La boite de conserves noircie montrait par sa couleur qu'elle servait depuis un moment de casserole pour café turc.

 

"Comment ça va mon frère ? Qu'est ce que tu fais ici ? Tu es touriste ? Un romantique ?", et il m'a répondu : "non, je profite du paysage".

 

Il m'a fallu 2-3 minutes pour comprendre que ce beau jeune homme se trouve la depuis un bon moment et qu'il n'a pas le choix. Il a ete tres difficile de lui tirer des informations, il evitait de s'ouvrir a moi. Petit a petit les craintes se sont dissipees et il a accepte de parler. Il m'a raconte qu'il etait ici depuis un mois et demi, qu'il vit dans cette petite tente de camping plantee en bord de mer.

 

א. לא מבקש עזרה מאף אחד





















"Mais ou tu te douches ?", Je lui ai demande apres quelques minutes, "dans les douches de la Marina" m'a t-il repondu, mais alors pourquoi il a installe sa tente si loin des douches ? Le lendemain il m'a explique qu'auparavant il avait plante sa tente plus proche des batiments de la Marina mais que la police l'avait chasse et lacere sa tente avec un couteau.

 

Nous avons encore echange quelques phrases et nous nous sommes separes. Le lendemain matin je suis sorti de ma maison directement pour le revoir. Je suis alle sur le chemin qui mene du quartier Tet-Vav a la citadelle, et j'ai eu de la chance, il etait en train de ramasser des brindilles pour allumer un feu et preparer son cafe du matin.

 

המנגל שאיתו הוא מכין את הקפה ועוד קפה





















Il m'a propose un cafe et je lui ai propose une cigarette. Je suis arrive a temps car son paquet de cigarettes etait fini ; un cafe noir sans cigarette c'est comme un shawarma sans pita... Et voila, il n'y avait plus de distance entre nous. Nous nous sommes assis sur le sable une heure avant que le soleil ne commence vraiment a cogner, et nous avons discute.

 

Le jeune homme est tres beau et il est agreable de discuter avec lui. La question evidente a ete : "ou est la jeune fille ?" Mais les filles et les tentes de camping ne vont ensemble que pendant les excursions en Amerique du sud... Meme a Tiberiade c'est deja limite pour les 30 ans et plus. "Quand je veux etre avec une fille je lui donne rendez-vous sur la plage. Surtout pas dans la tente, mais sur la plage c'est bien aussi".

 

A ma grande surprise, j'ai rencontre un garcon qui vit sur les routes, dans des tentes, et squatte l'hiver dans les batiments de luxe depuis deja un an et demi. L'ete dernier il s'etait joint au mouvement de protestation sociale et au mouvement des tentes, et alors il ressemblait a ce qu'il y avait de plus israelien. Mais depuis les tentes ont disparu et avec elle l'espoir, les jeunes sont retournes chez leurs parents et l'hiver est arrive.

 

Entre chomage et travail occasionnel, le compte en banque mal en point qui l'empeche de trouver un appartement, il a decide de trouver un nouvel abri, et l'a trouve dans les parties communes des immeubles de luxe. Il en a appris les codes par coeur, et quand il est deja tard et que tous les residents sont deja rentres se rechauffer dans leurs maisons, il se refugie dans les etages superieurs et attend que le matin arrive. Il y a un mois et demi l'ete est revenu, et avec les rayons de soleil il est retourne sous sa tente au bord de la mer.

 

X a fait son Alyah a l'age de 16 ans, il n'a pas passe son BAC, Il a fait son service militaire dans les gardes-frontieres, et depuis la fin de son service il vit de travail occasionnel. Entre temps il s'est paye des cours de technicien informatique, mais il n'a pas trouve de travail dans ce secteur. "J'ai travaille dans le batiment et j'ai gagne pas mal d'argent, mais il est impossible de travailler longtemps dans ce metier. Je travaille des fois dans la securite ou en tant que magasinier, je gagne 4 a 5 000 shekels mais je ne peux pas me payer un appartement avec ca."

 

A ma grande surprise, X ne se plaint pas sur son destin amer et il n'accuse personne de sa situation. Il me presente a chaque fois le verre a moitie plein plutot que celui a moitie vide.

 

Je lui ai demande son numero de telephone et il a pretendu avoir perdu son portable la veille... "Je te laisse des cigarettes ?", je lui demande puisque de toute evidence il n'en a plus... Et il me repond que ce n'est pas necessaire, qu'il va bientot aller en ville, que la-bas il doit rencontrer quelqu'un qui lui doit de l'argent, et je comprends qu'en fait il fait tout pour faire croire qu'il n'a besoin de rien et qu'il n'est pas dans la misere. Il me precise qu'il ne recoit et ne demande pas de prestations sociales, et que son service dans Tsahal l'aide a trouver du travail dans la securite, que tout ira bien...

 

"Fait un saut au bureau demain", je lui propose et il me regarde avec un regard suspect : "pourquoi tu veux m'aider ? Qu'est ce que tu vas y gagner ?", comment lui expliquer qu'il n'y a rien de plus naturel pour moi, et que tout juif devrait se comporter ainsi. "Je suis depuis un an et demi dehors", dit-il en s'excusant, puis il explique "le temps m'a rendu sceptique".

 

Oui X est sceptique, mais il est loin de s'apitoyer sur lui meme. Pour s'encourager il s'imagine etre un touriste parti en voyage a l'etranger, et qu'il vit comme tous les randonneurs. Il ne veut pas que l'on ecrive sur lui et a peur que les gens pensent qu'il est faineant, il craint meme que la police le chasse de nouveau de ce petit monde qu'il s'est construit. Je lui ai repondu que de ce que je sais, il est impossible de le chasser de la plage avec sa tente, la plage appartient a tout le monde et donc a lui aussi.

 

בבדידות מזהרת





















X ne pourra pas louer d'appartement sauf s'il se passe quelque chose d'exceptionnel, comme une proposition originale d'un lecteur. La responsabilite de sa situation lui incombe bien sur, mais pas qu'a lui.

 

Une derniere enquete a montre que 80% des jeunes couples en Israel ne peuvent acheter un appartement sans l'aide de leurs familles, mais l'enquete ne raconte pas ce qu'il se passe quand il n'y a pas de famille, quand il n'y a pas de conjoint pour partager les frais, et quand aucun proprietaire ne loue sans garant et sans cheque signe d'avance,...

 

X ne se plaint pas, avec le temps il a appris a vivre avec sa situation, moi je crois aux miracles et je crois que la roue peut tourner. Je crois que la jeune fille va arriver, et qu'il y aura des ashdodiens qui viendront lui proposer du travail.

 

Si quelqu'un a une proposition pour ce jeune homme il peut contacter le journal "Ashdod net" (http://www.ashdodnet.com), ou laisser un message sur mon blog.

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli

 

Publié dans Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article