L'analogie avec la guerre froide est fallacieuse: ne comptez pas sur elle pour contenir l'Iran

Publié le par danilette

 Comment stopper le régime des mollahs dans sa marche vers l'armement nucléaire?

 Au moment où s'ouvre le cycle des négociations finales entre le groupe des 5 +1 (les 5 titulaires d'un droit de veto au Conseil de Sécurité plus l'Allemagne) et l'Iran, le climat est plutôt au pessimisme. Dans l'article qui suit Eliott Abrams met en garde l'Occident et les Israéliens contre une vision totalement fausse de la stratégie qui a permis de vaincre l'Union soviétique. Il expose la nature véritable de cette stratégie et les enseignements que l'on peut en tirer dans le cas de l'Iran. [NDT]
par Eliott Abrams  Weekly Standard vol 19 n° 22 17 février 2014
Traduction: Edith Sitbon et Jean-Pierre Bensimon
A ce jour, il n'y a pas beaucoup de fièvre dans le débat israélien sur le programme nucléaire iranien, ce qui est étrange. Pour l’instant, l'affaire est entre les mains des Américains ; les Israéliens observent le cours des négociations avec nervosité, non sans méfiance, mais ils n’ont pas le sentiment d'un danger ou d'une guerre imminente.

Les sondages d’opinion montrent qu'ils pensent que l’Iran s’achemine vers la fabrication d’une arme nucléaire, et non vers la « capacité » d'en fabriquer une; ils sont attentifs à la politique d’agression de l’Iran (en Syrie par exemple), à son soutien au terrorisme, et aux déclarations répétées de ses dirigeants exprimant leur volonté de rayer Israël de la carte.

Alors, pourquoi si peu d'affolement ? Peut-être à cause de leur expérience de la guerre et du terrorisme, ou à cause de leur confrontation aux armées arabes et plus récemment au Hezbollah et au Hamas, qui les aurait immunisés contre les réactions de panique. Peut-être ont-ils foi dans la capacité de leur armée de stopper l’Iran si nécessaire. Ou, peut-être encore les Israéliens s’attendent-ils à ce que les Américains finissent par intervenir pour empêcher l‘Iran d’avoir la bombe. 

Mais au cours d’une récente visite, j’ai  trouvé une toute autre explication, bien plus inquiétante. En parlant avec des membres de ce que j’ai appelé "l’establishment de la sécurité", j’ai décelé une tendance à prendre ses désirs pour la réalité, un travers incarné par des analogies imaginaires avec la Guerre Froide. Et le fait que l’administration Obama paraisse nourrir justement le même espoir n'a rien de rassurant. Lire la suite sur : http://fim13.blogspot.fr/2014/02/lanalogie-avec-la-guerre-froide-est.html

Publié dans Jean-Pierre Bensimon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article