L’antisionisme n’est pas une opinion, c’est une incitation au crime et à la ségrégation ! Arnold Lagémi

Publié le par danilette

Soutenir qu’on peut être antisioniste sans être antisémite est un faux débat visant à neutraliser une des  conséquences les plus dramatiques  de l’opposition au sionisme: la volonté d’anéantissement de l’Etat Juif.  Être antisioniste, de la façon, dont on l’entend depuis quelques années, n’est pas, n’est plus un désaccord avec  tel ou tel aspect de la politique menée par le gouvernement israélien, c’est nier  la légitimité,  par laquelle l’Etat d’Israël justifie sa place parmi les nations.

 

L’antisionisme a passé le cap de la critique circonscrite pour se hisser à accusation globalisante, rejetant « la présence d’un seul Juif sur la terre de Palestine. »  Ce radicalisme proche du nazisme, notamment par la généralisation de la volonté exterminatrice ne reconnaît pas à  l’Etat d’Israël le droit de vivre. Il n’hésite   plus à poser, comme principe intangible, irréfutable, l’impossibilité  israélienne d’amélioration. Le sionisme, expression de l’arbitraire et de l’inique est belliqueux. Il est   préjudiciable pour les Arabes du Moyen Orient, et, par conséquent représente un risque potentiel pour la stabilité et la paix dans le monde. Lire la suite sur http://www.arnoldlagemi.com/?p=4366

Publié dans Arnold Lagémi

Commenter cet article