Iran : le cauchemar d'Israël, Ugo Volli

Publié le par danilette

Quattro minuti alla Shoà. Oppure...

A quatre minutes de la Shoah. Ou bien...
www.informazionecorretta.it

Ugo Volli enseigne la philosophie et la sémiologie (plus exactement la sémiotique) à l'université de Turin, où il dirige aussi le Centre de recherches sur la communication, il a publié plus de 200 publications scientifiques et une quinzaine de livres. Il collabore à différents journaux et intervient sur différentes chaînes de radios et télévision. Il est directeur de la revue de sémiotique "Lexia"


Chers amis, on parle d’une « attaque » israélienne sur l’Iran. Mais nous devons essayer de comprendre la signification de ce mot et sa justification. Je vous demande de me suivre dans ce parcours difficile pour comprendre un peu mieux la situation. Je vais essayer de vous expliquer ce qu’est le cauchemar d’Israël.

 

Une seule bombe atomique d’une mégatonne (considéré comme une petite bombe 1*) , visant une zone située légèrement à l’ouest de l’aéroport Ben Gourion détruirait presque complètement Tel-Aviv, Petah Tikvah, Rishon Letsion, Herzlya, dans un rayon de 10 km et en plus elle détruirait une bonne partie des habitations et tuerait tous ceux qui se trouvent dehors jusqu’à Rehovot, Modiin Ilit, Herzlya dans un rayon de 20 km. Donc il y aurait probablement un à deux millions de personnes tuées et la moitié du potentiel de production du pays serait détruit. À cause des radiations, toute cette zone resterait inhabitable pendant des décennies ou des siècles. Il suffirait de deux autres bombes touchant Haïfa, Ashdod ou Beersheva pour anéantir la vie économique et sociale d’Israël et tuer la moitié de sa population.

 

Un missile intercontinental met huit minutes pour atteindre Israël depuis l’Iran ;les « musulmans modérés » qui gouvernent à Ankara s’opposent à ce que les systèmes radar d’alerte précoce de l’OTAN installés en Turquie puissent transmettre des informations à Israël, ce qui lui donnerait peut-être quatre minutes supplémentaires. Il n’existe pas actuellement de système fiable pour arrêter ces fusées : les antimissiles ne sont pas une défense efficace pour une attaque de ce genre. Seulement quatre minutes pour se préparer, l’impuissance pour la population, peut-être seulement le temps de faire décoller des bombardiers pour les représailles. Puis la destruction d’Israël qui aurait certainement à affronter en plus les attaques de ses voisins profitant de l’occasion pour essayer d’exterminer jusqu’au dernier sioniste. Il est impossible de prévoir ce qu’il adviendrait mais une chose est sûre, ce serait une nouvelle Shoah [à Dieu ne plaise].

 

L’Europe et l’Amérique aussi ont vécu pendant des décennies sous une telle menace ; mais les proportions du territoire n’était pas les mêmes.

L’Iran a dix fois plus d’habitants et quatre-vingts fois plus de territoire qu’Israël : en cas de représailles d’Israël, elle subirait des dommages considérables mais survivrait. L’Europe et l’Amérique n’était pas entourées d’ennemis assoiffés de sang. l’Union soviétique voulait les soumettre mais non pas « les rayer de la carte géographique ». Il n’existait pas de mouvements fondés sur l’objectif de les détruire, ni de prédicateur qui répétait que le salut universel viendrait du massacre de tous leurs habitants, sans aucune exception.

 

Pourtant Israël aussi, dit-on, possède depuis cinquante temps l’arme atomique ainsi que des missiles, des avions et des sous-marins pour effectuer son transport. Mais Israël ne l’a jamais utilisée, n’a jamais menacé de l’utiliser, même pas en période de guerre, ni même quand Saddam Hussein bombardait Israël (sans savoir s’il allait utiliser ses ogives chimiques). L’armement nucléaire d’Israël est un moyen de dernier recours contre la destruction, une arme dissuasive destinée à empêcher la guerre et non à la faire. Et, effectivement depuis quarante ans les états arabes ont évité les attaques frontales comme celles qu’ils avaient tentées au cours des décennies précédentes.

 

C’est le contraire pour l’Iran qui a l’intention de se servir de ses armes nucléaires. C’est même très clair dans les déclarations de son leader qui continue d’annoncer la prochaine destruction d’Israël. Une fois que la bombe sera construite et stockée, personne ne pourra plus rien faire. Il n’y aura aucun moyen d’empêcher le lancement d’un missile nucléaire sur Israël, ni aucun moyen de le stopper dans sa course. Le seul moment pour le faire, c’est avant. Cela fait vingt ans qu’on parle de ce sujet tandis que le projet nucléaire iranien continue d’avancer. Il y a eu des discussions sans fin, des négociations, un embargo et des sanctions. Cela n’a servi à rien. Désormais, c’est une question de mois.

 

Obama a plusieurs fois déclaré qu’il n’était pas disposé à accepter un Iran nucléaire mais comme vous le savez, c’est un expert en beaux discours et cette qualité lui a permis d’obtenir le prix Nobel [de la paix]. Son chef d’état-major, le « premier soldat d’Amérique » comme on l’appelle, a déclaré vendredi dernier « que lui ne sera pas complice d’une attaque israélienne ». Le mot qu’il a utilisé était bien complice (« complicit » : linklink), qui en anglais est plus connoté à la notion de crime que dans une autre langue. Il est plus prudent de se fier à lui qu’à son président (comme le conseille également le Wall Street Journal) parce qu’en même temps il a réduit drastiquement les manœuvres militaires prévues entre les deux pays.

 

Israël est seul. Il se trouve seulement à moins de huit minutes des missiles de la nouvelle Shoah. Il doit empêcher que cela arrive ou même seulement retarder la préparation de la bombe de plusieurs années, comme il l’a déjà fait avec l’Irak et avec la Syrie, éliminant d’abord la menace imminente qui a ensuite été annulée par les développements historiques qui ont affecté les régimes de la région. Si Israël attaque, et cela ne sera ni facile, ni indolore, essayez de comprendre ce que représentent quatre minutes pour se préparer 2* et plusieurs millions de morts. Ce ne sera pas un acte d’agression mais un acte vital de légitime défense. Un acte préventif parce qu’on ne peut pas attendre que la malignité des missiles nucléaires iraniens se manifeste, il faut l’en empêcher.

Traduit par Danilette

1*le seuil théorique pour une bombe traditionnelle sans hydrogène étant 10 Mt

2*les habitants de Sdérot n’ont que dix secondes pour se protéger des roquettes, mais ce n’est pas l’arme atomique


Autres articles d'Ugo Volli traduits

Publié dans Iran

Commenter cet article