L'alliance de la "vieille droite" et de "l'islamisme new look", Shmuel Trigano

Publié le par danilette

Shmuel Trigano Tribune sur Radio J le 7 juin 2013

 

La dernière manifestation des opposants à la loi sur le mariage homosexuel, le 26 mai dernier, a fait apparaître au jour une convergence idéologique et politique lourde de conséquences à venir, à la fois pour la politique française et pour la condition juive.

 

Nous avons en effet vu et entendu s’exprimer sur les chaînes télévisées d’information les deux représentants de la « manif pour tous », la présidente Ludovine de la Rochère et – c’est ce « et » qui est important – Kamel Bechikh qui a été très actif, en effe,t dans la mobilisation contre le mariage homosexuel.


On se souvient que Frigide Barjot était allée à la convention annuelle de l’UOIF où, s’adressant aux musulmans de France, elle avait déclaré : « Avec vous nous sommes sûrs de gagner !». Je rappelle que l’UOIF émarge au courant de la confrérie des Frères Musulmans.

 

Or, nous y sommes avec Kamel Bechikh qui est une personnalité sugnificative sur ce plan-là.

Cadre de l'UOIF, ancien porte parole du CBSP, organisation accusée par les Etats Unis de soutien au Hamas, et qui par ailleurs décida d'envoyer des militants sur la Flottille en 2010, il est actuellement président de l'association "Fils de France". On pourrait définir ce courant comme « l’islamisme new look », différent de l’islamisme du Djihad.

 

Si l’on constate que l’opposition au « mariage pour tous » a vu la résurgence de ce que nous pouvons appeler la « vieille droite » (un phénomène à l’opposé de ce que fut la « nouvelle droite » des années 1980), cette convergence avec l’idéologie des Frères musulmans, l’islamisme new look enferme le débat sur la loi sur « le mariage pour tous » dans une impasse politique inquiétante.

 

C’est d’abord une nouvelle donne de la situation politique, totalement inattendue. Les paroles de Kamel Bechikh attirent l’attention : il défendait l’idée qu’il doit y avoir une limite dans la revendication des droits sans quoi tout est possible, se prenant lui même pour exemple : musulman, il aurait droit à la polygamie et demain il pourrait demander effectivement sa reconnaissance. Effectivement, c’est ce qui pourrait arriver sur bien d’autres sujets. L’exemple est censé conforter l’opposition à la logique du « mariage pour tous » mais il laisse aussi dialectiquement entendre la potentialité de ce qui est présentement condamné. En effet, la double-entente, le double language est une pratique courant de la stratégie des Frères musulmans.

 

Ce qui est inquiétant, c’est qu’un tel courant d’opinion monte sur la scène et prenne pied dans la politique française. L’alliance islamisme new look-vieille droite est clairement hostile aux Juifs, pardon aux « sionistes ». C’est toujours à la faveur de brêches dans la société française que l’activisme islamique s’est manifesté : la première occurrence fut la guerre du Golfe et les manisfestations « pacifistes » massives contre les Etats Unis et Israël : c’est alors que le discours antisémite d’inspiation islamique a trouvé une légitimité à s’exprimer dans le concert de la gauche et de l’extrême gauche : rappelons nous les drapeaux verts se mélaient alors aux drapeaux rouges.

 

Ludovine de la Rochère, présidente de la « manif pour tous » a prétendu rassembler des Juifs dans son mouvement. Même si on peut être tout à fait critique sur la loi pour « le mariage pour tous », cette alliance fait que, politiquement , les Juifs n’y ont aucune place en tant que juifs.

 

*A partir d’une tribune sur Radio J le 7 juin 2013.

Publié dans Shmuel Trigano

Commenter cet article