L'assaut par terre, mer et ciel par Léon Rozenbaum

Publié le par danilette

Sur le site de Léon Rozenbaum : http://www.sourceisrael.com/read.php?id=233

Il n'est pas inutile de tirer un premier bilan de ce début de l'été durant lequel les ennemis d'Israël escomptaient une série de victoires médiatiques faciles afin de préparer plus aisément la manipulation onusienne qu'ils manigancent pour Septembre prochain.

Il est de plus en plus manifeste que le conflit entre les Arabes et le Peuple d'Israël n'est que très accessoirement territorial. Ce qui compte vraiment pour eux et plus encore pour ceux, parmi les Occidentaux, qui ont choisi de nous tourner le dos, c'est le refus de la souveraineté du Peuple Juif sur sa patrie historique, c'est la ruine de la légitimité de l'Etat Juif souverain, c'est le fantasme réactionnaire de renvoyer les Juifs à l'état de parias, en attendant leur élimination physique.

Il existe un tel décalage entre leur système de valeurs et le nôtre, entre notre expérience historique et la leur, que les malentendus deviennent dramatiques.

À titre d'exemple on peut souligner l'incident de frontière syro-israélien du mois de mai dernier au cours duquel, le Président syrien Assad, en grand désarroi chez lui, n'a rien trouvé de mieux à faire que de soudoyer quelques centaines de jeunes damascènes désœuvrés, pour qu'ils tentent de forcer la frontière du Golan. Or Comme cette frontière connaît un calme absolu depuis plus de quarante ans, des forces de l'ordre israéliennes présentes sur place en nombre très limité, se sont trouvées dans l'incapacité d'empêcher environ deux cent de ces jeunes désarmés de forcer la barrière et de pénétrer en territoire israélien, sans provoquer un massacre.

Les responsables israéliens ont donc préféré exposer leur pays à la honte d'une frontière violée devant les caméras du monde entier, plutôt que de verser inutilement le sang des ressortissants d'un pays ennemi venus délibérément procéder à une provocation orchestrée par le pouvoir syrien.
Quel autre pays, même développé, aurait agi de la sorte? Il fallait avoir des racines hébraïques et une grande force morale pour haïr le sang versé inutilement, et pour accepter, malgré le tumulte et l’urgence, une semblable humiliation pour sauver des vies. Mais qui dans ce monde, si largement dépravé, a su vraiment apprécier cela ?

Stupidement, Assad s'est cru autorisé à recommencer quelque deux semaines plus tard. Mais cette fois la police israélienne était en nombre suffisant et dotée de moyens anti-émeutes convenables et aucun provocateur n'a plus passé la frontière. Il est clair dans ces conditions que la «victoire» médiatique escomptée après cette provocation par voie de terre, s’est soldée par un échec.

Mais l’échec est encore plus éclatant pour ce qui concerne la tentative de provocation médiatisée par voie de mer. En effet les ennemis d’Israël avaient préparé de longue date une réédition de l’affaire du «Mavi Marmara» qui l’an dernier a tenté de briser le blocus des côtes de Gaza territoire administré par le mouvement terroriste Hamas, et qui se livre régulièrement à des attaques armées contre la population israélienne, essentiellement civile.
Le blocus des côtes de Gaza, totalement légitime dans le cadre d’un conflit armé, pour tenter empêcher l’accès à Gaza d’armes sophistiquées qui seraient aussitôt employées contre la population d’Israël est présenté faussement à travers le monde comme l’asphyxie d’une population qui serait démunie de tout. Or, il n’est pas de mensonge plus flagrant, Israël assurant un approvisionnement constant des Gazaouis, deux cent camions chargés de nourriture et de médicaments passant chaque jour entre Israël et Gaza. Signalons au passage que c’est le contribuable israélien qui paie l’eau et l’électricité d’un million et demi de Gazaouis et qui soigne les cas sérieux dans ses hôpitaux… Toute personne de bonne foi ne saurait ignorer non plus le remarquable achalandage des marchés de la région de Gaza, l’inauguration de luxueux centre commerciaux, d’hôtels et de restaurants superbes. 
Il y a donc un triple scandale à organiser une pseudo flottille «humanitaire» face à cette réalité mais aussi lorsque l’on sait que la vraie misère frappe tant de personnes démunies en Egypte, en Syrie, au Liban et ailleurs dans le monde arabe et que le seul manque dont souffre le Hamas est de pouvoir se procurer des armes sans limitations.

L’objectif est donc bien encore une mise en scène destinée à attaquer les bases de la souveraineté juive en faisant preuve d’une duplicité sans nom.
Or cette fois, non seulement une série d’avaries ont retenu dans les ports grecs et turcs plusieurs des bateaux affrétés pour cette mascarade, mais encore les autorités grecques ont enfin appliqué le droit de la mer en empêchant le départ de ces navires pour une tentative de briser un blocus légal. Les soi-disant «humanitaires» ont donc fini par se débander. Là encore, les tentatives de tenir en haleine aux dépens d’Israël un Occident bien trop porté à la haine des Juifs, s’est soldée par un échec.

Mais en outre un troisième essai de faire débarquer en masse à l’Aéroport Ben-Gourion près de Tel-Aviv plusieurs centaines de militants anti-israéliens pour «visiter la Palestine» (et donc nier là encore la souveraineté juive dans son pays), mais surtout pour troubler l’ordre public en s’assurant une provocation dument médiatisée à bas prix, a également échoué.
Là encore l’Etat d’Israël n’a fait qu’appliquer les règlements internationaux applicables à l’aviation civile : Si une personne est indésirable dans l’Etat de destination et l’Etat en question avertit la compagnie aérienne qui la transporte avant l’embarquement, cette dernière sera tenue de renvoyer la personne dans l’Etat de départ à ses frais. Israël, qui disposait de la liste des provocateurs, a averti diverses compagnies aériennes d’avoir à empêcher leur embarquement vers sa destination. C’est ainsi que le gros des anti-israéliens n’ont pas pu s’embarquer. Ceux qui ont réussi à monter dans les avions ont été appréhendés à leur arrivée puis progressivement renvoyés dans l’Etat de départ. Il a simplement fallu que l’Etat d’Israël exige le respect de sa souveraineté. Au total l’opération médiatique escomptée par les ennemis d’Israël est un lamentable échec. 

L’on ne peut pas ne pas remarquer qu’un nombre important parmi les organisateurs de ces tentatives hostiles sont eux-mêmes des Juifs. Nous savons depuis longtemps que des problèmes d’identité mal vécus par certains Juifs (surtout si l’un de leurs parents n’est pas juif) les entraînent souvent vers la haine de soi qui ne saurait aujourd’hui mieux s’exprimer que par la haine de l’Etat juif souverain. Il est grand temps de faire cesser le laxisme avec lequel jusqu’à présent les institutions juives de toute nature traitaient ces transfuges. La tradition juive définit clairement la limite permise à un Juif dans la critique de son propre peuple: lorsque cette personne prend les armes contre les Juifs, il devient passible de mort. S’engager corps et âme en faveur de l’accès illimité aux armes pour le Hamas dont l’objectif déclaré est la liquidation d’Israël et de ses habitants n’est-ce pas là franchir un seuil intolérable et sans retour?

Les discussions oiseuses sur la constitutionnalité de la loi anti boycott qui vient d’être votée par la Knesset témoignent de cette timidité devenue criminelle à assumer pleinement la souveraineté juive et les droits inaliénables du Peuple d’Israël sur sa patrie historique, non seulement parmi les Juifs de la Diaspora, mais même chez de nombreux Israéliens.
Fort heureusement certaines leçons des Accords d’Oslo ont été bien retenues par une large majorité du Peuple qui ne s’en laissera plus compter.

Léon ROZENBAUM

Publié dans Léon Rozenbaum

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article