L'ambassadeur israélien à l'ONU : "séparez les mythes de la réalité"

Publié le par danilette

Au cours d'une allocution devant le Conseil de Sécurité lundi soir, l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Ron Prosor a appelé celui-ci à séparer le mythe de la vérité dans le débat sur le Moyen-Orient. 

Prosor a commencé par réfuter l'affirmation selon laquelle le conflit israélo-palestinien est le conflit central du Moyen-Orient, en se référant aux troubles en Syrie, au Yémen, en Égypte, au Bahreïn et dans d'autres pays du Moyen-Orient qui n'ont aucun lien avec Israël. 

L'obsession dont fait l'objet Israël n'a pas empêché les tanks d'Assad d'anéantir des communautés entières. Au contraire, cela n'a fait que détourner l'attention de ces crimes, a-t-il dit. 

En ce qui concerne l'Iran, a-t-il dit, le fait de consacrer l'essentiel de ce débat au conflit israélo-palestinien mois après mois n'a pas empêché les centrifugeuses du régime iranien de tourner. « L'ambition de l'Iran de se doter d'armes nucléaires est la plus grande menace du Moyen-Orient et du monde entier ». 

L'ambassadeur a ensuite abordé l'affirmation selon laquelle il y a une crise humanitaire dans la bande de Gaza, il a dit que « de nombreuses organisations internationales ont pourtant dit clairement qu'il n'y a pas de crise humanitaire à Gaza ». Pour étayer son argument, il a mentionné le taux de croissance de 25% du PIB de Gaza au cours des trois premiers trimestres de l'année 2011 ainsi que la croissance des exportations et le développement de nombreux projets humanitaires internationaux. 

Abordant le silence de l'ONU sur les tirs de missiles visant Israël depuis Gaza, Prosor a insisté sur le fait que le Conseil de Sécurité n'a jamais condamné un seul tir de missiles. 

Le fait d'accuser les implantations israéliennes d'être le principal obstacle à la paix constitue le troisième mythe d'après Prosor. L'obstacle véritable, a-t-il dit, « c'est le soi-disant droit au retour et le refus palestinien de reconnaître le droit d'Israël à exister en tant que nation-état du peuple juif ». 

L'ambassadeur a ensuite abordé les problèmes des réfugiés et du processus de paix avant de conclure que « dans l'incertitude dangereuse d'un Moyen-Orient agité, jamais le Conseil de Sécurité n'a eu une plus grande responsabilité dans le devoir de distinguer le mythe de la vérité et les faits de la fiction ».


Voir également la conférence de presse de Ron Prosor link

Extraits à compléter :

Bonne après-midi. Aujourd'hui j'ai parlé au cours du débat ouvert mensuel sur le Moyen-Orient et j'ai demandé au Conseil de Sécurité de vraiment faire un débat ouvert, un débat ouvert de vérité ur le Moyen-Orient et de ne pas se focaliser sur le récit palestinien uniquement.

J'aimerais souligner un seul point aujourd'hui : la plus grande histoire occultée ici aux Nations unies, en fait pas seulement une histoire mais 850 000 histoires jamais racontées des réfugiés juifs des pays arabes. Il n'y a pas une seule syllabe parmi 1088 résolutions des Nations unies [sur le conflit], parmi les 172 résolutions consacrées aux réfugiés palestiniens, il n'y a pas une seule syllabe à propos de la plus grande histoire jamais racontée, celle des 850 000 réfugiés juifs qui ont été expulsés des pays arabes, d'Alep, d'Aden, d'Alexandrie, et il est étonnant que jamais personne, au cœur des Nations unies, n'ait jamais soulevé ce problème, même pas une fois. Il est temps d'en parler publiquement et de parler du fait que les réfugiés juifs des pays arabes qui sont arrivés en Israël ont été intégrés dans la société israélienne et ont aidé à développer cet Israël florissant que vous voyez aujourd'hui. De mon point de vue c'est sans doute la plus grande histoire jamais révélée : les réfugiés juifs des pays arabes, et le fait que pas une seule syllabe n'ait été prononcée ou écrite à ce sujet ici aux Nations unies, révèle le double standart (et c'est un euphémisme) qui règne.

C'est un des sujets dont j'ai parlé, j'ai aussi parlé de la différence entre les mythes et la réalité aux Nations unies, spécialement quand Bachar et  ses tanks massacrent des personnes à Damas, la plus grande partie du débat a concerné le conflit israélo-palestinien, merci beaucoup et je suis prêt à répondre à vos questions…

Adapté par Danilette


Articles associés :

Fin du judaïsme en terre d'islam, Shmuel Trigano

www.desinfos.com/Refugies-Juifs

Publié dans Onu - Ong

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article