Judaïsme ou psychanalyse : Deux conceptions de l'homme radicalement opposées, Itshak Lurçat

Publié le par danilette

Pour alimenter la reflexion amorcée hier voici un très bon article de 

http://vudejerusalem.20minutes-blogs.fr/archive/2010/07/02/judaisme-ou-psychanalyse-deux-conceptions-de-l-homme-radical.html

Judaïsme ou psychanalyse : Deux conceptions de l'homme radicalement opposées

  freud_2.jpgEsquisser une critique juive de la psychanalyse n'est pas une chose aisée. Non pas que les arguments fassent défaut : ils sont multiples, nous le verrons. Mais le succès rencontré par la psychanalyse au sein du public juif occidental et de nombreuses autres raisons font que judaïsme et psychanalyse semblent aujourd'hui inextricablement liés. On ne compte plus les livres consacrés au judaïsme de Freud, aux rapports de Lacan et du judaïsme ou aux "sources talmudiques de la psychanalyse" [sic]… Le fait que Freud n'ait jamais étudié le Talmud est un argument irrecevable aux yeux de ses nombreux admirateurs car la psychanalyse, comme toute idéologie, se moque bien du réel. Freud était-il le fondateur d'une nouvelle religion, ou d'une vulgaire secte qui a réussi ? Etait-il un charlatan (selon le mot fameux de Nabokov), un Juif fidèle, ou au contraire un apostat ? Nous préférons esquiver ici ces questions polémiques pour nous concentrer sur celle, plus essentielle, des rapports véritables entre judaïsme et psychanalyse.
[...]

baruk.jpgCeci nous amène au point crucial de l'opposition entre judaïsme et psychanalyse, développé dans de nombreux livres – malheureusement pour la plupart épuisés – du professeur Henri Baruk : la conscience morale. Grand Français et Juif authentique, Baruk consacra sa vie à soigner les maladies mentales, en élaborant une veritable thérapie juive inspirée de la Tradition et de la conception juive de l'homme et de son unité fondamentale. Récusant l'idée de "maladie mentale autonome", Baruk développa une conception originale fondée sur l'idée de "conscience morale", rejetant à la fois les courants mécanistes de la psychiatrie et la conception freudienne de la maladie mentale. Dans la citation qui suit, Baruk met en valeur ce qui oppose la psychanalyse au judaïsme ** :

Lire la suite 

 


voir aussi :  Une grande leçon du professeur Henri Baruk (pour répondre à Stéphane Hessel)

Publié dans Monde juif

Commenter cet article